7.5/10

Journal d'une Disparition

La vie d'un mangaka n'est pas toujours facile. Si plusieurs titres ont tourné en dérision le quotidien de ces travailleurs effrénés, Journal d'une Disparition prend une dimension plus grave, teinté d'un humour réaliste. Hideo Azuma se met lui-même en scène pour expliquer sa « disparition » ou plutôt la fuite de ses impératifs du à sa surcharge de travail pour vivre dans la nature. A son gré. Mais au-delà de ce choix de liberté, l'observation des comportements humains et de quelques cas particuliers plus développés rendent ce manga doux amer tout en étant ponctué d'humour. Fort dans son propos et sa forme même si parfois répétitif.

Missing

Journal d'une Disparition
Journal d'une Disparition
Lassé par la routine du dessinateur face à ses planches et écrasé par la pression inhérente à son travail et, Hideo Azuma, un « mangaka » célèbre, décide, du jour au lendemain, de quitter son boulot et de mettre fin à ses jours. Après l'échec de son suicide, il décide de vivre dans la rue en SDF. Son temps est dès lors consacré à trouver de quoi se nourrir afin d'améliorer son quotidien précaire...

Hideo Azuma est le protagoniste de son autobiographie romancée sur la période la plus trouble de sa vie. Honnête dans sa forme, le manga prend une dimension puissante dès les premiers instants. Séduit par le propos original de cette mise à nu assez incompréhensible au départ, la narration excellente de l'auteur amène à penser que celui-ci a eu le courage ou la démence d'échapper à sa condition de salarié pour retrouver sa condition d'artiste itinérant, observateur de la vie et des comportements. Mais pour cela, il doit subsister comme tout SDF et effectuer des recherches quotidiennes de nourriture, boisson et autres menus plaisirs. Seul mais aucunement désemparé, l'auteur prend avec humour les errements de sa vie, faisant face aux situations avec bonhomie, second degré et autodérision. L'approche des problèmes est réelle mais l'attitude sympathique et sans prise de tête de l'auteur ne le laisse pas penser. Mais lorsqu'il démonte l'argument des sectes en deux cases ou de la hiérarchie du travail en une seule réplique, on ne peut que rester admiratif devant l'intelligence de la narration.

Journal intime

Un peu comme cela était évoqué rapidement dans Ki-itchi !! et Homunculus, Journal d'une Disparition soulève le problème des SDF nomades, être invisibles aux yeux des sédentaires à la vie bien minutée. Hideo Azuma aborde le problème sous trois thèmes principaux : la recherche de nourriture au quotidien durant la nuit, les balades dans la ville en observant les différents types de comportements humains et encore l'alcoolisme à travers une large période hospitalière. Si les deux premiers sont vraiment percutants par leur réflexion et leur humour, la dernière déborde de noirceur comme si l'état d'esprit du mangaka avait changé. De sa période trouble à la success story qui lui créera de nouveaux problèmes, l'instauration d'un cercle vicieux fait son idée. Et certains passages du manga se répètent bizarrement (la recherche de nourriture notamment).

Habituel dessinateur de lolitas, Hideo Azuma assume la rupture avec un trait arrondi donnant tout de suite une connotation joviale à son personnage principal. L'univers rebondi de l'auteur charme tout de suite comme un passage en super deformed permanent. Chaque personnage possède un faciès particulier, accentué dans la caricature et même si les expressions paraissent souvent figées, le caractère de l'auteur transparaît et il règle ses comptes avec son entourage et ses connaissances. Le remplissage est moyen, le découpage académique mais l'ensemble sert à juste titre le récit.

Au final, Journal d'une Disparition se révèle intéressant et amusant à lire car il développe des sujets graves avec un point de vue inusité. Inégal dans sa forme, le manga fait passer par tous les stades et prend véritablement les allures d'un journal avec une chronologie qui parvient à expliquer beaucoup de points sensibles et briser admirablement des superstitions. Un one-shot sans comparaison, qu'il est impossible de ne pas recommander.

A découvrir

Warrior

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques