5/10

Holy Wars

Peu de temps après le lancement de son Shogun Mag, Les Humanoïdes Associés décident de lancer leur publication au format manga dans un sens de lecture européen. Avec des versions retravaillées des oeuvres parues dans le magazine, voici le premier rendu qui prend la forme d'une guerre de civilisations, de religions et d'héroïc fantasy sous le titre de Holy Wars (un jeu vidéo à l'origine). Avec un scénario multipliant les références ésotériques et bibliques dans des temps reculés, le duo d'auteur du manfra se distingue par une intrigue empreinte de noirceur mais avec une édition de niveau amateur.

Carrefour des civilisations

Holy Wars
Holy Wars
Depuis des siècles, les archéologues s'accordaient à dire que la civilisation moderne avait commencé en Mésopotamie il y a près de 6000 ans. Pourtant, les fouilles effectuées en 2001 près du Détroit d'Hormuz allaient révéler une réalité bien différente : la civilisation moderne serait en fait née quelques siècles avant Sumer, 1000 kilomètres plus au sud, à Jiroft, en Iran. Une ère qui aurait influencé toutes les époques et religions à venir, les guerres et les croyances dont tous nos récits et légendes se sont inspirés par la suite. Mais que s'est-il vraiment passé il y a 7500 ans ? Quel cataclysme a pu effacer toute une époque de la mémoire des hommes ? Le mystère restait entier... Jusqu'à aujourd'hui.

A partir d'un scénario rudimentaire, le couple d'auteurs français va réussir à broder un univers concret, intéressant, rempli de références aux mythes des civilisations de la Mésopotamie antique avec une grosse touche d'héroic fantasy. Pas véritablement d'innovation mais une histoire qui se tient et alterne aisément scènes de batailles et développement d'une intrigue qui promet d'être fort riche. Le travail de documentation assez gigantesque dont fait preuve Irons. D émule considérablement l'univers propre au manfra et permet de créer un système de castes dans lequel les humains ne sont que des pions dans les mains de puissances supérieures. Après une mise en bouche salivante, le couple fraternel aux résonances bibliques (Caïn et Abel) s'expose à un dénouement qui promet plusieurs chapitres sanguinolents. Le contexte joue pour beaucoup dans la construction du titre qui est loin d'être exempt de défauts bien visibles.

Enième adaptation de RPG...

Après les univers burlesques de Dofus et classiques de Archlord, Holy Wars prend une nouvelle place qui n'a rien d'original dans son adaptation, excepté son univers immense. Le genre semble être à la mode et le moindre succès vidéoludique semble propice à voir se décliner en support papier pour combler les joueurs - et par conséquent, fans. Autant le dire tout de suite, le cahier des charges imposés est bel et bien présent mais les auteurs semblent s'en dépatouiller sans trop de soucis pour le moment. Mais les personnages entrevus sont ultra classique, le bestiaire s'inspire des grands ouvrages en la matière et le couple fraternel n'occupe pas un créneau nouveau. Du coup, dans la masse de titres dans le même genre, Holy Wars s'en tire juste moyennement car...

Car le graphisme est loin d'être au niveau des oeuvres précités. Shaos compose une mise en scène des batailles aguichante qui donne beaucoup d'envie alors que c'est tout l'inverse pour les personnages, classiques et sans saveur. Visages aux expressions caricaturales et assez souvent reflétant mal les impressions dégagées, le chara design représente certainement le point le plus négatif de l'oeuvre. Car l'univers est encore une fois cohérent et mis en place avec parcimonie, dévoilant par à-coup bien orchestrés une montée en puissance qu'on demande à voir. Découpage actif, remplissage très moyen, trame gâchant le tout mais c'est vraiment le dessin en lui-même qui laisse dubitatif. Question édition, Shogun montre des faiblesses avec une impression juste honnête et des bulles mangées dans l'entre-page, encrage pas terrible. Le travail aurait pu s'avérer bien plus soigné pour une première sortie importante.

Au final, Holy Wars est loin d'être le blockbuster incontournable dans le genre mais représente le titre phare de la collection Shogun avec Mind. Bilan mitigé avec un scénario classique mais beaucoup de références et un dessin pas concluant dans une édition mauvaise. L'histoire devrait convaincre et le reste ne peut que s'améliorer...

A découvrir

Death Note - la série

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    05/05/2007 à 10h27

    Répondre

    Petite erreur , je crois que c'est l'inverse, C'est le jeux video qui est tiré du manga! D'ailleur il est sorti apres.
    Il est tres bons par ailleurs...
    http://www.devalley-entertainment.com/i ... me&game=14

  • Anonyme

    29/05/2007 à 19h20

    Répondre

    Je dirais que nous sommes façe à un manga qui...
    (pour faire mauvaise langue)
    ne peut pas faire pire au niveau de la mise en page.
    Le dessin est sympa mais classique.
    Par contre, l'histoire est fouillée et les auteurs ont l'air de quand même bien se casser la tête.
    Je dirais point noir pour le moment,
    mais reste à voir la suite.

  • tt065

    05/07/2010 à 23h23

    Répondre

    Bon manga histoire effectivement un petit peu tirer par les cheveux il ne faut pas faire trop compliquer a la fin on est un peu perdu. Voyons la suite.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques