3/10

Initial D - le manga

Vroouuuuum ! Le tuning ! Ces grosses voitures aux cylindres décuplés et ces rassemblements de milliers de conducteurs si fiers de posséder une voiture particulière. Parmi eux, la majorité s'intéresse juste à exhiber leur monstre tandis qu'une petite minorité s'évertue à aller toujours et encore plus vite avec des moteurs poussés à l'extrême sur les routes dangereuses. Replaçons le contexte au pays des samouraïs pour se rendre compte que le tuning est aussi une attraction. C'est dans le monde de fierté du street racing qu'Initial D nous plonge avec une succession de défis entre conducteurs pour déterminer le plus rapide d'entre eux... un concept qui a beaucoup inspiré le public japonais pour en faire une série incontournable comme Prince of Tennis... mais comme dans ce cas, l'engouement nippon est démesuré pour une oeuvre sans classe.

Road trip

Initial D
Initial D
Au Mont Akina, les courses entre pilotes chevronnés ne cessent de se dérouler tous les week-ends. Les locaux, les Akina Speedstars, semblent dépassés par l'arrivée massive de stars du volant. Devant l'impossibilité de relever le défi qui leur est proposé, une seule solution apparaît : faire confiance à la légende urbaine d'un mystérieux pilote local qui dévale la montagne à toute allure. Personne n'irait alors soupçonner Takumi Fujiwara, un lycéen de dix-huit ans assez rêveur et ne connaissant rien aux voitures ni à leur langage d'être ce génie du volant. Le jeune homme ne fait que livrer le tofu familial dans la région... par conséquent, il connaît les routes du coin par coeur qu'il aborde au volant de sa Trueno 86, une vieille voiture encore performante... à une vitessse hallucinante.

Takumi n'aime pas conduire, il ne trouve donc rien d'exceptionnel à ces performances mais un soir le démon de la vitesse le pousse à rivaliser avec un street racer reconnu. Sa vcitoire est totale. La légende de la 86 prend forme et la rumeur annonce que les plus grands street racers ont tendu l'oreille vers cet exploit... c'est le début d'Initial D qui ne cessera de proposer ce genre de duels au clair de lune entre un conducteur doué et des adversaires organisés en équipes, désireuses de battre le nouveau phénomène.

Le personnage de Takumi complètement décalé du monde dans lequel il évolue apporte une touche de sympathie au manga par rapport aux autres pilotes aux dents rayant le bitume. Seul un trio est au courant de son potentiel. Son meilleur pote Itsuki, censé être le personnage comique mais qui n'apporte rien au manga, auquel il faut ajouter Bunta, le père de Takumi et Kouichiro Iketani, leader des Akagi Speedstars. Le premier est le mentor de Takumi au niveau de la conduite et entretient une relation combinant rivalité et complicité avec son fils, ce qui va progressivement développer le goût de sa pousse pour la conduite. Le second est en totale admiration devant le talent du jeune homme et cherche à le recruter dans son groupe malgré les réticences de Takumi. Bien sûr, le shônen va aussi introduire une histoire d'amour en faisant entrer le personnage de Mogi Natsuki, pour laquelle Takumi fond littéralement.

Le scénario n'est pas franchement passionnant. Les duels montrent une succession de courses de voitures entre la pauvre 86 de Takumi et des monstres toujours plus performants en face, autant dire que cela devient rapidement redondant. Quelques éléments de surprises, le langage et les techniques spécialisées dans le street race, des courses au coude à coude et des descriptions détaillées de voitures uniquement japonaises... et voilà, le tour du manga est rapidement réalisé. Les courses restent tout de même un moment privilégié pour se rendre compte que l'auteur s'est attaché à retranscrire le rythme effrené de la course. Défis, courses en cycle, encore et encore et encore... rien de bien excitant.

Excès de vitesse

Le dualisme du dessin de Shuichi Shigeno est assez palpable avec des représentations pitoyables en ce qui concerne les visages ronds et peu détaillés des personnages auxquels viennent s'ajouter des disproportions assez énormes. Au contraire, les voitures ou les décors sont bien travaillés. Le pire reste quand même la représentation des personnages à "tête de patates", ne manifestant que de rares émotions quand il passe en mode super deformed... du grand art qui s'apprécie au 583e dégré.

En gros, Initial D est d'un intérêt faible avec un humour et un dessin à ranger au placard pour un résultat qui est bien loin de ce à quoi on pouvait s'attendre pour une série qui connaît autant de volumes. Initial D s'est développé sur (bientôt) quatre saisons pour la série animée, deux OAV et un film. Cela ne semble pas prêt d'être fini... reste à voir si l'anime, lui, vaut un peu plus le coup.

A découvrir

Element Line

Partager cet article

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • Anonyme

    18/03/2007 à 19h59

    Répondre

    slt a tous je suis une fan du manga initialD il passe en ce moment sur la tnt (NT1)du lundi au vendredi a 17h40 je le conseil a tout les gens fan de voiture de drift et de tuning. je regrette de ne pas pouvoir trouver la serie en dvd mais tampis.

  • Djak

    18/03/2007 à 20h27

    Répondre

    la serie est dispo en dvd chez kaze

  • zertrand

    19/03/2007 à 01h54

    Répondre

    oui les 3 premieres saison sont dispo pour le moment et une 4 ieme de 24 episode au japon. La seul chose bien dans cette serie ( je parle de l anime la ) c est que les dessins et la 3d sont de mieux en mieux avec le temps

  • Anonyme

    24/07/2008 à 08h36

    Répondre

    Moi perso je trouve cet anime au top

  • Anonyme

    25/07/2008 à 20h39

    Répondre

    Je vous trouve un peu execessif envers ce manga ( je parle de l'anime ) je le trouve tres prenant et il merite a mon sens au moin 5 et pour moi 8

  • juro

    25/07/2008 à 21h03

    Répondre

    Le seul petit truc c'est juste qu'on ne parle pas du tout l'anime à part 2-3 lignes pour dire qu'il existe... 

  • Anonyme

    25/01/2009 à 16h26

    Répondre

    pour avoir eu la chance de voir quelques scan trad des premier volumes


    vous êtes extrement dur avec ce manga au dessin d'une mocheté répugnante, mais avec un scénario assez prenant


    l'animé en vo est tout simplement génial,


    sauf le dessin moche au début mais qui s'améliore


    ma première impression en ayant vu le manga papier, c'est qu'ils ont réussi l'exploit de faire encore plus moche


    donc j'attend avec impatience le moment ou le dessin sera plus beau


    sinon, article a mettre a jour car il est maintenant licencier en france

  • Anonyme

    22/04/2009 à 23h54

    Répondre

    A votre place j'aurais honte d'écrire de telle absurdité, Je pense que tu as du lire le mauvais manga...


    Le Initial D que je connais est super rien à voir avec ce que tu en dis.

  • Anonyme

    06/05/2009 à 14h27

    Répondre

    critique amusante d'une personne qui visiblement est un esthète en matière de manga mais d'une ignorance absolue en matière automobile. Ce manga n'est pas un chef d'oeuvre mais a le mérite d'exister et est assez crédible en matière de courses. comme toujours ils y a ceux qui pratiquent en montagne et ceux qui critiquent (jalousent) allègrement au fond de leur morne et plate banlieue.

  • Anonyme

    16/08/2009 à 14h17

    Répondre

    Les gens, va falloir arrêter de confondre manga et anime (ou plus exactement japanime)

  • Anonyme

    08/11/2009 à 18h44

    Répondre

    tu vois juro, je crois que tu n'as rien compris au manga initial D ! La seul chose qui importe dans cette série, ce sont les voitures, le pilotage, la course et le drift au début. Le créateur de la série est passioné d'automobile sportive, il n'apporte donc que peut d'intérêt au reste... Il pousse le détail à montrer le talon pointe des pilotes, et la façon d'accélérer pendant les changement de vitesse pour garder l'équilibre sur des voitures propulsion. Si tu n'es pas sensible à tous ça... Donc au sport automobile... Initial D n'est pas fait pour toi, tous simplement, mais ce n'est pas une daube ! Il n'interessera que des gens qui aime le sport auto et la conduite sur circuit.


    Je te rappel que la 86 au japon est ce que la 205 GTI est en france... elles sont de la même époque, pour ça faut il encore avoir son permis depuis un moment . Renseigne toi d'avantage avant de commenter un manga, effectue des recherchers approfondis et tu verras que ce manga est plutot impressionnant !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques