8/10

Glaucos

Petite passade parallèle à Coq de Combat, Glaucos est une oeuvre en quatre volumes signée Akio Tanaka. L'auteur récidive avec une autre oeuvre à succès sous forme de série courte mais seul cette fois-ci. Pour tout autant de réussite. Avec cette plongée à quelques lieux sous les mers, le mangaka s'inspire clairement du film culte de Luc Besson pour proposer un titre qui saura satisfaire les amateurs de drame, de sport et d'un dessin parmi les plus remarquables proposé.

Glauque os

Glaucos
Glaucos
L'océan. Univers immense, inconnu, générateur de toute vie, essence de l'humanité. C'est porté par un dauphin que Cisse a été recueilli alors qu'il n'était encore qu'un bébé. Devenu adulte, il éprouve pour la mer la même fascination, la même curiosité. Pour trouver les réponses à ses questions, il décide de devenir plongeur en apnée. Grâce aux conseils et à l'entraînement de Claude, un ancien champion aujourd'hui à la retraite, il participe au célèbre championnat du monde de plongée. Ses extraordinaires aptitudes interpellent également Haruka, une jeune fille qui étudie la physiologie des plongeurs, et qui espère percer le secret de Cisse, pour permettre à tout homme de nager comme un dauphin. Que découvrira-t-il au fond des abysses ?

En suivant le phénomène Cisse, le mangaka nous initie au petit monde clos de la plongée, ses habitudes, sa concurrence exacerbée, ses concurrents allumés et surtout tout les techniques relatives à une progression pour atteindre le sommet des profondeurs. Parti à la recherche d'un record mondial qu'il semble le seul à être en mesure d'atteindre, le jeune homme va devoir apprendre beaucoup. Arrivé comme un être incivilisé - ou presque - dans un Japon trop moderne pour lui, Cisse apparaît comme l'enfant sauvage que Claude va devoir arriver à dompter pour en retirer les bénéfices. Si l'auteur ne s'attarde pas trop sur cette partie, il s'intéresse beaucoup plus à l'apprentissage de la discipline en elle-même, thème passionnant et regorgeant de détails fracassants sur le corps humain. Et lorsque les duels à distance livrés par les « descendants des sirènes » commencent, la tension prend une dimension explosive, forte. Les pages défilent, le lecteur est happé par un tourbillon l'emmenant dans les tréfonds du plaisir de voir cette narration chapitrée développer une histoire qui s'axe autour de son duo de protagonistes sans pareil. Et si le scénario prend une dimension assez linéaire, c'est bien le seul reproche qu'il est capable de faire à Glaucos.

Record à battre

Objectif : 90 mètres. Ou plus. Dans la tête de Cisse n'existe que ce nombre. Mais le seinen explore les personnalités de deux phénomènes de la plongée : le jeune loup et l'ancien chef de meute. Claude cherche sa rédemption dans le monde de la plongée en matérialisant ses désirs de voir Cisse remporter une victoire et redevenir l'homme qu'il était avant de sombrer dans l'alcool et devenir une vieille gloire. A l'inverse, le jeune loup fonceur doit - en plus de faire face à son côté enfant sauvage - montrer ses talents par lui-même, apprendre, comprendre pour utiliser ses capacités au maximum. Mais pour cela, il va devoir mettre sa fierté de côté, apprendre à faire confiance et faire sauter sa carapace impassible derrière laquelle il aime se cacher lorsqu'il n'explose pas. La différence accentue la complémentarité et le duo pourrait bien en découvrir l'un sur l'autre plus qu'il n'en pense.

Akio Tanaka nous ressert un dessin à la Coq de Combat, magnifique de précision et de détails. Fort en plan digne d'une mise en scène cinématographique. Le chara design est monstrueusement superbe, la moindre ride donnant une expressivité exceptionnelle à ses silhouettes fines. Le découpage est un modèle du genre, le remplissage variant entre vide marin et superbes plans plein de détails. Akio Tanaka possède déjà sa place au palmarès des plus traits contemporains des mangakas.

Glaucos nous sert une histoire courte passionnante avec une dimension dramatique qui gagne les volumes de l'intrigue. Une magnifique histoire courte qui souffre juste de sa linéarité dans sa construction et d'une impression légèrement défectueuse dans le premier volume. Car sinon, c'est du tout bon.

A découvrir

Archlord, the next RPG

Partager cet article
A voir

Wild School

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Daunk

    06/06/2007 à 18h09

    Répondre

    Bonsoir
    Selon moi, la note que j'aurais mise serait legerement inferieure. Etant passionne de la mer et de tout ce qui la concerne, j'etais tres enthousiasme de lire ce manga, et a vrais dire je n'ai pas ete decu dans le contenu.
    Mon petit bemol se situerait a la fin, certe elle est bien la mais ma deception se fit resentir lorsque j'ai pu predire la fin sans difficulte, elle ressemble beaucoup a la fin du Grand Bleu...
    Ceci dit ca reste un bon manga que je garde precieusement car traite de la plongee un sport que je pratique et aime.

  • rambijey

    06/06/2007 à 18h56

    Répondre

    Je n'ai pas lu la fin mais juste les trois premiers tomes. En attendant je trouvé ce titre bien construit, dessiné et dans l'ensemble assez bon!

  • Prospero

    06/06/2007 à 20h48

    Répondre

    Je confirme, c'est agréable à lire, délassant, assez original.
    Le scénario est un peu attendu, un peu linéaire, comme tu l'as souligné, mais ça ne choque pas trop non plus.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques