4/10

Gundam Seed - le manga

La race humaine avide de nouvelles ressources en énergie et de colonisation s'est lancée à la conquête de l'espace. Une nouvelle ère commença, baptisée Cosmic Era (CE) : l'ère cosmique.
A cette époque, un nouveau type d'être humain issu des recherches génétiques est apparu : les coordinateurs. Aux capacités mentales et physiques exceptionnelles, leur nombre n'a cessé d'augmenter. Ils ont construit de gigantesques mégalopoles satellitaires : les plants, exemptes de toutes formes de discriminations nationales ou éthiques. Parmi les humains « normaux » : les naturels, certains jalousaient ces êtres aux capacités ultra développées, tandis que d'autres admiraient leurs cités utopiques. Malheureusement, la haine allait grandissant...
Gundam Seed
Gundam Seed
En l'an 70 CE, ces tensions débouchent sur le plus tragique évènement que l'humanité ait connu... la Saint Valentin Sanglante : l'anéantissement d'une colonie spatiale. Après ce terrible drame, les forces terriennes et l'armée de Zaft (l'alliance des coordinateurs) se sont livrées une guerre sans merci. Pour faire face à l'armée terrienne supérieure en nombre, Zaft a mis en place un système de défense baptisé Neutron Jammer qui rend inefficace l'utilisation d'énergie atomique, brouillant du même coup tout radar et toute onde radio. En parallèle, ils ont développé un nouveau type d'armes utilisables même sous effet de ce brouillage : les Mobil Suit.
Alors que la victoire des forces terriennes semblait acquise, l'armée de Zaft leur opposa une résistance farouche. Onze mois ont passé depuis, et le conflit s'est enlisé dans le statut quo...

Gundam Seed, toute dernière série en date de la franchise Gundam (avec sa suite Gundam Seed Destiny) se situe dans un nouvel univers parallèle de la série originale Mobil Suit Gundam (de la même manière que Gundam Wing ou Turn a Gundam par exemple) et en prend donc pas place dans la chronologie UC.
Pour autant, si les noms changent, le contexte et la trame de fond sont les mêmes. Ainsi il suffit de remplacer coordinateur par new type, plant par side, CE par UC ou encore Zaft par Zeon pour retomber en territoire connu et noter que Gundam Seed ne se différencie pas spécialement de la série originale. Toutefois, Gundam Seed parvient à renouveler la série, la mettre au goût du jour tout en gardant cet esprit propre à Gundam.

UC 71 sur Héliopolis une plant de la nation neutre Orb. Kira Yamato, jeune coordinateur poursuivant ses études se retrouve impliqué, malgré lui, exposé aux forces de Zaft qui tentaient de dérober des prototypes d'une toute nouvelle génération de robots. Le commando parvient à s'emparer de quatre MS mais Kira les met en fuite en prenant les commandes du cinquième MS : le MS X-105 Strike.
Ayant découvert d'importants secrets militaires, lui et ses amis se voient contraint d'embarquer sur l'Archangel : un tout nouveau type de vaisseau des forces terriennes.

L'adaptation de Gundam Seed se révèle trop bâclée et souffre de sa comparaison avec l'original. Résumer 52 épisodes en 5 mangas se trouve être un challenge impossible, en particulier pour une adaptation de Gundam caractérisée souvent par un scénario plus alambiqué qu'il n'y parait. Conséquence, les ellipses narratives rendent l'histoire floue mais cohérente, tout comme le traitement des personnages qui deviennt irrationnel et leurs comportements peu naturels. En outre, les thèmes chers à Gundam sont trop vite traités, sans approfondissement. On ressort de la lecture sans qu'il ne se soit rien produit. L'histoire ayant certes avancé à pas de géant mais au détriment de tous le reste.

Le dessin de Masatsugu Iwase ne rattrape pas le fiasco de cette adaptation. Le chara-design est ressemblant mais pas identique à celui de la série animée. Les visages sont figés et peu expressifs. Même constat pour le reste de son travail trop statique et pas assez dynamique. Seuls les MS sont honnêtement travaillés et encore, ils paraissent trop dépouillés. La mise en page est classique et approximative. Elle ne dégage rien de particulier et en rajoute rien à l'oeuvre.

Je vais certainement une fois de plus me répéter mais l'édition de Pika est très bonne. Comme de coutume, l'éditeur indépendant propose les pages couleurs, des bonus de fin, résumés explicatifs, fiches personnages, etc... Pour dire, un manga est plus riche en bonus que bon nombre de DVD d'animes.
Côté défaut, rien à signaler, en tout cas rien qui ne vaille la peine d'être relevé.

Au final, seuls ceux désirant connaître l'histoire dans ces grandes lignes sans débourser trop d'argent verront un intérêt à cette adaptation. Les autres préféreront la série en DVD parue chez Beez qui donne à Gundam Seed tout son intérêt.

A découvrir

Gundam - Ecole du ciel

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques