7/10

Ichi the Killer : Episode 0

Après le manga et le film chocs, voici qu'Ichi The Killer : Episode 0, anime rageur et dérangeant, sort en DVD chez Kubik. On en avait rêvé, Kubik l'a fait...

OAV adapté du célèbre (tout est relatif) manga Ichi the Killer de Hideo Yamamoto, Ichi The Killer : Episode 0 est un OAV de la longueur d'un moyen métrage (50 min environ) sorti en 2002 au Japon qui nous raconte les origines du personnage d'Ichi, seulement esquissées auparavant dans l'adaptation cinématographique du manga : le film Ichi The Killer de Takashi Miike (Visitor Q, Gozu, la trilogie Dead or Alive et des dizaines d'autres chef-d'oeuvres) sorti en 2001, dont cet OAV constitue donc une sorte de préquelle.
A savoir : un film nommé "1-Ichi" réalisé par Masato Tanno a aussi été tiré de ce même manga en 2003 et reprend ce retour aux sources du personnage, constituant la préquelle cinématographique cette fois-ci d'Ichi The Killer mais il est beaucoup moins bien réussi que l'OAV (qui a pour grand avantage d'être un anime, ce qui permet à son réalisateur Shinji Ishihira une plus grande liberté narrative et graphique pour libérer toute la folie de son sujet) et surtout n'arrive pas à la cheville du chef-d'oeuvre de Miike, même s'il reste intéressant.

Scénarisé par Sakichi Sato (également scénariste des deux films), Ichi The Killer : Episode 0 nous conte l'hsitoire de Shiroishi, un jeune homme reservé et un peu lent d'esprit dont le corps est naturellement entraîné au combat, mais qui ne se rend pas compte de sa force et se laisse brutaliser par les autres à cause de son tempérament soumis. La vision de toutes les scènes de violence quotidienne, que ce soit à l'école ou en famille, va avoir un effet dévastateur sur sa sensibilité exacerbée et le transformer en une implacable machine à tuer...


La naissance d'Ichi

Cet OAV un peu décousu mais bénéficiant d'une ambiance prenante grâce à son traitement original (et à une image finement travaillée presque cauchemardesque par moments) tente de nous retransmettrichi en combi (c) kubik
ichi en combi (c) kubik
e toute la furie et la violence contenues dans l'oeuvre de Miike, mais constitue avant tout ce qu'on peut appeler une préquelle, c'est à dire qu'il se concentre sur les origines du personnage de Ichi et sa construction : la première scène est la même que celle du film mais ensuite la majorité de l'histoire est un flashback qui nous fait vivre la transformation de Shiroishi en Ichi. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est très justement intitulé "Episode 0", il agit comme un révélateur, à l'image d'un Ring 0 (dernier épisode et préquelle de la trilogie Ringu) sans pour autant gâcher le film original.

Les thèmes principaux abordés sont donc beaucoup plus centrés sur le mécanisme de la violence et sur le personnage lui-même au travers de tous les traumatismes qu'il subit dans son entourage, que ce soit dans sa famille ou à l'école (on voit d'ailleurs toute la pression mise sur un lycéen persécuté par ses camarades, phénomène trés courant au Japon où la concurrence est impitoyable et qu'on appelle le bizutage ou "bullying" en anglais). Le spectateur médusé et un peuichi en plein combat (c) kubik
ichi en plein combat (c) kubik
dégoûté ne peut qu'assister impuissant au drame du quotidien de Shiroishi, sans pouvoir se résoudre à le prendre en pitié tant l'atmosphère de l'anime est glauque : une distance volontaire est ainsi installée entre le spectateur et l'anti-héros, à grand coups de déviances graphiques et scéniques. C'est simple, on a l'impression d'être des voyeurs campés derrière la vitre d'un laboratoire, observant sans honte les expériences pratiquées sur un jeune homme qui en perd peu à peu son humanité. Ichi, nouvelle créature du docteur Frankenstein ? Oui, si on remplace le docteur par les dérives de la société nippone moderne et toute la haine qu'elle engendre au sein de sa jeunesse qui ne se sent plus intégrée du tout, et cède parfois à la violence gratuite comme si elle était une banalité.


Des larmes, du sang, un homme... Un homme ?


Imparfait mais déglingué, cet OAV d'une puissance dramatique ahurissante dispose d'images très travaillées et on a le droit a quarante minutes d'une animation ultra-enervée renforcée par une bande-son hallucinée. Le réalisateur Shinji Ishihira, storyboarder de formation (ce qui se voit dans l'inventivité dont il fait preuve ici) orchestre donc avec brio ce choc visuel éprouvant, une expérience ultra-violente, gore, érotique et glauque où les émotions extrêmes d'Ichi sont exprimées par des monochromes dérangeail n'épargne personne (c) kubik
il n'épargne personne (c) kubik
nts et des scènes abominables qui vous soulèvent les tripes.

Déconseillé aux âmes sensibles (interdit aux moins de 16 ans et c'est justifié), Ichi The Killer : Episode 0 est donc un OAV détraqué et pervers aux graphismes modernes et inventifs mais inconstants, qui plaira à coup sûr aux fans du film mais aussi à tous ceux qui veulent comprendre le processus qui mène à la folie meurtrière. On n'est pas vraiment séduit au début, mais on ne peut s'empêcher de rester figé devant la suite de l'anime avec un plaisir malsain.
Une trés bonne surprise, mais à ne pas mettre en toutes les mains. Remercions l'éditeur Kubik d'avoir osé le mettre entre les nôtres, et espérons qu'un jour un éditeur fasse de même pour le manga.
A découvrir

Pandala

Partager cet article
A voir

Shumari

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques