6.5/10

Heaven Eleven

Spécialiste du manga délirant, Hideki Owada s'attaque aujourd'hui au football avec Heaven Eleven. Enfin, football est une façon de parler puisque mis à part le ballon rond et les règles du jeu, on est assez loin de voir le sport le plus populaire au monde. Comme on pouvait s'y attendre, l'auteur parodie le football à la manière de Shaolin Soccer à base de shoots surpuissants et de personnages aussi doués ou minables que déjantés.

Heaven Eleven
Heaven Eleven
Saigo et Okubo, deux copains de lycée partagent la même passion pour le football et décident de rejoindre le club de leur école. Seul hic, il n'y en a pas et les deux compères sont bien décidés à monter eux-mêmes leur équipe, ce qui s'avérera plus ardu que prévu à cause de vieilles croyances propres à leur petite île.

Qu'est ce qui a bien pu se passer pour que le football soit interdit ? Finalement pas grand-chose si ce n'est d'avoir le mérite de sortir le manga du préformatage du shônen de sport avec ses stars et son équipe en pleine progression qui vise la victoire au championnat. Là, l'équipe veut avant tout jouer au foot, ce qui change tout. Il faut dire qu'avec un crétin fini qui ne sait que shooter de toutes ses forces dans un ballon, ils ne peuvent pas faire grand-chose d'autre. Ici, le foot revient à du plus ou moins n'importe quoi. L'auteur a encore pété les plombs et réussit une nouvelle fois à nous amuser.

Ce n'est pas le meilleur humour qui soit, totalement absurde, mais l'effet est là et le divertissement est assuré. Tous les personnages sont bien conçus et sont forts sympathiques, du héros simplet dont les jambes sont ses seules qualités à l'équipier nullard uniquement présent pour permettre à l'équipe d'être onze. Bref, on voit une bonne grosse parodie de football avec son lot de ballons déformés et de reprises de volées insensées. Cela marche d'autant mieux avec le style d'Hideki Owada, vif et clair, qui met autant en valeur les expressions des personnages que les scènes d'action.

Bonne humeur, délire et gaîté ont toujours été les maîtres mots d'Hideki Owada, ce que le mangaka démontre encore une fois avec cette histoire de football insensée. Ne cherchez pas dans Heaven Eleven une grande histoire ou du football de compétition mais de l'humour absurde et beaucoup de fun.

A découvrir

Cours, Bong-gu

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    24/07/2007 à 00h29

    Répondre

    Ce manga est franchement mauvais...l'histoire quelque peu alléchante
    est finallement bidon avec une progression trop rapide de
    l'histoire...et les blagues qui sont sensées faire rire, font pleurées
    tellement elles sont ridicules...


    Si vousaimez ce genre de manga, Bobobo-bo-bobobo est un poil mieux et plus fait un peu rire... 


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques