4/10

Hadès Chasseur de Psycho-démons T.1


Le mystérieux Hadès en question.
Le collège Tokofushi vient de se doter d'un tout nouvel infirmier : Itsuhito Hadès. À peine arrivé, ce dernier devient la source de toutes les rumeurs à cause de son look peu conventionnel et de son visage terrifiant. Quand on le regarde de plus près, on se rend compte qu'il a une tête un peu rapiécée et d'étranges légendes commencent à se former autour de l'infirmerie. Ashitaba est un jeune garçon banal, timoré et craintif qui se retrouve embarqué dans un monde qui n'est pas vraiment le sien un jour où il doit accompagner son ami Fuji à l'infirmerie. Il va découvrir que l'univers dans lequel évolue Hadès est totalement différent du sien et qu'il pourrait s'avérer vraiment terrifiant. Le professeur ne perd d'ailleurs pas vraiment de temps à tout cracher aux élèves puisqu'il leur parle des psycho-démons presque immédiatement. Mimasaka, un troisième larron ami des deux autres, se verra happé, lui aussi, dans cette nouvelle réalité.

En général, tout ce qui vient du Jump est présenté comme gros titre qui va faire mal et qui va tout casser et c'était aussi plus ou moins le cas de Hadès, Chasseur de psycho-démons qui était présenté comme le gros retour au shônen des éditions Akata. Eh bien, force est de constater que l'on ne tient pas entre les mains le volume 1 d'un énorme hit. C'est simple, tout est classique, plus que classique et même archi-classique. Que ce soit le trio/quatuor de personnages principaux qui ne démarquent pas pour un sou les uns des autres. Même le mystérieux Hadès avec son caractère complètement en opposition avec son apparence physique ne réussit pas à sauver l'affaire. C'était pourtant une bonne idée de faire ce personnage à l'apparence complètement monstrueuse qui est attendri par les enfants et qui cherche à les aider et à les faire se sentir à l'aise du mieux qu'il peut mais l'auteur use et abuse de ce petit tour, ce qui fait que l'on est habitué à la fin du volume. Au niveau de l'histoire, pas vraiment grand chose à se mettre sous la dent, le personnage principal est mystérieux et il chasse des monstres moins mystérieux que lui. Là où on est en droit de se poser des questions, c'est sur l'apparente facilité qu'il a à récupérer ces fameux psycho-démons. Sa seule spécificité (j'en dirais pas plus) fait qu'il les absorbe sans aucun effort. Pas besoin de réfléchir, pas de combat, pas vraiment de mise en scène particulière, Hadès découvre le monstre, l'absorbe et pouf c'est fini ! J'ai trouvé ça très très léger, même pour un premier tome. Je peux même pas dire que le titre est sauvé par ses graphismes tout simplement parce que ce n'est pas le cas. Le trait est commun, sans aucune particularité et même s'il reste propre, on a juste une impression de déjà-vu tant le manque d'originalité est flagrant.

Bref, vous l'aurez compris, Hadès, Chasseur de psycho-démons n'est pas vraiment un titre que je conseille pour le moment. Loin de la bombe annoncée, on se retrouve avec un titre super commun, peu enthousiasmant et même un peu poussif sur la fin du volume (j'ai presque eu du mal à terminer). Je vais pas l'enterrer tout de suite puisque si la série a réussi à atteindre dix tomes, c'est qu'elle doit avoir un minimum de développement. Rendez-vous donc pour le volume deux d'ici quelques jours !

A découvrir

Toriko T.6

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques