Les Glénat du mois de février 2014

Un tout petit mois de février chez Glénat, ce qui signifie une chose et une seule : le mois de mars va faire mal ! Il y a quand même de quoi se consoler avec une double dose de Dragon Ball !


Dragon Ball Z Anime Comics 6 - 100 000 guerriers de métal. - ***

Glénat continue à nous proposer les films de Dragon Ball Z en version anime comics et c'est le retour de Cooler qui nous est proposé cette fois-ci. Malheureusement, on retrouve les problèmes habituels du genre, à savoir un rythme qui ne rend pas du tout honneur à la version animé. Les plans choisis sont trop espacés et on ne retrouve pas du tout cette nervosité pendant les combats ou encore le dynamisme inhérent à la série. D'ailleurs, en tant que lecteur, je me suis demandé plusieurs fois comment on était passé de tel à tel événement… Même si ce n'est pas le meilleur film, le duo de super guerriers nouvellement formé le rend plutôt sympathique et sympa à redécouvrir. 

Dragon Ball Edition Perfect 29 - ***

Après le combat contre Cell, le monde de Dragon Ball traverse une période de paix et même si tout le monde semble s'ennuyer, certains ne perdent pas le nord et continuent à s'entraîner comme Végéta. Gohan, lui, va maintenant au lycée à Satan City et a bien du mal à cacher sa force à ses camarades et notamment à Videl (la fille de l'exceptionnel Mr Satan). Alors que le tournoi des arts martiaux approche, Goku annonce qu'il sera de retour pour la journée. Akira Toriyama construit un après-Cell assez gentillet, très loin des enjeux des deux arcs précédents, où il revient à un style plus humoristique qui lui convient bien. En tout cas, les connaisseurs savent que Buu arrive et que l'un des arcs les plus connus de la série s'apprête à démarrer.

Woodstock 5 - ****

Le concours Rock Revolution continue et Charlie va découvrir que de nombreux groupes leur barrent la route de la victoire. Que ce soit Raw Material, Mirage ou encore Craze, nos héros ne sont pas au bout de leurs peines. Yukai Asada continue à faire vibrer ses lecteurs grâce à un trait superbement maîtrisé et un découpage ultra-dynamique. Il en profite aussi dessiner des doubles-pages à couper le souffle lors de la prestation de Charlie sur scène. Même si ces derniers font quelques petites erreurs (ils restent un groupe nouvellement formé), on sent qu'ils s'éclatent sur scène et qu'ils prennent un plaisir monstre dans leur musique. Ce cinquième volume de Woodstock se dévore en quelques minutes à peine, preuve que 180 pages, ce n'est vraiment pas grand chose… !

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques