7/10

Idiot (L')

Kang Full est un manhwaga atypique possédant un savoir-faire rare en matière de mise en scène qui se retrouve une nouvelle fois bien exploité dans L'Idiot.

Après avoir passé dix ans aux Etats-Unis pour embrasser une carrière de pianiste professionnelle, Ji-rho rentre soudain dans sa famille à Séoul. Elle est accueillie chaleureusement par ses parents, qui ne comprennent pas ce retour imprévu. Peu à peu, Ji-rho redécouvre son ancien quartier et retrouve son camarade de classe, Seung-lyong, l'idiot du coin, qui semble l'avoir attendu toutes ses années...

L'idiot du village

L'idiot
L'idiot
L'Idiot de Dostoïevski n'a rien à voir là dedans mais Kang Full (Timing) se caractérise par son style personnel fait d'un dessin tout en couleurs sous forme de vignettes, d'une narration exemplaire faisant appel à différents protagonistes autour d'un même événement et de personnages possédant un riche background... Autant de signes positifs qui laissent cette bizarrerie se découvrir dans cette bonne collection qu'est Hanguk. L'auteur n'en est plus à son coup d'essai car il avait déjà marqué les esprits par son terrifiant Appartement. Point d'horreur dans L'Idiot mais une histoire faisant appel à la mémoire d'enfant de personnages ayant pris des directions opposés suite à un événement anodin en apparence. L'auteur coréen se montre didactique dans sa manière de nous faire appréhender cette histoire désuète au premier abord et qui va révéler de nombreux destins brisés au grand jour dont celui d'un idiot dont la bêtise n'a d'égal que sa candeur, mais cachant en lui les clés d'un mystère insoupçonné. La pléiade de personnages secondaires présents est orchestré à nouveau de main de maître et on ne sait toujours pas vers quel aboutissement l'auteur veut arriver.  Seulement, plusieurs reproches se doivent d'être mis en avant pour parler de cette nouvelle oeuvre. Si le style de Kang Full, il peut aussi être sa faiblesse. Une certaine répétition dans les phases du manhwa avec de nombreux flash-backs et séquences remontrés plusieurs fois mais toujours avec un point de vue différent et une progression lente sur deux volumes. Autre reproche au style de Kang Full : une certaine ressemblance entre les types de personnages retrouvables dans chacune de ses oeuvres. Et enfin, un drame tout de même un poil moins prenant que sa précédente oeuvre.

L'extrait montré est explicite. A première vue, le dessin de Kang Full n'a rien pour attirer l'oeil. On voudrait presque jeter le manhwa à la poubelle mais on se rend rapidement compte que l'auteur possède un art de la mise en scène et du suspense trop rare pour être rejeter par ses petites vignettes figées mais diablement efficaces au niveau de l'émotionnel. Ce graphisme très particulier, Kang Full s'en fait le porte parole et bien peu sont capables de montrer autant de finesse à travers quelques images sur une page, le tout en couleurs dans deux pavés. Concluons en vous persuadant que L'Idiot mérite d'être lu rien que pour son originalité et le mystère entourant ses quelques personnages qui se quittent difficilement.

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    06/03/2010 à 21h14

    Répondre

    je vous le conseille à tous ce livre est tellemet


    émouvant que j'ai pleuré pendant la lecture jusqu'à la fin des 2 tomes et il est mort à la fin ça m'a encorefait pleuré pendant des heures

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques