8.5/10

Jinbe Evolution T.1


Joli jeu de couleurs !
Kotori Matsunohara travaille pour une agence un peu particulière du gouvernement, le Mushibugyô. Le pouvoir en place n'ayant pas le temps d'entraîner ses propres guerriers, Kotori est chargé de recruter de puissants combattants. Alors qu'il tente de recruter Genjûrô Tsukishima, ce dernier lui apprend qu'il ne peut accepter son offre à cause de sa blessure à la jambe. Son fils par contre... Apprenti samouraï, Jinbe intègre donc la prestigieuse agence shôgunale chargée de débarrasser la ville d'Edo des insectes qui commencent à l'infester. Des insectes d'un genre nouveau que notre héros a déjà croisé auparavant : titanesques, agressifs et meurtriers !! Mais heureusement pour le jeune guerrier, les impressionnants pouvoirs de ses nouveaux coéquipiers vont lui permettre de développer les siens... s'il ne se fait pas tuer avant !

Nouveau shônen des éditions Akata, Dominique Véret vous avait prévenus dans l'interview qu'il nous avait donné à l'occasion de Japan Expo, Jinbe Evolution a le potentiel d'un hit. Une fois le tome en main, on se rend compte quasi immédiatement que ce n'était pas des paroles en l'air. L'auteur a un style unique qui en met plein les mirettes au premier coup d'oeil ! Les combats sont juste monstrueux et l'impression de mouvements est phénoménale. Le design des monstres est plutôt bien trouvé même s'il reste assez standard pour le moment, on dirait de gros insectes "robotisés" uniquement à l'extérieur (ils ont encore des entrailles et un "intérieur" d'être vivant). En ce qui concerne les personnages, l'auteur se débrouille plutôt bien pour nous dresser un portrait du héros dès les premiers chapitres, ce qui fait qu'il n'aura pas besoin d'y revenir plus tard. Il réussit aussi à introduire en douceur les membres du Mushibugyô, avec leurs caractères bien trempés et une petite dose de mystère, notamment avec leur leader. Le deuxième tome devrait mettre en scène l'adaptation de Jinbe dans la jungle tokyoïte. Avec sa nouvelle "amie" aux formes bien dessinées (oui, il en faut, ça reste un shônen), il va découvrir la vie dans la capitale et au sein de sa nouvelle unité de combat. Après tout, le gouvernement compte sur lui !

Clairement, le titre possède tous les ingrédients du shônen mais aussi ce petit truc en plus qui fait qu'on accroche vraiment. Akata a dégoté une petite perle aux graphismes ultra-dynamiques qui seront probablement (bon ok, pas de probablement !) décisifs pour bien vendre la série. En tout cas, je dois avouer que mes yeux ont été conquis quasi-instantanément. Reste à voir si l'auteur réussit à développer une vraie trame de fond derrière ces gros insectes qui réduisent tout à néant sur leur passage. Pour ça, rendez-vous en décembre pour la critique du deuxième tome !

Partager cet article
A voir

Undead T.3

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques