10/10

Hikaru no Go - Edition deluxe T.1


De retour et ça fait plaisir !
Un jour, Hikaru, 11 ans, trouve dans une remise une vieille table de go. Soudain, de celle-ci surgit un fantôme qui y était enfermé : le fantôme de Saï Fujiwara, un génie du jeu de go à l'époque Heïan (VIIIe à XIIe siècle) qui s'introduit dans l'esprit de Hikaru. Acceptant de permettre à Saï de jouer au go contre quelqu'un, Hikaru fait la connaissance d'Akira Toya, fils du meilleur joueur japonais et promis lui aussi à un brillant avenir. La passion de Saï et d'Akira pour ce jeu entraîne peu à peu Hikaru dans le monde du go…

La mode est à l'édition deluxe ou perfect, appelez-la comme vous voulez, pour les anciens grands titres qui ont marqué le genre. Que ce soit pour Dragon BallKenshinCity HunterSaint Seiya, la qualité était à chaque fois au rendez-vous (et continue de l'être pour les volumes encore en cours de parution). Alors que Tonkam se lance dans l'aventure, ils mettent la barre un cran au dessus. L'ouvrage d'abord est tout juste magnifique : couverture rigide, bandeau explicatif, marque page à l'ancienne (le petite bout de tissu), lettres dorées... On se rend compte immédiatement que le livre que l'on a entre les mains est de très haute qualité. Une fois ouvert, même topo, le papier tient la comparaison avec le reste et rend honneur aux superbes pages couleurs d'Obata. De plus, avec sa dizaine de chapitres, il y a de quoi lire ! L'histoire n'a pas vraiment changé (le contraire aurait été étonnant mais on en parlera plus en détails dans les critiques des prochains tomes, celui-ci n'est qu'une introduction) et presque aucun dessin n'a été retouché depuis l'édition originale (c'est Yumi Hotta elle-même qui le dit !). Ce qui a été revu principalement, c'est la traduction. Elle était déjà plutôt bonne à l'époque mais souffrait encore de petites imperfections que les puristes n'ont jamais laissé passer. Le tout a donc été retravaillé pour offrir des textes fluides et précis qui vous donneront un plaisir de lecture optimal. En ce qui concerne le contenu, la découverte (ou la re-découverte si, comme moi, vous l'avez déjà lu dans son édition originale) de l'œuvre est toujours aussi plaisante. Les auteurs réussissent à introduire un élément fantastique dans un jeu millénaire sans que cela choque le moins du monde. Je crois que c'est une des choses que j'ai toujours aimé dans Hikaru no Go, la présence de Saï est presque naturelle et difficile d'imaginer qu'il ne soit pas là en fait. Les lecteurs européens en profitent aussi pour découvrir ce jeu typiquement japonais qu'est le Go, avec ses avantages et ses inconvénients (c'est très et même trop prenant !). Je parlerais un peu plus des personnages dès la critique du tome 2. 

On dit souvent qu'à série exceptionnelle, une édition doit être associée et c'est le cas avec cette (insérer l'adjectif mélioratif de votre choix) édition d'Hikaru no Go. La qualité atteinte par Tonkam à tous les niveaux (traduction, format, objet) est difficilement descriptible avec des mots. Pour le comprendre, il vous faudra l'avoir en main et donc vous le procurer, ce que je vous invite à faire le plus vite possible.

A découvrir

One Piece T.66

Partager cet article
A voir

Servamp T.1

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques