5/10

Gentlemen's Alliance Cross (The)

Un shôjo mêlant fantastique, drama school et relations amoureuses. Un nouveau shôjo, les mêmes vieilles recettes !

Hainé Otomiya est une jeune fille dynamique mais qui cache un douloureux secret. Adoptée par une famille très riche, Hainé a été "vendue" par son père pour régler ses dettes. Hainé entre dans une école  d'élite où les élèves sont classés en trois catégories. Hainé est secrètement amoureuse de Shizumasa dit "l'empereur". Fortuitement, elle devient son gade du corps et entre ainsi au conseil des élèves. C'est le début d'une grande aventure : elle se retrouve plus près de celui qu'elle aime, mais également au centre d'une lutte pour le pouvoir !

 


DR.
The Gentlemen's Alliance Cross, c'est un gros gâteau à la crème. Y gouter, c'est se rendre malade car le goût trop sucré tend à vous faire perdre toute notion de réalité. M'enfin, l'habitude est prise depuis un loooooong moment de se retrouver dans ce genre de situations lors de l'ouverture du premier shôjo passé. Et celui-ci ne déroge pas à la règle avec son hystérie permanente, ses histoires de cœur dignes d'une valse sans fin et une héroïne branché sur courant alternatif. Tous les bons vieux ingrédients réunis, l'intrigue peut se mettre en place avec un coté fantastique supplémentaire, façon magical girl. Quelle idée Arina Tanemura a-t-elle sortie de sa corbeille ? Sans doute pas la plus ridicule mais quand même… Difficile de croire encore que les lecteurs puissent s'y perdre… Ceci dit, le titre évolue sur un rythme soutenu, les événements s'enchaînant avec aisance (même si incohérents) avec même un peu d'humour (drôle, je précise). Le système de castes dans laquelle les élèves acceptent de rentrer laisse soupirer, les mangakas de shôjo ne se renouvelleront-ils donc jamais ? Le cadre du drama school est-il donc aussi important que cela pour conter une histoire légère ? Autant de questions qui resteront sans réponse à travers un titre qui ne consent qu'à ressasser les poncifs du genre.

 

Graphiquement, les propos précédents sont aussi confirmés. Le mangaka ne soulève pas de montagne en proposant un découpage très souvent surchargé dans lequel évoluent des personnages des plus classiques. La partie vestimentaire du chara design se montre plutôt travaillée, le remplissage est plutôt de bonne qualité. Mais cela demeure tout de même assez faible.

 

Un résultat plutôt convenu dans un paquetage globalement typique du genre. Difficile de passer outre le shôjo qui pique les yeux, The Gentlemen's Alliance Cross ne prétend pas à produire autre chose et assume un choix pas forcément rocambolesque mais qui saura séduire les amateurs.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques