Japan Expo 2014 - Les Aventures de Melo (5) Le dimanche

Dernier jour et dernières péripéties pour Melo qui a enfin fait ses armes dans le monde impitoyable de Japan Expo.

Comme indiqué lors de ma journée du samedi, je décide de me rendre à Japan Expo vers midi. Après avoir récupéré la fin d'Emma (cadeau de mon ourson - ceci est un détail qui aura son importance), je rejoins Hitsukun au ring de catch. On assiste à la représentation d'Ultimo Dragon, une légende du catch. Le show est vraiment cool, la petite foule est en délire, le Bien (Ultime Dragon donc) emporte la victoire. J'espère franchement qu'on aura droit à un invité aussi prestigieux dans l'espace catch l'année prochaine, parce que c'était génial ! Retournons du côté des mangas. Avec Soo Yeon et Gensou, des méchants modos de Nautiljon, nous nous dirigeons vers quelques stands éditeurs : Pika (sur lequel j'avais déjà effectué mes achats la veille), Glénat (noir de monde), Nobi Nobi (pour prendre une photo avec Pan'Pan le panda, évidemment) et Milady (que foutent-ils là ?). Et puis l'heure de mes rendez-vous à l'AEUG arriva. Je n'ai pas trouvé Viran, présent sur le stand au moment que moi (et que j'avais zappé de contacter la veille), mais j'ai pu rencontrer Midotaku (facilement reconnaissable car je l'avais déjà croisé au festival d'Angoulême, vous l'auriez su si vous aviez lu mon compte-rendu de ce festival... bon, en fait j'ai eu la flemme de l'écrire... oups).


Le petit village Dragon Quest près du stand Ki-oon.

Bref, direction les jeux vidéo, et autres goodies, mais j'ai déjà raconté mon excursion dans le coin, alors je vais la passer sous silence. Néanmoins, avant de rejoindre le côté JV, j'ai quand même réussi à faire de la pub pour Dorohedoro en amenant Gensou et Midotaku sur le stand Soleil. Et d'ailleurs, toi qui lis cet article, tu lis Dorohedoro ? C'est vachement génial comme manga, profite de la réimpression pour l'acheter ! Trêve de digression, après avoir relâché Midotaku dans la nature et subit les brimades de Soo Yeon (à propos de mon accent et de ma figurine de Holo par Kotobukiya (la plus belle figurine du monde soit dit en passant))(ne vous en faites pas, je me suis vengé), nous nous redirigeons vers l'AEUG pour rencontrer l'ambassadeur du plaisir : Walter Start. Une discussion bien sympa s'est engagée, avant de se conclure par « Que le plaisir vous accompagne ». Vous vous rendez compte, j'y ai eu droit, en live, émotion comme dirait David Cage.


Circuler n'était pas toujours une mince affaire...

Après cela, nous prenons la direction du stand Ki-oon, où je réclame un de leurs sacs géants (en leur montrant les Emma qu'on m'avait donné à mon arrivée) pour porter les tableaux. Mais quels tableaux me dites-vous ? Et bien ceux de Yusuke Nakamura, qu'Elsior et les fans d'Asian Kung-Fu Generation avaient négociés durant l'interview (pendant que moi j'étais coincé dans le RER B, direction la dédicace de Kamui Fujiwara). Tableaux en poche, Soo Yeon et moi allons réclamer des shikishi originaux à l'un des créateurs de Ki-oon. En vain. Je voulais tellement celui de Yoshitoshi ABe… En attendant que le salon désemplisse, je retourne papoter avec Hitsukun sur le stand de Rokkusan (pendant qu'elle plie bagage). Voilà comment c'est terminé cette quinzième édition de Japan Expo pour moi.


La seule et l'unique main qui a dessinée Madoka !

Même si je n'ai pas pu assister aux lives de Shokotan, Litchi☆Hikari Club et de la comédie musicale Sailor Moon, même si j'ai loupé les dédicaces de Rihito Takarai, Nikki Asada, Izumi Matsumoto et Kachou Hashimoto, même si je n'ai pas croisé Antoine Diot (le célèbre basketteur qui était censé se trouver sur le stand Kaze), mon programme de Japan Expo a été bien chargé. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde, et j'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir les allées du festival durant ces cinq jours. J'aurais même aimé qu'il dure un ou deux jours de plus (mais de toute façon, je n'avais d'argent). Au final il est même difficile de dévoiler ce que j'ai préféré durant cette édition, tant tout m'a plu. J'ai bien aimé trouver des goodies et des artbooks, même si certains étaient vraiment trop chers et que mes licences préférées n'étaient pas forcément représentées. Mais je crois que le moment que j'ai préféré, c'est le long entretien avec Yusuke Nakamura. Ce type est tellement talentueux, passionnant et cool que cette rencontre est, je pense, mon moment le plus fort de Japan Expo. En conclusion, je vais simplement que, malgré mon appréhension du début, j'ai trouvé cette édition était géniale, je me suis bien éclaté, et j'espère bien être de la partie l'année prochaine !

A propos des auteurs

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques