Interview de Karim Talbi, co-fondateur d'Isan-manga

Japan Expo arrive et c'est le temps de refaire un tour aupr
Le premier titre d'Isan manga.
ès des éditeurs (on l'avait fait l'année dernière pour la même occasion) pour voir comment leur situation a évolué. On commence avec un nouveau venu, Isan Manga. 

Salomon IFRAH (SI) : Bonjour Karim, pour commencer, est-ce que tu peux nous parler un peu de ton parcours ?

Karim TALBI (KT) : J'ai commencé ma carrière dans l'édition début 2007, chez un petit éditeur de manga en tant que graphiste / maquettiste. Peu à peu, petite maison oblige, je me suis mis à travailler dans d'autres domaines, notamment l'éditorial. J'ai quitté cette société fin 2008 suite à un changement de direction (et de politique éditoriale). Je donc devenu graphiste free-lance dans le livre, pour divers éditeurs de BD, de manga ou de comics. 

J'ai fait la rencontre d'Etienne en 2011, et à force de discuter de nos projets nous nous sommes rendus compte que nous étions d'accord sur ce que nous voulions faire… cela a donné Isan manga !

SI : Pour en savoir un peu plus sur l'éditeur, est-ce que tu peux me dire d'où vient son nom et comment tu en es venu à le créer avec ton associé ? 

KT : Isan veut dire « patrimoine » en japonais. C'est un clin d'œil à notre politique éditoriale, à savoir, publier des mangas issus du patrimoine culturel mondial.


Le second titre d'Isan manga.

 

SI : Lors de la lecture de Madame Bovary, le second titre que vous ayez sorti sous le label Isan Manga, je me suis rendu compte que l'éditeur visait un public quand même assez adulte et conscient de la place du manga comme oeuvre d'expression. Est-ce que tu peux m'en dire un peu plus sur cette ligne de conduite différente des autres éditeurs ?

KT : Nous voulions nous démarquer des autres éditeurs, arriver avec quelque chose de nouveau sur le marché. Nous sommes tous les deux fans de vieux mangas, c'est un genre qui est délaissé par les éditeurs français, parce que les ventes ne sont pas bonnes… Nous nous sommes dit qu'avec un produit différent, nous pourrions offrir une seconde jeunesse à ces titres, et enfin les faire découvrir au public français !


Le troisième titre d'Isan manga.

 

SI : Il y a quelques semaines, l'annonce de l'obtention de la licence Kamen Rider a provoqué une vive réaction des fans (moi y compris) prêts à soutenir la série dès qu'elle sera disponible. Qu'est-ce qui a décidé le choix de ce titre ?

KT : C'est un titre qui rentre tout à fait dans notre politique éditoriale. Comme je le disais plus haut, nous publions des titres issus du patrimoine manga japonais. Kamen Rider en fait partie, c'est l'un des titres les plus connus du Japon !

SI : Justement, en parlant de choix de titres, est-ce que vous avez des critères particuliers pour sélectionner vos licences ? Moi j'ai l'impression que vous utilisez un mélange de rêve (où du moins les titres qui vous ont fait ou même vous font encore rêver) et d'instinct. Est-ce que je me trompe ?

KT : Il y a un peu de ça. Nous ne nous interdisons rien… Tant que cela rentre dans la politique éditoriale que nous avons définie et que le titre nous plaît, on tente le coup !

SI : Le manga numérique ne décolle pas autant qu'on aurait pu l'imaginer (surtout quand on voit l'engouement pour ce médium dans un pays comme les Etats-Unis). Est-ce que tu penses que l'utilisation d'une liseuse puisse apporter quelque chose à la lecture d'un manga ?

KT : Je pense que le public français est plutôt collectionneur, et du coup très attaché au support physique. Je pense qu'au fur et à mesure les modes de lecture changeront, et on devrait avoir de plus en plus de lecteurs au format numérique.

SI : Pour le moment, Isan manga n'est pas encore connu du grand public. Est-ce que vous attendez Japan Expo pour vous "présenter" officiellement ? 

KT : Nous avons déjà annoncé notre lancement, mais nous sommes une toute petite structure, tournant sur nos fonds propres… Du coup c'est difficile de se faire une place sur le marché, mais je pense qu'avec le temps et la présence sur salon, les choses se feront d'elles mêmes.

SI : Est-ce que vous pouvez nous parler un peu de ce qui nous attend chez Isan Manga pour Japan Expo ?

KT : Nous sortons le premier tome de Kamen Rider pour Japan Expo. Nous vous y présenterons également nos deux prochains titres… Le premier à été annoncé mi-juin, nous gardons la surprise pour le deuxième ! 

SI : Un petit message à faire passer aux lecteurs de Krinein ?  

KT : N'hésitez pas à venir nous poser vos questions sur notre stand à Japan Expo ! Et venez découvrir nos livres, cela vaut le coup d'œil !

SI : Pour la dernière question, on va faire quelque chose qui est censé être assez rapide. Pour chacune des catégories, je voudrais que tu me donnes la première chose qui te passe par la tête :

KT : a. un manga : Kamen Rider (rires, je sors tout juste du bouclage…)
b. un auteur : Shotaro Ishinomori (mêmes raisons)
c. un personnage : Akira
d. une rivalité : De tête je ne vois pas…
e. un couple / un groupe : une groupe de musique ça va ? Iron maiden.
f. une scène : Rien ne me passe par la tête… désolé !
g. une attaque : Rider Kick !

Merci à Karim Talbi d'avoir accepté de répondre à nos questions et merci à Emile Buret pour avoir facilité la mise en relation.

A découvrir

Toriko T.11

Partager cet article
A voir

Akumetsu T.1

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques