5/10

Initiation

Initiation, ça peut paraître extrêmement vague comme titre pour un manga surtout avec une jaquette présentant une jeune fille au regard farouche. Alors qu'est-ce donc ? Quelques pages tournées et l'ambiance est installée pour nous montrer un décor qui oriente définitivement le titre vers la notion de plaisir sexuel tel qu'il est montré dans L'Empire des Sens : sans tabous. Dans Initiation, tout est sujet à évoquer le sexe et faire exploser les dernières notions de chasteté d'un jeune lycéen perdu dans un village aux coutumes hors du temps. Sans tomber dans le sujet banalisé du « sexe pour du sexe », ici tout prend une dimension plus psychologique. Etonnant mais pas forcément passionnant, Haruko Kashiwagi livre une oeuvre plus mûre qu'elle semble y paraître.

Sexe intentions

Initiation
Initiation
Kebigasawa est un charmant petit village typiquement japonais perdu au milieu de la montagne et facilement coupé du monde lorsque la route se retrouve enneigé. Ki-itchi Aiura se retrouve coincé contre son gré dans ce village, hébergé par Sumiko, la jeune fille qui l'a recueilli sur la route lors de son voyage de retour à la recherche du sabre familial. Accueilli avec énormément d'hospitalité, Ki-itchi va rapidement se rendre compte que tout ne tourne pas rond dans ce lieu bâti sur les ruines ancestrales avec la présence de nombreux objets aux formes phalliques et pratiques locales très orientées vers les plaisirs charnels, essentiellement des femmes. Un comportement d'autant plus carnassier que tous les hommes du village figurent sur la liste des absents pour d'obscures raisons. Ki-itchi est un homme, jeune, pudique et sans expérience mais homme... Il n'en faut pas plus à toutes pour tenter de l'initier aux « prises de judo » intimes. Ki-itchi résistera-t-il aux appels sensuels de femmes qu'il n'aime pas le temps que la route soit dégagée ? Plus facile à dire qu'à faire...

Bien évidemment, Initiation ne laisse pas passer l'argument de présenter une histoire dans lequel les références sexuelles sont omniprésentes. La mangaka est sur la corde raide sans jamais tomber dans le voyeurisme ni la perversité mais plutôt la naïveté et l'inexpérience du héros. Les passages à caractère sexuels ne sont pas crus et ne tombent pas non plus dans la pornographie, d'autant plus qu'ils sont rares et intégrés à l'histoire. Le manga s'adresse intuitivement aux femmes avec un lot de personnages féminins tous plus allumées les uns que les autres et dominant les hommes. L'autre argument de vente tend plutôt vers le prétexte d'une opposition us ancestraux ruraux et habitudes citadines formatés. La vision de la mangaka est sommaire, l'opposition entre les deux visions manichéenne et donc peu convaincante.

Us & coutumes d'un village ancestral...

Si le personnage principal masculin a tout du stéréotype de l'idiot patenté et naïf, les autres personnages relèvent de la pure imagination délirante de Kashiwagi qui n'hésite pas à proposer des mantes religieuses sans aucun complexe de timidité et dont la mission est d'enseigner le plaisir. L'atmosphère est bizarroïde, tendue et prenante l'espace d'un temps mais lasse petit à petit par des phases répétitives mettant le héros en mauvaise posture face aux dames locales.

Pour ainsi dire, le trait est assez moche rendant les personnages sous forme de polygones aux formes peu attrayantes. Cependant, chacun d'entre eux est bien typé et possède un fort potentiel d'expressions qui auraient été plutôt utiles pour montrer toutes les facettes des personnages. L'édition de Akata est irréprochable comme d'habitude.

Initiation n'est pas le manga ecchi ou hentai que certains pensaient trouver en le feuilletant mais bel et bien un manga qui parle de sexe beaucoup mieux que Step Up Love Story en conservant un scénario tout de même sommaire et un ton bien plus adulte et complexe. Néanmoins, le seul sujet dominant tournant en boucle l'espace de cinq volumes, il lasse et ne laisse même place à aucun développement annexe d'histoire, à part une vague histoire sentimental. Plutôt étonnant par sa maturité à certains instants, Initiation reste à classer parmi les mangas moyens pour ses nombreux défauts scénaristiques et graphiques.

Partager cet article
A voir

Heat

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    16/01/2014 à 13h58

    Répondre

    Pas du tout d'accord avec l'article! Le scénario me passionne, c'est tellement mieux que les nullités auxquelles nous sommes habitués dans la production européenne. Le dessin est excellent, pas parfait certes mais très lisible et agréable, et surtout, le sujet est fin, précis, délicat, et pas simplement sexuel comme c'est bien trop souvent le cas dans ce genre de BDs. C'est un peu dommage de lire des avis qui n'encourage pas ce genre de manga, il y a tellement de médiocrité dans l'abondante production actuelle, des séries à n'en plus finir de combats incessants entre des super-héros archi conventionnels! Enfin, tous les goûts sont dans la nature. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques