Japan Expo 2014 - Les Aventures de Melo (1) Le mercredi

Sur Krinein, pour commencer notre salve d'articles post-Japan Expo, on vous propose déjà de découvrir le voyage de Meloku, nouveau venu chez nous mais aussi sur le salon. En total newbie, il vous fait part de ses émotions, de ses peines mais aussi de ses joies et de ses rencontres. Viendront ensuite quelques articles plus classiques mais aussi les interviews qui seront publiées au fur et à mesure que l'actualité le permet. Sans plus attendre, place au mercredi !

C'est appréhensif que je me rends pour la première fois à Japan Expo. Entre la peur de me perdre dans Paris, les craintes de la chaleur et du trop plein de foule, la multitude de choses à faire et les limitations financières, le stress n'en finit plus de monter avant même le début du festival. Mais au final vais-je m'amuser lors de cette quinzième édition de Japan Expo ? Vais-je y faire de jolies rencontres ? Vais-je survivre au monde et à la chaleur ? Vais-je avoir assez d'argent pour rentrer dans ma région du Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon natale ? Vous découvrirez toutes les réponses à ces questions en lisant cet article.

Tout fraîchement débarqué du RER B, que vois-je ? Une immense queue. Habilement, je la contourne grâce au pouvoir du badge press (c'est comme un badge presse, mais avec un e en moins). J'entre donc dans le festival un peu avant tout le monde, ce qui m'a permis de prendre mes repères et Dieu sait que j'en avais besoin (s'il existe)(parce que s'il n'existe pas, il ne peut pas le savoir)(vous suivez ?). Cela m'a également permis de rencontrer Koiwai de Manga-News (facilement reconnaissable à son t-shirt) et Paoru (facilement reconnaissable à sa blondeur) qui m'ont expliqué le déroulement de Japan Expo et qui m'ont donné quelques précieux conseils. Merci les gars ! Nous sommes toujours le mercredi 2 juillet, premier jour de Japan Expo. Je demande à Elsior de me rejoindre. Rendez-vous au stand Taifu, entre les yaoi et les hentai lui dis-je. Si vous avez lu l'article de Bobo, vous savez déjà que j'aime donner rendez-vous entre les yaoi et les hentai. Bref, en ce mercredi il y avait une attraction à ne manquer sous aucun prétexte : le concert de Shokotan (vous savez la chanteuse qui interprète l'opening de Gurren Lagann et qui bouffe des chats). Mais bon, ce n'est pas de suite, on a le temps de faire un petit tour dans le salon. Après avoir lorgné des artbooks hors de prix (genre celui de JoJo's Bizarre Adventure ou, mieux encore, celui de Satoshi Kon), je me rends à un stand, à peine plus loin, pour acheter des artbooks un peu moins prestigieux mais surtout beaucoup moins chers. Je repars donc avec To love Venus et le troisième artbook de Fullmetal Alchemist.


Ah tiens, Izumi Matsumoto et son traducteur !

Je remonte un peu vers le stand Delcourt (et accessoirement Soleil et Tonkam). Suivant la logique, j'achète le premier de tome de Phantom Blood sur le stand Soleil. Et là , stupeur (mais pas de tremblement), la vendeuse m'annonce qu'il ne passe pas à la caisse et qu'il faut aller le payer sur le stand Tonkam (mais dans ce cas, pourquoi diable était-il vendu chez Soleil ?). Bref, je décide de ne pas l'acheter et d'attendre mon retour à Albi pour le prendre (attention spoilers : j'ai craqué et je suis finalement allé l'acheter le dernier jour de Japan Expo). Je quitte donc le stand Soleil avec quelques Dorohedoro (j'ai racheté des tomes en double pour remplacer les miens abîmés (mais vu la qualité de la réimpression, je n'aurai pas dû) et je me suis mis à jour dans la série (il me manquait deux tomes (vilain, pas beau !)). Avec tous les Dorohedoro que j'ai acheté la vendeuse ne m'avait pas gracieusement offert le badge de la série, j'y suis donc retourné le jeudi pour réclamer mon précieux. Mais revenons au mercredi, avant que le concert de Shokotan ne débute. Pendant qu'Elsior faisait le stock d'hentai tous plus crades les uns que les autres sur le stand Taifu, j'achetais Nostalgia, le magnifique artbook de Tsukiji Nao, chez Ototo.


Mais pourquoi Heiachi n'est-il pas dans le bon sens ?

Faisons un bon temporel, passons le moment où on a mangé un petit jambon-beurre plus cher qu'un putain de manga, et rendons nous à l'AEUG, le stand où des trentenaires font des maquettes Gundam. J'y avais rendez-vous avec Rukawa, de Manganimation, afin d'aller au concert de Shokotan. Il n'était pas là. On va s'asseoir Au dernier bar, près du Live House où avait lieu le showcase de Shokotan. Je joins Rukawa par sms pour le trouver avant le concert, pendant ce temps une queue énorme se forme (la deuxième de la journée si vous suivez bien), et devant cette immondice nous quittons le lieux pour vaquer à d'autres activités. Pendant qu'on zieute les figurines (Elsior a acheté une meuf à poil à 180 euros, je balance), je reçois un sms de Rukawa «Je suis au concert…». Bah oui, cool, mais je voulais la réponse une heure avant moi. Fatigué, j'en profite pour l'inviter à prendre part à la table ronde autour de Shokotan (qui avait lieu le soir) à ma place. «Kyaaaaa !». Il avait l'air content. Bref, par la suite j'ai visité des stands vraiment classes (et d'autres bof-bof) et j'ai chargé Elsior de prendre en photos les cosplays les plus dénudés pour faire du clic. Un première demi-journée de Japan Expo chargée.


Petite image du concert (que Melo a raté) de Shokotan.

A propos des auteurs

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques