4/10

Iriya no Sora

Asaba Naoyuki est un lycéen comme bien d'autres : les cours, les clubs et les vacances occupent toute sa vie. Mais cet été, il a passé tout son temps avec le président du club journal de son lycée pour observer la base militaire du coin, en espérant apercevoir des ovnis. Le dernier jour des vacances, il fait le mur de l'école pour aller se baigner dans la piscine du lycée. Il y découvre une jeune fille de son âge, elle aussi prête a se baigner, mais ne sachant pas nager. Une jeune fille bien mystérieuse qui possède d'étranges demi-sphères metalliques incrustées sous ses poignets.

A moins que vous n'ayez jamais vu d'anime ou lu de manga, vous le savez déja : nos deux compères vont tomber fous amoureux l'un de l'autre, mais ils vont passer leur temps à se tourner autour sans jamais se l'avouer, pour se déclarer dans le dernier épisode. Du spoil ? Que nenni ! Il s'agit simplement de la conclusion à laquelle on arrive en connaissant les clichés du manga et en voyant les dix premières minutes de cet anime. La règle est simple : si l'anime que vous regardez se conforme à suffisamment de clichés pendant les 10 premières minutes, vous pouvez prévoir tout le reste. Et question clichés, Iriya no Sora est plutôt bien loti. Dans les 10 premières minutes donc, on nous fait le coup des uniformes, des maillots de bains, des cheveux violets, de l'héroïne malade, des cheveux qui descendent jusqu'aux genoux, du compagnon mystérieux, de la guerre sous-jacente, de, de, de... N'en jetons plus, cela ne sert à rien de s'acharner. Mais vous comprenez sans doute mieux ce que je voulais dire.

Le seul souci, c'est que même avec la meilleure volonté du monde, on peut difficilement dire du bien de cet anime, ne serait-ce parce qu'il pompe de manière éhontée tout ce qui a fait le succès de Larme Ultime.

Si jamais vous n'avez pas vu Larme Ultime, ne terminez pas la lecture de cette critique car elle contient des spoils. Et autant avoir des spoils pour une série comme Iriya no Sora n'est pas une grande perte (j'espère bien vous convaincre que vous perdrez votre temps en regardant cette série), autant gâcher ne serait-ce qu'un peu de Larme Ultime est un crime.

Si vous lisez toujours, vous avez été prévenus. Donc ne venez pas râler après coup. L'idée s'impose à l'esprit dès la fin du premier épisode. Et rien par la suite ne viendra la contredire. Notre gentille héroïne est la clef qui permettra de mettre fin à une horrible guerre fraticide entre humains, elle est une déesse de la guerre, elle a des problèmes de mémoire, elle a des problèmes de santé, elle doit prendre beaucoup de médicaments, elle est timide, elle est encadrée au sein de l'armée par quelqu'un qui est le seul à bien la comprendre, etc. Le héros n'a pas grand-chose à voir avec celui de Larme Ultime, mais il y avait déja assez de points communs. Les scénaristes ne se sont pas contentés de reprendre en tous points le personnage principal. Ils ont aussi repris les grosses ficelles de l'intrigue : la fuite, l'armée qui la recherche, le gentil monsieur à l'armée qui a tout compris, la fin de la guerre, le final un peu triste. Le souci, c'est qu'ils ont oublié d'étoffer cette trame et qu'ils ont concentré toutes les informations dans le dernier épisode. Les cinq premiers ne sont qu'un prélude au dernier. Au passage, le visionnage de cette série ne soulève aucun questionnement. Les révélations éclatent n'importe quand, et surtout pas dans un contexte particulier. Tout est décousu, on saute du coq à l'âne sans raison. Du point de vue cohérence, on est loin du niveau de mes parties de JDR de collège, pendant lesquelles les gobelins apparaissaient de manière aléatoire. Et je ne m'étendrais pas sur le ridicule absolu de certaines situations, censées être romantiques ou au moins symboliquement fortes, comme ce passage où deux personnes mangent un bol de ramens sur le toit d'une maison, sans raison particulière.

Côté technique, c'est médiocre. Le trait n'est pas fin et le character design est d'une banalité affligeante. Pour l'animation, on a quelques scènes en 3D (une dans le générique et une dans le dernier épisode) qui n'arrivent pas à la cheville de celles de Macross Zero. Et elles ne durent que quelques secondes...
La seule chose à ne pas jeter dans cet anime, ce sont les musiques. Surprenantes, innatendues, elles détonnent au milieu de cet anime, on les remarque immédiatement. Pour tout dire, elles sont inhabituelles pour un anime.

Je vous en prie, ne regardez pas cet anime. Il s'agit d'une repompe honteuse d'un manga absolument genial. En six pauvres petits épisodes qui plus est. Il y a bien mieux dans le même genre, alors allez voir ailleurs.

Partager cet article

A propos de l'auteur

    9 commentaires

    • "L"

      13/07/2006 à 13h45

      Répondre

      D'accord Kei , tu m'as convaincu , je ne regarderai pas cette anime . Merci mille fois pour le conseil !

    • Anonyme

      03/05/2007 à 21h42

      Répondre

      hum, personellement je suis un fan de manga, et je trouve que ce manga a été asser réussi, peu etre sui'je un des rares a le pencer ^^ mais ce n'est que mon point de vue, j'argumente
      bien que je n'ai pas encor vue les mangas d'ou Iria aurais tirée la moitier de ces idées, je pence pas que ce soit tout a fait la meme chose, c'est asser facil de critiquer lourd, car l'hisitoir est pas trés origianal, moi meme je l'avou, mais la facon dont c'est montre est asser plaisante, ca donne envie de continuer a voir le manga, le fait d'avoir pris de morceaux a droite a gauche..ne le fon t'il pas tous ?!, plus ou moin discretement ? frenchement des manga réelement inovant dans les orisons actuel j'en connais pas des maces, seul des mélanges bien affuter son trouvable, car souvent les gens on besoin de regarder d'autres oeuvres pour etre inspirée, ensuite plus on en regarde plus les iddées viennent ^^
      je ne sais pas si il a eu la scene ou c'est flou entre iria et le gar dans vos autres manga, ce moment a été asser bien fait je trouve, il donne du sentiment, il donne quelque chose de particulier
      voila, ce n'était que moi, Simon22
      et sinon le meilleur manga du monde c'est elfen lied xD

    • Bzhnono

      04/05/2007 à 00h59

      Répondre

      Simon22 a dit :

      et sinon le meilleur manga du monde c'est elfen lied xD

      Rien que ça, ça veut tout dire...

    • Anonyme

      12/02/2008 à 20h17

      Répondre

       Je suis aps tout a fait d'accord avec ta comparaison d'iriya avec larme utime


      J'ai vu d'abord iriya, puis larme ultime et dire que l'un est une copie de l'autre, ou que l'un est meilleurs que l'autre, c'est passé à coté de pas mal de chose.


      Déja le héros n'est pas pareil. Du tout, tu le dis toi même. Hors c'est lui notre point de vue. Donc même si les héroines se ressemble beaucoup, on ne les voit pas de la même façon.


       Et même cette ressemblance a ses limites, par exemple l'héroine de larme ultime est parfaitement saine d'esprit, alors que Iriya est devenu schysofrène à la suite de quelques évènements douleureux ( que n'a pas subit l'héroine de larme utime). Une folle entrainé au combat ( elle aime bien les P90 et les couteaux à cran d'arret de 15 cm), et une simple petite fille "classique", je suis désolé, ça n'a rien de semblable.


       


      Donc oui l'histoire est similaire, mais les personnages ne le sont pas, et le traitement non plus ( 2x fois moins d'épisodes, et un rythme nettement plus rapide pour Iriya, on perd en sentiments et questionements des personnages mais on gagne en dynamisme).

    • Anonyme

      03/06/2008 à 17h04

      Répondre

      Tout-à-fait d'accord avec Bejarid.



      Tu ne semble pas t'être intéressé aux bonnes choses de cet animé. Je ne considère pas Iryia no Sora comme une pompe ...

      Des clichés sont présents dans chaque animé (peut-être même pus dans Larme Ultime, parce qu'il y en a eu avant Larme Ultime).



      Iryia no Sora apporte cependant quelque chose d'autre. Le personnage d'Iryia a beaucoup de personnalité. Dire qu'ils ne s'avouent l'un à l'autre qu'à la fin, c'est vraiment être 1ier degré.



      Le personnage d'Asaba évolue, gagne en puissance et en charisme, ça, c'est un motif classique de tous les animés, et franchement, je ne regarderais qu'avec circonspection un animé (de ce type, attention) où un perso perdrait de la personnalité ...



      Ensuite, Iriya n'est pas franchement un personnage classique. Elle a un caractère, sans avoir trop de caractère; et l'on oubliera rapidement son côté "fille de manga sentamentaliste" qui n'est pas du tout souligné ici.



      Certains personnages secondaires comptent beaucoup, surtout Enomoto. Encore un personnage complexe, très riche en caractéristiques, dont on ne cerne pas les sentiments, même s'il on peut mieux le comprendre dans les deux derniers épisodes; et il faudra peut-être revoir la série pour en saisir toute la subtilité (depuis le début, en fait).





      Alors, Kei, avant de déblatérer sur cette magnifique série, à la réalisation IMPECCABLE, qui pourra en émouvoir plus d'un, je te conseille de la regarder un peu plus, parce que tu passes à côté de quelque chose à cause de tes préjugés rancis !



      Tu donnes des fausses idées aux autres, et à la limite, c'est pas la peine de publier un article, si tu pars pour vanter Larme Ultime (c'est ton choix) au lieu de correctement faire une critique de Iriya no Sora, UFO no Natsu.

      C'est dommage, mais après tout, c'est ça, le Web ...



      Franchement, à ceux qui ne l'auraient pas vu, regardez cette série, elle en vaut le coup !



      PS : Iriya n'est pas pas exactement schizophrène, mais bon, presque.

    • Anonyme

      23/01/2010 à 02h08

      Répondre

      Cette critique est très dure, mais généralement lorsqu'une critique est dure et longue c'est que derrière se cache une grande déception. Pour ma part j'ai trouvé cet anime romance pseudo-science-fiction de seulement 6 épisodes très riche du fait qu'il soit si court. Mais maintenant après en avoir vu un nombre suffisant je comprend que comparer les animes entre eux les dévalorises.
      Un conseil aux lecteurs, ne vous découragez pas de voir un anime après en avoir lu la critique ou même le synopsis, vous pourriez vous surprendre à l'aimer.

    • Anonyme

      08/02/2010 à 05h10

      Répondre

      Le 3D!!! Qui etes vous???!!! Ce mangas est l'un des meilleures que j'ai
      vu. Le trait est magnifique. La seul chose que j'ai deteste c'est la
      fin. Car vous ne savez surement rien sur se mangas, vous ne pouvez pas
      savoir de se que je parle. Comme la plus part des fans qui ont repondu je suis contre la critique negative. Sous cette histoire se cache qu'elle que chose de reel. Pour l'amour des mangas!!!

    • Anonyme

      15/03/2010 à 23h57

      Répondre

      Effectivement je trouve votre critique un peu dure… J'ai pu
      voir pas mal d’anime dont certains ne méritaient pas vraiment de s'y attarder,
      mais ce n’est pas le cas de celui-ci. J’en garde un bon souvenir et il sort
      donc du lot aisément.


      Qu’il ne fasse que
      six épisodes n’est pas gênant, l’histoire y est traitée efficacement car il n’y
      a que peu de scènes sans liens avec la trame principale. Tout le monde n'aimera
      sans doute pas, mais il mérite au moins d’être vu.

    • kou4k

      16/03/2010 à 07h19

      Répondre

      L'anime est plus contemplatif qu'autre chose, et au final, en 6 épisodes, le sujet est finalement trop vague alors que les relations entre les personnages n'évoluent presque pas, excepté entre les 2 personnages principaux...


      Cependant, la BO, ainsi que quelques scènes ont matière à devenir cultes(la danse entre le gosse et le vaisseau, courte mais super classe).

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques