7/10

Happy Mania

Shigeta est une jeune femme japonaise un peu paumée. Elle travaille dans une petite librairie afin de pouvoir se nourrir et payer son appartement qu'elle partage avec une amie maquilleuse. Une vie peu originale donc, pourtant Shigeta a un but dans sa vie : l'Amour avec un grand A. En effet, Shigeta est obnubilée, il lui faut à tout prix le petit ami parfait. Pour le moment rien d'anormal, sauf que Shigeta tombe toujours amoureuse du premier venu et au final se fait toujours avoir.
Happy Mania
Happy Mania
Happy Mania
nous propose donc de nous raconter les déboires sentimentaux et sociaux de la pauvre Shigeta. Ainsi, pour une fois dans le paysage du manga français on inverse les rôles et ce sont les problèmes sentimentaux d'une femme que l'on va découvrir. Shigeta serait-elle la nouvelle Keitaro ?

Mais la nouveauté la plus frappante n'est peut-être pas l'originalité du thème. En effet, la première chose qui frappe le lecteur c'est la couverture du titre et le trait de l'auteur.

Graphiquement, Moyoko Anno a un style très particulier. En principe dans les shôjo les dessins sont saturés de lignes, pourtant le dessin de Happy Mania se situe aux antipodes du dessin classique de ce genre. Au passage, on peut d'ailleurs noter que Happy Mania n'est pas un shônen comme le dit Pika, ni vraiment un shôjo mais plus un joseï (manga pour jeune femme). En effet, les thèmes abordés dans Happy Mania ciblent plus de jeunes femmes et des adolescentes mais en aucun cas des petites filles. Mais revenons au dessin de la mangaka : celle-ci a un style très grossier, le trait de l'auteur part souvent dans tous les sens et donnent aux planches une impression de brouillon fait à la va vite. Le remplissage est quasi inexistant tout comme les décors. Si le trait de la mangaka peut rebuter et surprendre au début de part son originalité, il faut toutefois reconnaître qu'il a pourtant des qualités. Ce style de dessin lui permet de rendre ses personnages très expressifs. Ainsi, elle n'hésite pas accentuer les expressions du visages et du corps sans toutefois aller dans la caricature. Cette liberté et souplesse du dessin, ajouté aux codes graphiques habituelles du manga sont très certainement un facteur de la popularité de ce titre auprès du public nippon. Ce style épuré, grossit, presque burlesque par moment apporte un dynamisme à l'oeuvre mais aussi permet à l'auteur de faire ressortir l'essentiel de ses pages.
Revenons à la couverture, elle est à l'image du manga plutôt originale avec en plus un petit côté provoc. Preuve une fois de plus que le manga est avant tout destiné à un public plus mûr. En effet, les couvertures, toujours dans des tons très criards façon Pop art mettent en scène un des protagonistes de l'histoire dans une pause suggestive dont les publicitaires européens usent avec lourdeur depuis quelques temps. Le porno chic des médias n'est pas très loin comme le montre parfaitement la couverture du volume 01 où l'on voit l'héroïne, la bouteille de soda à la bouche, éclaboussée de mousse blanche...

Happy Mania est donc clairement un joseï. Le terme est encore nouveau vu que peu d'éditeurs ont publié ce style de manga à l'heure actuelle. Génération Comics vient tout juste de sortir le volume 02 de Ai Suru Hito : un joseï de Yuki Yoshihara mangaka spécialiste du genre. Happy Mania de Moyoko Anno se situe pourtant de son côté dans un registre un peu plus humoristique. Ainsi, la vie de Shigeta est avant tout une succession de gags. L'héroïne totalement cruche est très drôle. Bien que l'on sache éperdument qu'elle va encore une fois tomber sur un désaxé sexuel, un pervers ou un idiot on suit avec plaisir ses aventures. D'une certaine manière, comme l'annonce la publicité de l'éditeur Pika, Shigeta est une sorte de Bridget Jones. Une fille simple, voir simplette qui n'a pas de chance dans la vie. Un vrai régal. Les gags sont souvent visuels, parfaitement mis en scène par l'auteur.
Au final, Happy Mania est un titre très frais, drôle qui change des shôjo et de leur ton mielleux et mièvre. Pika nous propose une édition de qualité comme à son habitude pour un prix abordable. Une oeuvre à découvrir pour rire.

 

A découvrir

Mémoires du Masque

Partager cet article
A voir

D.N Angel

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Castel

    20/04/2005 à 20h02

    Répondre

    J'ai lu les deux premiers et je n'ai absolument pas accroché : dessin, personnage, histoire (?) j'ai dû passer à côté du coche, ça n'a pas du tout pris alors qu'on m'avait dit que je rirai bien aux déboires de l'héroïne et à son côté foufou. Visiblement ça ne marche pas pour tout le monde.

  • juro

    20/04/2005 à 20h29

    Répondre

    Je confirme être passé à côté aussi, le scénario est minimaliste avec quelques réflexions parfois bien senties, parfois niaises par contre le dessin est horrible. En même temps, je suis loin d'être le public visé donc la porte reste ouverte à tous les fans de Bridget Jones.

  • Undomiel

    13/09/2005 à 15h54

    Répondre

    Même en faisant partie du "public visé", je n'ai pas vraiment adhéré au 1er tome... Quand à la ressemblance avec Bridget Jones, elle s'arrête au fait que l'héroïne cherche le grand amour.

    Je vais quand même essayer le tome 2...

  • Anonyme

    19/05/2007 à 13h57

    Répondre

    Moi j'adore trop trop trop, c trop bien !

    Pressée de lire tous les tomes !!!!

    Bon ça ressemble pas trop a des mangas mes j'adore!!!!=

  • Undomiel

    19/05/2007 à 19h22

    Répondre

    Bon, au final j'ai beaucoup aimé, et j'ai acheté les 11 tomes

  • Anonyme

    14/09/2009 à 21h34

    Répondre

    pour ma part j'ai acheter les 11 tomes aujourd'hui à un prix derisoire et j'avoue j'ai accrocher pour ne pas dire que j'en suis devenu fan  deja 3 tomes lu sur les 11

  • Anonyme

    23/01/2010 à 17h58

    Répondre

    J'adore Happy mania ! C'est trop cool sa change des autre truc nul

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques