3/10

High School Paradise, premature priest adventures

Un shônen comédie romantique de plus à ranger dans la catégorie fan service...

Masato Kamioda, jeune chrétien dévot, aspirant à devenir prêtre, est le seul étudiant masculin accepté au sein de l'académie pour filles Sainte Sophia. Cette décision, d'intégrer un garçon dans l'institut, a été prise pour contrer le déclin de la morale et de la discipline de l'école. L'accueil est loin d'être chaleureux de la part du conseil des étudiants qui n'approuve pas l'admission d'un membre masculin. Cependant, certaines filles comme Ayano l'accueillent avec sympathie et gentillesse. Malgré les efforts constants de Shizuka, la vice présidente du conseil d'étudiants, pour le faire expulser, Masato parviendra-t-il à rester dans le droit chemin et à ne pas succomber aux multiples tentations que lui réservent ces jeunes filles pas si catholiques ?

High School Paradise
High School Paradise
Expulsons d'emblée les premiers éléments suspects de ce High School Paradise. Non, la religion catholique n'a presque rien à voir avec ce titre ou alors à près autant que la religion bouddhiste avec T'Abuses Ikkô !. Oui, ce n'est ni plus ni moins qu'un banal drama school avec des jupes courtes, des quiproquos coquins et un déluge de filles aux caractères divers autour d'un seul et même garçon, bloqué entre son serment de prêtre et ses hormones. Passé les trois ou quatre premières blagounettes pour présenter les personnages, le titre est d'une platitude à mourir, au point que l'auteur relance constamment le lecteur vers des plans fan service. Créativité proche du néant, et gazelles aux poitrines opulentes et jambes infinies composent ce titre dont on sait pertinemment qu'il ne débordera pas de ce cadre... Une comédie romantique dans la plus pure tradition du genre avec uniquement comme "nouveauté" la religion catholique.

Chiaki Taro en donne pour leur argent aux fans mais en oublie de se renouveler au point que tous ses personnages féminins proposent un seul et même chara design avec une inexpressivité impressionnante. Evidemment, on n'attend pas de miracle de la part d'un titre comme celui-ci mais un minimum syndical qui n'est ici pas respecté. L'ennui est profond même si le découpage tout à fait dans la norme du genre essaye de nous faire croire le contraire...

Rien de bien méchant, High School Paradise essaye tant bien que mal de montrer un visage attrayant mais il en faut plus. Sans se planter royalement, il ne déborde pas du cadre qu'il s'est fixé et ne cherche pas à proposer autre chose que ce que vous avez déjà bien pu lire dans des dizaines d'autres titres Soleil. Après, si vous faites la collection... 

A découvrir

Othello

Partager cet article
A voir

Soul Eater

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques