7.5/10

I''S Pure / From I''S

La fin d'une attente interminable pour les fans du manga I''s, une bonne petite série animée romantique pour ceux qui ne connaissent pas encore cette oeuvre inoubliable, voilà ce que peut représenter pour le spectateur cette petite série d'OAVs nommée I''s Pure...

La fin d'une attente interminable pour les fans du manga I''s, une bonne petite série animée romantique pour ceux qui ne connaissent pas encore cette oeuvre inoubliable, voilà ce que peut représenter pour le spectateur cette petite série d'OAVs nommée I''s Pure.


Revenons un minimum aux origines, I''s c'est avant tout une superbe histoire d'amour. Celle d'une relation presque inespérée entre un lycéen totalement ordinaire, gentil et libidineux, Seto Ichitaka, et Iori Yoshizuki, la fille la plus belle et la plus populaire de l'établissement. Alors qu'il ne sait pas comment lui avouer son amour et qu'il passe le plus clair de son temps à l'observer de loin, ils se retrouvent soudainement rassemblés par leur professeur pour effectuer un travail. Seto va trouver là une chance de se rapprocher d'elle, poussé par son copain Teratani qui fait tout pour l'aider dans ses tentatives.


Seuls les premiers instants suffisent à mettre en avant les qualités intrinsèques de cette série d'OAVs. Un opening un peu nunuche mais adorable, des images d'une I''s Pure DVD 1 collector box
I''s Pure DVD 1 collector box
qualité graphique indéniable et un doublage voix trés appliqué et réaliste nous plongent immédiatement dans l'ambiance. On peut alors se lancer avec confiance dans l'aventure I''s
Pure
, car au moins on sait déjà que ces éléments ne seront pas une déception...
Reste le scénario... I''s Pure est tout simplement un condensé des meilleurs moments du manga, des scènes-clés et des rencontres marquantes qui permettent de restituer une bonne partie de l'atmosphère de la série et de la force de I''s. Bien sûr, résumer quinze volumes en six épisodes de 28 minutes nécessite de faire des choix de réalisation drastiques et d'entreprendre une approche plus réductrice de l'évolution de la relation entre les deux protagonistes. Le scénario de l'anime se concentre ainsi sur les plus gros malentendus, les quiproquos savoureux et les dangers qui menacent constamment la survie du couple.

Ce qui fait le succès d'une telle histoire, au milieu de l'incommensurable parterre d'oeuvres romantiques qui se bousculent sur les étagères des magasins, c'est ce savant mélange entre sobriété et sentimentalisme exacerbé, entre rêves érotiques et retours à la réalité, entre un humour timide mais efficace et un sérieux absolument bouleversant.
Car si on devait trouver un seul mot pour qualifier I''s Pure, c'est bien "bouleversant". Quoique imparfait ; la bande-son agréable restant un peu trop simple et répétitive, le character design est souvent superbe mais inégal, certains détails étant parfois négligés ; toutefois les expressions du visage sont très travaillées, parfaitement en harmonie avec le doublage et contribuent à donner une bonne impression de réalisme à l'ensemble.
Pour en terminer avec le côté technique et graphique, ce qui fait l'unicité plébiscitée de I''s Pure que ce soit dans le manga originel ou dans cet OAV est bien la beauté légère et éthérée des personnages féminins, sortes d'anges oniriques aguichants et sexys rattrappées par un monde réel qui voudrait les souiller (elles sont tout de même moins mignonnes que dans le manga, car le design et l'animation font perdre une partie du charme du dessin inimitable de Katsura).


Pour réhausser une fois pour toutes ce côté "bouleversant", le scénariste a selectionné pour succéder aux scènes les plus sentimentales et romantiques les passages les plus glauques et violents, pour appuyer là où ça fait mal. Voyeurisme, tentatives de viol et de meurtre, le spectateur assiste impuissant à ce chantage émotionnel permanent, plus fort que dans me manga et à la fois moins subtilement disséminé à cause de la condensation obligatoire du script, et même si on peut se sentir manipulés par cette insidieuse manière de nous sortir le grand jeu à chaque minute, on ne peut s'empêcher de se trouver toujours un peu plus d'affinités avec l'un ou l'autre des protagonistes et de subir chacune de leurs péripéties amoureuses comme autant de
grands coups de poignards dans le coeur.


I''s Pure se révèle au final une adaptation sérieuse, enflammée et trés plaisante à suivre. Les fans en sortiront certainement un peu (très peu) déçus par son format trop court qui nous fait rater plusieurs situations intéressantes du manga et par le rôle diminué de personnages comme Itsuki ou Izumi, mais tout le monde en aura pour son argent avec cette série d'OAVs. N'oublions pas les petits pervers, qui seront bien servis par un quota très agréable de scènes ecchi, toujours soft au cours de la série puis un peu plus suggestives dans les cinq mini-épisodes bonus du DVD (1 à 2 minutes environ remplies à ras bord d'érotisme déconseillé aux âmes sensibles). Aucun chef-d'oeuvre à l'horizon mais tout de même un trés bon moment à passer devant une trés belle histoire d'amour et une bonne occasion pour se décider à découvrir ou redécouvrir le manga de Masakazu Katsura (auteur entre autres de Video Girl Aï, DNA² et Zetman), une immersion émotionnelle assez fidèle à ce monde romantique bien à lui, poignant et amusant, amer et sucré à la fois...
Un conseil, laissez-vous tenter !


Bonus ou bonne usurpation ?
A signaler en bonus dans le vol.2 la présence des 2 premiers OAV (2x28 mins) tirés du manga, intitulés "from I's" et qui nous content une histoire de vacances d'été dans laquelle Itsuki revient au Japon pour tenir une promesse d'enfance faite à Seto et à un autre garçon, Yusuke...
i_s_dvd2_250
i_s_dvd2_250
On est trés loin de la qualité de I's Pure pour ces épisodes réalisés en 2002 par Satoshi Ito, qui présentent un niveau graphique d'ensemble acceptable mais pas réellement convaincant. En effet le character design n'est pas mauvais mais inégal et cela pour une raison qui englobe toutes les impressions qui nous remontent de cet OAV : un manque de réalisme certain, des personnages sans âme avec des gestes et des réactions qui sonnent faux, une musique consternante et une animation assez limitée. Le comble du désappointement survient à la vue de Iori, qui perd tout son charme et arbore ici un visage à l'inexpression frappante, une vraie poupée de concours animalier qui se distinguerait haut la main dans la section : femelle inutile au regard bovin et à la coiffure immonde (on croyait la condition de la femme japonaise en amélioration dans les animes...mais non).
Pour ceux ou celles qui pensaient au moins profiter de l'histoire, cette paire d'OAV qui se voulait poétique (ouais super ! des jolis flashbacks pleins de souvenirs de vacances !) est en réalité trop décousu et vire rapidement au délire érotico-bucolique de série B.
A l'issue du concours, un prix spécial du jury pour cet OAV dans les catégories "adaptation qui manque de respect à l'auteur" et "pâle copie sans âme". Pas un désastre (le 2ème OAV est quand même moins mauvais...), mais pas loin. Oubliez-le vite.

 

A découvrir

My Way

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques