Japan Expo 2013 - Pika nous parle de son catalogue !

Japan Expo 2013 s'est achevé il y a quelques jours et Krinein a profité de l'événement pour discuter avec bon nombre d'éditeurs de manga et faire quelques interviews. La première de cette série sera avec Laure Peduzzi, responsable presse pour les éditions Pika qui a accepté de se prêter au jeu (surtout pour la deuxième partie en fait !).

Les questions sérieuses. 

Salomon IFRAH (SI) : Bonjour Laure, on va commencer par faire un mini-bilan Pika pour l'année 2012. Comparé à une certaine époque, j'ai eu l'impression que vous avez débuté moins de séries cette année alors que quelques uns de vos titres se sont achevés. Vous vous concentrez donc un peu plus sur les séries que vous devez terminer. Est-ce que c'est vrai, est-ce que c'est faux ? Est-ce que je dis n'importe quoi ?
Laure Peduzzi (LP) : C'est vrai et pas vrai ! Dans le fond, on a en moyenne une nouvelle série par mois et ça fait plusieurs années que cette donnée est à peu près stable. Après, on a essayé d'arrêter le "On en fait plus !". Effectivement, on a essayé de répondre aux attentes de séries en cours, notamment les séries un peu espacées. Il y a donc aussi ce travail en parallèle.

SI : Justement en parlant de séries espacées comme Nodame Cantabile, Kekkaishi mais surtout Nodame Cantabile puisqu'il y a un tome tous les... hum... disons "quand ils sortent".
LP : Tous les 6 mois environs. 
SI : J'ai justement l'impression qu'en 2012, c'est redevenu un peu plus régulier. Est-ce qu'on a un peu plus d'espoir pour les fins en particulier ? Les deux titres dont j'ai parlé plus haut par exemple sont déjà terminés au Japon. 
LP : On essaye. Après, il y a un certain nombre de séries qui sont, pour des raisons diverses et variées, espacées. Par exemple, en ce qui concerne les shôjo, il y a les cas de Maid sama ou Lady and Butler qui sont très espacés parce qu'on a rattrapé la parution japonaise. Le but est de ne pas les arrêter et donc il faut réussir à réguler. On ne peut pas tout sortir d'un coup non plus, surtout pour des raisons économiques. Il est vrai que cette année, on a quand même essayé de faire davantage de parutions dans ces séries là. Il y en a qui se finissent plus vite que d'autres donc autant les finir et après prendre le relais avec d'autres mais c'est un choix qui est fait par les éditeurs. Il faut que les lecteurs sachent quand même que Pika n'abandonne pas ces séries. On adore tous Nodame et on est les premiers déçus que la série n'ait pas trouvé son public. 
SI : J'ai aussi remarqué qu'il était aussi plus facile d'évoquer ces séries avec l'éditeur.
LP : Oui, ce qui a aussi beaucoup changé, c'est qu'on arrive à en parler plutôt que de faire l'autruche comme ça a été le cas à un moment. On a pris le parti d'assumer mais il y a encore des cas particuliers. On a essayé récemment de retravailler sur Gundam mais les japonais derrière n'acceptent pas forcément tout ce qu'on leur apporte et qu'on leur propose. On sait qu'il y a des attentes de fans de Gundam et donc on a essayé de proposer des choses mais tout n'est pas réalisable. 

SI : Très bien, donc ce qu'il faut retenir, c'est qu'il y a de l'espoir et ça c'est une très bonne chose. L'année dernière, on avait un peu parlé du numérique et on avait vu la présentation de titres Pika sur ce support. Cette année, de nombreux autres éditeurs se lancent sur ce marché comme Kurokawa ou encore Glénat. Un an plus tard, qu'est-ce que ça donne en termes de ventes ? Est-ce que le public français commence à adopter ce type de support ?
LP : Nous on continue. Après, très honnêtement, le marché n'a pas évolué en un an et le tout reste assez anecdotique. Les Japonais continuent d'être assez frileux sur l'accord des licences et donc de céder les droits numériques. Même cette année, plein d'ambitions, on leur a dit : "On s'y est mis donc on voudrait acheter les droits numériques en même temps que ceux papier et faire les deux." mais je crois qu'on n'a eu le droit qu'à un accord positif sur douze séries. Après, on fait avec les moyens qu'on a et qu'on nous donne... Le constat, c'est qu'on ne regrette pas, on y est et on tente mais ce n'est pas ça qui va changer notre vie à l'heure actuelle et je pense que c'est relativement le cas pour tout le monde. Après, que les autres s'y mettent, tant mieux mais...
SI : Tu crois pas que c'est juste histoire de trouver la bonne formule, celle qui plaira au lecteur ?
LP : Par forcément, je pense que ce qui est intéressant dans le projet de Kurokawa par exemple, c'est de pouvoir acheter des chapitres. Après, je crois que Kana l'avait tenté et que ça n'avait pas spécialement marché pour autant mais ça peur être un critère. Je pense que ça finira par se développer un jour.
SI : Pour ma part, en ce qui concerne le numérique, j'ai plus l'impression que ce que les gens veulent, c'est quelque chose qui regroupent les derniers chapitres de toutes les séries, avant même leur sortie en volume relié, à la manière d'un Jump. Ce genre de chose doit être très difficile à faire en France avec les titres venant de plusieurs éditeurs différents...
LP : Oui, c'est difficile mais surtout ça demande une autre organisation. On ne peut pas traduire de la même façon et ce n'est pas le même travail, même éditorial et nous, pour le moment, on n'est pas là-dessus. On verra comment le marché évolue. En tout cas, puisqu'on a déjà commencé à travailler sur le numérique, le jour où on veut changer de formule, on a déjà des bases, c'est l'avantage.

SI : Alors que je garde un souvenir de Pika comme d'un éditeur très porté sur le shônen, j'ai l'impression que vous vous tournez de plus en plus vers le seinen et le jôsei avec les sorties de l'Attaque des Titans ou encore Space Brothers à la rentrée et même Chihayafuru, un titre vraiment excellent qui m'a beaucoup fait penser à Hikaru no Go.
LP : Je pense que ce mouvement est une convergence de plusieurs raisons. Déjà, et c'est le cas pour tous les éditeurs, il n'y a pas de nouveau super gros shônen de la mort au Japon. Même là-bas, la mode est au seinen. Regarde l'impact de l'Attaque des Titans chez eux. Nous on a une volonté d'élargir notre catalogue : la jeunesse avec les manga estampillés Disney, les romans graphiques avec Twilight et effectivement le seinen. C'est aussi une histoire d'opportunité et de plaisir. On a fait Billy Bat et on s'est bien fait plaisir, du coup, on répète l'opération avec l'Attaque des Titans et on se fera plaisir avec Space Brothers. À l'heure actuelle, je pense que n'importe quel éditeur français essaye d'élargir le plus possible parce qu'on recrute moins de nouveaux lecteurs et que le lecteur de base a grandi et qu'on veut le garder. Il y a beaucoup de facteurs qui font que le seinen revient sur le devant. Il y a d'ailleurs de nombreuses séries que l'on a publiées à une époque qui marcheraient mieux maintenant. Par exemple, on a réédité le Nouvel Angyo Onshi
SI : Ça n'avait pas marché à l'époque ?
LP : Si mais le public a évolué et ça aide un peu à revaloriser certains aspects qui étaient un peu passés à la trappe. 

SI : Je vais laisser le fan désespéré parler pour cette question mais : un espoir de voir La Loi d'Ueki + un jour chez nous ou toujours aucune chance ?
LP : Alors, à ma connaissance, non. Surtout qu'on n'a plus la première saison dans le catalogue. On s'est battu par exemple pour avoir la suite de Bloody Monday qui était une série pas mal mais qui forcément, au bout d'un moment, était un peu retombée. On avait bien milité pour la suite. Cependant, ce n'est pas évident surtout quand on ne possède plus la première saison. Il faut potentiellement la récupérer et tout rééditer et ça fait un gros enjeu d'un coup. 

SI : Je parlais de Chihayafuru un peu avant, j'ai vraiment été séduit par ce titre qui m'a beaucoup fait penser à Hikaru no Go (le côté surnaturel en moins). Tu voudrais pas donner une raison à nos lecteurs de commencer le titre ?
LP : C'est dur... Y'en a plein... Je dirais... LA PASSION ! 

Les questions débiles.

SI : Question Shingeki no Kyojin - Si tu devenais un titan et qu'on te lâchait au dessus du parc des exposition, qu'est ce que tu ferais ?
LP : Je me fais un bon gueuleton de fans ! 

SI : Question Billy Bat - Si une chauve souris t'apprenais qu'il existe un rouleau qui te permet de changer certains événements du passé, tu voudrais changer quoi ?
LP : Il y a sûrement un ou deux génocides qu'on peut éviter mais je pense que je ferais plutôt un truc pour moi. Je ferais une campagne militaire avec Napoléon ou quelque chose dans ce genre. 

SI : Question Soul Messenger - Tu vois un mort derrière toi qui te dit que c'est le colonel moutarde qui a fait le coup avec la clé à molette. Quelle est la première chose qui te vient à l'esprit ?
LP : Je vais reprendre une bière et voir s'il est toujours là demain matin !

SI : Question Fairy Tail - Tu as le mal des transports mais tu dois absolument prendre le RER pour venir travailler parce que ta voiture est cassée. Comment tu fais ?
LP : Je le prends, je vomis et il s'arrête toutes les trois minutes parce qu'il y a un abruti qui tire la sonnette d'alarme. Ça m'est arrivé ce matin en plus ! Quitte a être malade, autant embêter tout le monde parce que ça fait partie du concept de Japan Expo et du RER !

SI : Question Drôles de Racailles - Est-ce que toi aussi, tu mets des lunettes pour paraître plus intelligente ? 
LP : Je mets surtout des lunettes parce que je suis totalement aveugle sans !  

SI : Question Dreamland - Tu peux accéder aux rêves de qui tu veux. Chez qui tu vas en premier ?
LP : Je vais te donner une réponse de midinette. Je vais dans celui du mec que je kiffe pour voir si par hasard, il rêve pas de moi !

SI : Question Sailor Moon - Chibi Usagi a disparu, où tu penses qu'elle s'est taillée ? 
LP : Je sais pas moi ! À mon avis, elle est pas sortie de son lit !

SI : Question Defense Devil - Malheureusement pour toi, tu as fini en enfer (c'est dommage !) et on te dit qu'en condamnant des gens à hauteur de 1500 ans, tu seras graciée. Comment tu t'y prends pour que ça aille vite ? (Sachant qu'en enfer, il fait plus chaud qu'à Japan Expo !)
LP : Hum, ça dépend si j'ai des potes aux enfers.
SI : Non, t'as pas de potes, c'est pas l'enfer pour rien !
LP : Ah ben dans ce cas, je deviens une vraie chienne et je fais en sorte que tout le monde prenne au max pour pouvoir m'en aller rapidos ! Je vois pas d'autres solutions en même temps si je veux partir.
SI : Ben si, tu peux aussi déléguer ! 
LP : J'y avais pas pensé...

SI : Question Chihayafuru - Tu as un tournoi de Karuta demain mais tu ne peux pas parler parce que tu as trop fait la fête la veille. Comment tu réagis ?
LP : Je sors de 15 jours où j'étais aphone donc... En fait, j'hurle pas. J'en profite pour le déstabiliser à coup de regards qui veulent tout dire. Pas besoin qu'il sache que j'ai trouvé !
SI : Donc la force tranquille !

SI : Question High School of the Dead - Tu es une zombie et tu vois un cerveau alléchant, tu attaques comment ?  
LP : Si j'ai encore un peu de neurones...
SI : Non, t'en a pas...
LP : Je l'attaque pas derrière, je me prends pas la tête. Je suis un peu une feignasse !

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques