8.5/10

Hare+Guu

Hare+Guu, autant le dire tout de suite, c'est LA série comique du moment. Avec son générique entraînant et entêtant et son monde très coloré, cet anime se détache vraiment du lot. Hare+Guu, c'est une série complètement débile qui s'assume.

Sur une petite île tropicale et paradisiaque, Hare, 10 ans, vit tranquillement avec sa mère Weda, une pochtronne de première qui laisse toutes les corvées à son fils bien aimé. En revenant d'une soirée, elle présente à son fils une jeune fille de son âge : Guu. Incarnation du mot "kawaï", Guu « enchante » Hare lors de cette soirée où ils font connaissance. Les choses se gâtent le lendemain matin : exit la jolie demoiselle au visage d'ange et à la voix douce. A la place, Hare trouve une fille portant certes les mêmes habits, mais possédant un visage réduit à sa plus simple expression et une voix à faire palir une voix off de film d'horreur. Pire ! Guu est en fait une sorte d'alien, capable d'avaler hommes et animaux, puis de les recracher. Les choses s'annoncent mal pour le pauvre Hare, d'autant plus qu'il est le seul à trouver Guu bizarre.

Tous en choeur : koiseyo shounen shoujo tachi...

La première chose qui frappe dans cette série, c'est le générique. On est à des lieux des habituels morceaux de J-pop insipide. A la place, Akifumi Tada nous sert un morceau bien dynamique, du genre qui donne la pèche à n'importe qui. Et les images qui l'accompagnent ne sont pas en reste : ça va vite, les personnages sont en SD, les scènes sont absurdes (on croise un chat-mille-pattes) et surtout c'est très, très, très coloré.
La deuxième chose, ce sont les personnages. Classiquement, on associe le manga avec les mentons pointus et les grands yeux qui louchent (cf Dragon Ball). Dans cette série, les personnages sont souvent des enfants ou des ados. Et ils ont tous des bouilles rondes, comme si on avait droit à du SD plus travaillé que la moyenne. Les adultes eux ont des visages plus « traditionnels ». Mais si les visages ressemblent à du SD, il faut se dire que bien souvent ils passent en SSD : les corps se déforment n'importe comment, les visages deviennent carrés, les mâchoires se décrochent, les yeux disparaissent...

Et tout ça au service d'une seule chose : l'humour. Il est en effet basé sur le fait que Hare est la seule personne à trouver les choses étranges et décalées. Le principe peut sembler lassant, mais c'est là que cette série fait la différence : elle se renouvelle toujours, juste après que l'on ai ressenti une petite lassitude. Il aurait été préférable qu'elle se renouvelle juste avant, mais on ne va pas cracher dans la soupe : Hare+Guu c'est drôle, divertissant et c'est déjà beaucoup.

Une série pas si creuse qu'elle en a l'air.

Mais une série basée uniquement sur l'humour n'a que peu de chance de marquer les esprits. Et c'est sur ce point que Hare+Guu creuse encore plus le fossé. Pour introduire les changements, les personnages ou bien une nouvelle situation, les créateurs injectent un peu plus de substance à leur personnages. Cela a le double avantage de nous immerger davantage, et de mieux faire comprendre pourquoi ces changements surviennent. Il faut dire que la situation familiale de Hare tient plus du drame social que du petit paradis douillet. On pourrait d'ailleurs reprocher à cette série de tomber un peu facilement dans le mélo, mais au final ce n'est pas si grand un mal : cela apporte un peu de crédibilité à un univers qui en manque cruellement.
Toujours à propos des personnages, cette série surprend dans le sens où certaines évolutions de caractère, celui du docteur par exemple, semblent terriblement prévisible mais n'arrivent pas. Alors que tout le monde s'attend à le voir tomber rapidement dans les bras de Weda, il tient son rôle de poseur-dragueur jusqu'au bout, même s'il montre que sous son apparence un peu superficielle, il doute. Cela rend le personnage un peu plus attachant et plus humain, ce qui n'est pas un mal vu le nombre d'individus farfelus qui peuplent cet anime.

Deux mots sur le DVD : les bonus sont classiques, et la qualité d'image dans la moyenne supérieure, mais les menus sont parfaitement dans le ton de la série, et c'est sans doute le principal.

Pour conclure, Hare+Guu c'est frais, dynamique et touchant. Alors mangez-en, c'est du bon !

Partager cet article
A voir

Taeguk

A propos de l'auteur

    2 commentaires

    • NykO18

      29/08/2005 à 07h46

      Répondre

      Un village paisible dans la jungle.. Le soleil y tape dur et les plantes tropicales poussent allégrement au milieu d'une faune composée en majorité de Pokutes... La nourriture dépend de la chasse des habitants, il y a une fête au village tous les mois, tout parraît si calme dans le village de Hare. Hare... un enfant tout ce qu'il y a de plus normal, gavé aux jeux vidéos, à la télé et aux bananes.. (oui, même en plein jungle, et c'est là que ça devient intéressant !)

      Un beau jour, sa mère trouve pour lui une gentille et jolie petite fille comme compagnie. Son nom est Guu. Hare n'a alors en tête que de devenir ami avec elle, malheureusement, rien de tout cela n'arriva jamais ! Le matin suivant, la mignonne face de Guu laisse place à un visage fade, inquiétant, voire inamical. Après avoir avalé une banane avec la peau, l'oiseau de Hare, plusieurs humains, et finalement tout ce qui lui passe sous la main, Hare va très vite comprendre que Guu n'est pas une personne normale !

      Déjanté vous trouvez ? Ne vous inquiétez pas, ça n'est que le début ! Durant les 26 premiers épisodes (la saison 1) que j'ai eu l'occasion de voir, Guu va vraiment en faire voire de toutes les couleurs à Hare. Le pauvre ne va cesser de collectionner les phénomènes inexplicables et tenter tant bien que mal de cacher la vraie nature de Guu à son entourage. Guu, cette petite fille tantôt innocente, tantôt perverse, tantôt méchante, tantôt débile, mais toujours difficile à cerner.. Surtout si l'on ajoute le fait que tout ce qu'elle avale continue de vivre dans un monde à l'intérieur d'elle.. Cela ne fait qu'empirer les choses !

      Cet anime totalement déjanté, surréaliste, débile et drôle à souhait fait partie des meilleures séries humoristiques que j'ai pu voir jusqu'à présent ! Au rythme éffréné des épisodes, vous ne ferez que passer d'un fou rire à l'autre tant la vie de Hare est devenue un enfer peu enviable ! Sa mère alcoolique, insouciante et violente... Son père solitaire, pervers et hurleur... Son professeur, constamment en train de dormir... Ses camarades de classe absolument naïfs et débiles... Un chef de village poilu, fier et ignare... Les situations et personnages sont tous plus inclassables les uns que les autres.

      Jungle Wa Itsumo Hare Nochi Guu (à mes souhaits) est vraiment l'anime qui vous fera passer 26x22 minutes (la flemme de calculer ? Ok.. ca fait 572min, soit près de 10h) de pur bonheur. A choisir les yeux fermés, tout en gardant quand même un oeil sur Guu, histoire de ne pas vous faire avaler

    • Anonyme

      02/09/2008 à 09h43

      Répondre

      j'adore

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques