7/10

Ikki Mandara

En l'an 1900, le peuple chinois subit à la fois les malversations d'un gouvernement corrompu et incompétent et une terrible sécheresse. La révolte gronde !

Pourtant, l'impératrice Cixi réussit à rediriger la colère du peuple contre les puissances occidentales qui s'immiscent un peu trop dans les affaires intérieures chinoises. Sanniang est la fille d'un pauvre fermier de province. Elle doit fuir son village après le meurtre du percepteur des impôts. Elle se joint à la troupe de rebelles - appelés les Boxers - dirigée par une femme : Huang Lian. C'est le début d'une grande aventure pour Sanniang faite de combat, de rivalités, de déceptions mais également d'amour et d'aventure ! Ces péripéties la mèneront dans toute la Chine et la feront participer à son essor !

Ikki Mandara
Ikki Mandara
Kana a encore eu le nez creux en publiant un nouveau Osamu Tezuka. Avec Ikki Mandara, l'auteur se renouvelle complètement... une fois de plus. Une gigantesque fresque historique dont le personnage principal se trouve être une femme. Passant par la Chine et le Japon, ce seinen nous montre les plus grands événements auxquels ont été confrontées les peuplades concernées. Et ceci se révèle passionnant ! A chaque nouveau chapitre, Sanniang œuvre dans de nouveaux univers allant de l'armée chinoise aux militants anarchistes. Par amour et parfois par bêtise, ce personnage naïf mais tellement sincère avance au gré de ses rencontres, se laissant porter par le cours de la vie. Comme dans Ayako ou Barbara, Tezuka livre un titre où la vision féminine prend le contre-pied de la pensée dominante de l'époque. Seulement, le livre demeure inachevé et forcément cela laisse pointe de déception...

Tezuka livre du Tezuka avec un trait seinen incisif pour les personnages masculins et un autre beaucoup plus arrondi pour évoquer la grâce féminine de Sanniang, dont l'ambiguïté entre masculinité et féminité ne la fait paraître pour aucun des deux. Si bien que son physique la laisse en personnage extérieur nous faisant profiter un maximum de son point de vue sur les événements. Pour le reste, du grand classique dont Gringo serait aussi un autre exemple.

Ikki Mandara laisse songeur car si Tezuka a encore voulu se lancer dans une grande saga par laquelle il avait déjà connu le succès, celle-ci ne connait pas le même succès sans doute à cause de son personnage pas forcément très charismatique mais ô combien original. Fort dommage, Tezuka semblait encore avoir beaucoup de choses à nous conter...

A découvrir

Mars Daybreak

Partager cet article
A voir

Lost Brain

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    28/11/2009 à 01h58

    Répondre

    Oh non,c'est encore tezuka, et ses dessin pour maternelle

  • Anonyme

    02/02/2010 à 01h24

    Répondre

    Wow le livres a l'air vraiment trop bon je crois que je vais m'amuser comme une petite folle a lire cela ))

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques