6/10

Himiko Den

Parmi les mangakas, rares sont ceux qui peuvent se vanter d'avoir un nom aussi évocateur que celui de Itô Ogure. Pourquoi ? Tout simplement parce que celui-ci présente la particularité d'avoir un nom qui se prononce « Oh ! Great » ! Mais en plus d'avoir un nom, celui-ci arrive à déployer un talent inaperçu jusqu'alors car il est seulement repéré lors d'un concours au sein de l'entreprise dans laquelle il était employé. Mais le monsieur a du talent et parvient très vite à se faire une petite réputation avec ses premières illustrations dans l'archipel et du coup débarque en Europe avec une réputation qui ne cesse de progresser. En effet, après avoir fait ses armes sur la série des Caresse du Fouet, apéritif sous la forme manga érotique mais tout à fait délirant dans lequel il affine son style (et plus particulièrement en ce qui concerne les belles silhouettes féminines !), Oh ! Great passe rapidement la vitesse supérieure en revenant à des projets bien plus élaborés.

Des débuts prometteurs...

Himiko Den
Himiko Den
Tout d'abord, le mangaka passe le cap en réalisant un one shot titré Himiko Den, la légende d'Himiko, conte qui présente un sauvetage du monde un peu trop confus adapté d'un jeu vidéo dont il avait lui-même conçu le chara design. Pas grand-chose à dire sur un scénario qui prône le fantastique mais qui n'est pas des plus original. Il y a fort longtemps, de valeureux guerriers avaient dû mener une quête afin de briser les pouvoirs magiques contenu dans un miroir maléfique. Heureusement, car celui-ci menaçait de détruire l'humanité...

Eclaté en deux morceaux, c'est seulement en 1998 qu'un jeune hommme, Kutani, retrouve un des deux fragments. Sa vie paisible en sera à tout jamais chamboulé. Un mauvais présage se dresse à l'horizon puisque la prédiction augure le début d'une apocalypse meurtrière. Catapulté dans un passé sanglant, avec son amie Himiko, Kutani entrevoit un monde qui n'a plus grand chose à voir avec le sien. Leur dernier espoir de se sauver repose sur les épaules de l'être le plus faible au monde, Himiko elle-même.

... pour le dessin

J'aurais facilement décroché si les somptueux dessins de l'auteur ne m'avaient pas tenu en haleine du début à la fin avec notamment de fabuleuses représentations d'édifices. Et oui, c'est tout bonnement pour ça que Ogure a connu une ascension fulgurante : une régularité dans le trait de planche en planche qui ne laisse filtrer aucune erreur (même en cherchant bien !). Seulement, le scénario, dont il est aussi le créateur, n'était pas à la hauteur ou alors peut-être trop dur à résumer dans un one shot. En attendant, Himiko Den constitue un hors d'oeuvre à ses créations suivantes.

 

A découvrir

Prince du Tennis

Partager cet article
A voir

Last Exile

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    28/12/2007 à 13h53

    Répondre

    Personnellement j'adore les oeuvres de Oh ! Great !, Himiko ne m'a pas accrochée mais Tenjou Tenge et Air Gear m'ont vraiment épatée. Parcontre, il y a des erreurs dans ses planches, et ce n'est pas très rare : il inverse les mains et les pieds. Ca m'avait choquée au début, d'autant que par la suite, je suis tombée sur d'autres erreurs comme celles ci. Mais il n'empeche qu'il m'épate a chaque fois dans ces illustrations, qui sont vraiment splendides. De plus, Oh ! Great ! N'a débuté de rien, il était simplement employé...c'est vraiment un mangaka super !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques