Interview d'Eiji Otsuka - Le touche à tout du manga

Depuis quelques années, Angoulême fait déplacer de nombreux mangaka particulièrement intéressants : Maruo, Leiji Matsumoto, Taniguchi, Kaneko et aussi Otsuka. Nous avons rencontrés ce dernier il y a quelques temps et force est de constater que l'artiste a des idées étonnantes.

Bonjour monsieur Otsuka. Pour vous on écrit un manga comme on réalise un film. Pouvez-vous nous expliciter ce propos ?

Quand on crée un film, on réalise une maquette pour s'assurer de la continuité de tous les plans et quand on crée un manga, pour moi, c'est la même chose. Sauf que pour chaque plan, on a une case. Donc ça reste le même principe. Mais bon je n'ai pas inventé ça. C'est un concept qui existe depuis Osamu Tezuka et Shotaro Ishinomori, et moi je me contente simplement de rappeler ce fait.

[Sur son ordinateur, Eiji Otsuka me montre un extrait de film en comparaison avec un manga.]

Il s'agit d'un film qui dure une dizaine de minutes, dans le manga ça équivaut environ à dix pages. En fait, c'est un projet que j'avais donné à mes étudiants pour montrer à quel point les deux mondes pouvaient avoir des similitudes. Le manga peut être traduit en film, et vice-versa. C'est un très bon exemple car les mêmes plans sont utilisés dans le manga et dans le film.

C'est pour cela que votre implication sur l'adaptation live de MPD Psycho a été importante ?

Pour l'intégralité d'entre nous, la génération des mangaka d'après guerre, on a été élevé avec cette idée d'Osamu Tezuka concernant le manga cinématographique et je crois que beaucoup d'auteurs, Osamu Tezuka en tête, voulaient faire du dessin animé. On voulait faire des films et le meilleur moyen pour y parvenir était de les faire sur papier. Quand j'ai eu l'occasion de faire un film de mon manga réalisé par Takashi Miike, forcément je ne l'ai pas manquée. Et donc j'ai eu un rôle multiple : je me suis occupé du scénario, mais aussi du casting des acteurs ; j'étais producteur du film et je me suis également occupé de la bande-sonore. Je ne pouvais pas remplacer le réalisateur ou le cameraman, mais j'ai essayé de m'immiscer dans toutes sortes de parties. Dans Kill Bill, Quentin Tarantino a choisi une actrice qui s'appelle Chiaki Kuriyama. Moi, je l'avais déjà repérée dans un casting bien avant lui. Je l'avais choisie dans le rôle d'une tueuse dans mon film.

 

Le thème de la mort est très présent dans vos œuvres, pourquoi vous fascine-t-il autant ?

Je pense que la bande-dessinée japonaise est un média qui permet de dessiner la mort, ça lui est propre. Pour revenir aux racines, dans les années 30, les premiers dessins animés arrivés au Japon étaient ceux de Mickey. Il y a eu beaucoup de copies de Mickey, en manga ou en dessin animé, qui sont apparues. Les japonais ont donc copié ce style, mais en introduisant un nouvel élément qui était la mort du héros. Dans le dessin animé de Mickey, on ne le voyait jamais mourir ou bien sûr tuer qui que ce soit. Mais petit à petit, il y a eu de plus en plus de dessins animés japonais qui ressemblaient à ceux de Mickey mais dans lesquels les personnages mourraient. L'exemple le plus classique est Le Roi Léo d'Osamu Tezuka, dans lequel le héros grandit et finalement meurt et ça c'est vraiment typiquement japonais. Dans la bande-dessinée japonaise, il y a beaucoup de morts et des meurtres et je pense que c'est beaucoup plus courant que dans d'autres pays. Et, à mon sens, c'est une des raisons pour lesquelles ça apparaît beaucoup dans mon œuvre. Je suis un mangaka et j'ai été influencé par ça.

Pourtant je trouve que vous retranscrivez la mort comme personne. On a une sensation de malaise en voyant les cadavres dans vos mangas. Vous avez forcément une façon d'écrire particulière.

Pour revenir à ce que je disais tout à l'heure, la mort est extrêmement courante dans la bande-dessinée japonaise. Les lecteurs japonais ont tellement l'habitude de voir ça, que ce soit avec des personnages réalistes ou des cartoons, qu'ils en sont désensibilisés. Du coup l'impact que devrait provoquer une scène de meurtre laisse parfois de marbre les lecteurs. Alors je me suis dit qu'une façon de remédier à ça serait d'utiliser les procédés des films d'horreur psychologique ou à suspense pour accentuer la mort. Je veux que les lecteurs puissent ressentir quelque chose, que ce soit une peur ou la profondeur que représente la mort du personnage.

 

Vous réalisez vos mangas avec des dessinateurs différents. Vos méthodes de travail s'adaptent-elles en fonction de chacun ?

Bien sûr, mes collaborations avec chaque mangaka ont été très différentes. Certains d'entre eux retranscrivent le scénario de façon très fidèle. Il y en a d'autres qui changent un petit peu les dialogues et les nuances de l'intrigue et il y en a d'autres qui changent totalement l'intrigue. Ce qui se passe c'est que lorsqu'un scénario que j'ai écrit est transcrit à l'image, il y a toutes sortes d'éléments que j'imaginais qui finissent par changer de façon assez positive et correspondant au style du dessinateur. Ces changements sont différents d'un dessinateur à un autre. Je ne peux pas demander à un dessinateur de faire les mêmes changements que Sho-U Tajima par exemple, et inversement. C'est vraiment une expérience différente à chaque fois et c'est toujours très enrichissant, c'est pour ça que chaque collaboration a été très précieuse. Pour continuer avec Sho-U Tajima, c'est un régal de travailler avec lui. C'est mon ancien élève, mais je n'ai rien à lui apprendre. Quand il modifie mon idée de départ, je ne peux rien lui dire tellement c'est bien…

 

Vos mangas sont imprévisibles, il est impossible d'en déterminer la suite. Cela est dû en grande partie à l'évolution non linéaire de vos personnages. Travaillez-vous cette évolution instable dès les départ ou est-ce de l'improvisation ?

Quand j'écris mes œuvres, j'ai toujours une certaine conclusion en tête. Mais finalement, au fur et à mesure de la création de l'œuvre, je n'arrive jamais à cette conclusion. Par contre, je ne dis jamais au dessinateur ce qu'il va se passer par la suite. De même, je ne lui dirai jamais la conclusion que j'ai en tête, ce qui fait que l'artiste lui-même est assez perdu quand il dessine, et ce qui contribue à brouiller les pistes pour le lecteur.

 

Il y a un personnage central dans vos œuvres : Sasayama. Il revient systématiquement mais à chaque fois dans un rôle secondaire. Peut-on dire de lui qu'il est un véritable héros à la Otsuka ?

C'est un personnage qui me représente dans les mangas et c'est aussi un rôle qui prend toujours un peu distance par rapport aux événements. Ce qui lui permet de les regarder et de les analyser d'un peu plus loin. Il n'est pas aussi impliqué que les protagonistes. Il a toujours des rôles différents dans certains mangas qui ont été traduits en français : à un moment c'est une sorte de concierge, à un endroit c'est un rédacteur en chef d'un magazine de shôjo et cetera. Il a donc toutes sortes de rôles différents, ça change à chaque fois.

 

En France on vous connaît comme scénariste de mangas, mais vous êtes également critique et professeur du genre. Du coup, pouvez-nous dire ce que vous pensez du marché actuel du manga au Japon ?

Ces dernières années j'ai l'impression que le marché du manga devient de plus en plus petit et que, de façon générale, la création est un peu bloquée. Le style d'expression est restreint, cantonné à lui-même. Pour les auteurs mais également pour les lecteurs, il y a un sentiment de blocage. Pour prendre un exemple dans le monde du dessin animé, Hayao Miyazaki a attendu très longtemps pour prendre sa retraite : il attendait la relève. Mais il a finalement pris sa retraite sans pour autant avoir l'impression qu'un véritable successeur puisse prendre sa place. Le problème aujourd'hui, et c'est peut-être pas très gentil ce que je dis, c'est qu'il y a de moins en moins de motivation chez les jeunes auteurs et que ce sont beaucoup plus des consommateurs que des créateurs. C'est pour ça que mes deux élèves, Tatsuya Asano et Chiharu Nakashima, essaient de se produire dans d'autres pays que le Japon. Ils ont l'impression que c'est un endroit peu propice à la création. Chiharu Nakashima est à Toulouse, et Tatsuya Asano à Pékin.

 

Dessiné par Kamui Fujiwara, Unlucky Young Men est votre prochain manga qui sera traduit en France. Pouvez-vous nous en dire plus à son sujet ?

Il s'agit d'une série qui se déroule dans les années 70, dans laquelle sont présents plusieurs personnages célèbres tels que Yukio Mishima et Takeshi Kitano. L'intrigue y mêle plusieurs faits historiques, comme ceux liés à l'armée rouge unie, le casse des 300 millions de yens ou encore les meurtres du tueur en série Norio Nagayama. C'est donc une œuvre qui parle de cette époque. Pour être plus précis, l'intrigue est que ces personnages écrivent une sorte de scénario de film dans lequel ils dérobent les 300 millions de yens, et qu'ils finissent par vraiment le faire.

 

Remerciements : Kenzo SUZUKI pour l'organisation de l'interview et Alexander CLARKE pour la traduction.

Propos recueillis et transcrits par Joan LAINE pour Krinein.com


 

A découvrir

Fly me to the Wet Moon

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques