7/10

I am a Hero T.3


Flippant, non ?
Est-ce que l'histoire avance dans ce tome ?
Hideo se retrouve dans un wagon de métro situé immédiatement à côté d'un autre où un drame se joue. Des zombies sont en train d'envahir la rame et les portes ne sont pas bloquées. Hideo attend donc le moment opportun pour descendre en restant immobile... Dès qu'il le peut, il se jette dans un taxi mais d'autres personnes blessées y montent en même temps : un couple de blessés qui doivent aller à l'hôpital le plus vite possible et un américain qui doit aller à la base militaire américaine, juste à côté de l'hôpital. Cette course en taxi va s'avérer très longue pour Hideo puisque tous sont contaminés sauf le chauffeur (m'enfin, il y passera aussi, vous inquiétez pas)...

Par rapport au tome précédent, ça donne quoi ? Ce tome se lit super rapidement. On dévore les 220 pages (environ) en moins de vingt minutes. Est-ce que c'est un tort ? Oui et non. Oui dans la mesure où on en veut tout de suite plus et ce n'est pas possible puisque le volume quatre n'arrive pas avant août ; et non dans la mesure où l'action reste assez lente donc il ne vaut mieux pas presser les choses. On a donc quelque chose d'assez similaire à ce que l'on avait dans les deux premiers tomes, on ne peut pas dire que le lecteur est dépaysé.

Que peut-on attendre du prochain volume ? Le premier contact avec une autre personne "épargnée" a été établi. On se demande comment Hideo va réprimer ses folies pour ne pas être pris pour un malade mental... Il est très probable que quand la fille ira retrouver ses amies, ces dernières auront succombé au fameux virus et il est possible qu'elle devienne une partenaire de voyage permanente de notre mangaka reconverti en héros trouillard.

Le mot de la fin : Arrivé à la fin de ce troisième volume, j'en viens à me poser une question un peu bizarre : Est-ce que toute cette histoire ne serait pas le fruit de l'imagination d'Hideo ? Le mangaka raté, devant tant d'échecs aurait pété les plombs et serait devenu un serial killer qui se serait inventé une histoire folle pour couvrir les meurtres dans sa tête (la réaction de la fille à la fin le laisse un peu penser). Vu les hallucinations qu'il a en permanence, c'est pas totalement farfelu... En tout cas, je suis assez curieux de voir la suite pour connaître les tenants et aboutissants de l'histoire.

A découvrir

Blue exorcist T.8

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

3 commentaires

  • naweug

    20/04/2012 à 17h27

    Répondre

    Comme toi, j'ai trouvé certaines choses déroutantes. Je suis assez mitigée sur ce titre : c'est très bien graphiquement, malgré quelques moments un peu 'baclés' mais scénaristiquement, je trouve que ça pêche un peu. Sauf que je ne saurais vraiment dire pourquoi et où.. j'ai enchaîné les deux premiers volumes et... je reste toujours aussi perplexe. Néanmoins, c'est qualitatif et assez original, et ça fait du bien de lire des trucs comme ça dans la surproduction actuelle.
    http://manga.krinein.com/-24889/i-am-a- ... 18544.html

  • OuRs256

    20/04/2012 à 18h36

    Répondre

    Je n'ai pas encore eu la chance de lire le second tome mais si tu me dis que t'es toujours déroutée... j'ai un peu peur. J'ai eu quelques échos de gens qui ont été très loin dans le titre (bouh, pas bien) et apparemment, la suite surprend beaucoup et le tout devient un peu plus clair donc...

    On verra bien

  • OuRs256

    23/04/2012 à 16h42

    Répondre

    N'hésitez pas à vous y risquer !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques