5.5/10

Judge T.1 à T.3


Les masques de lapins qui faisaient...
Hiro est un jeune garçon qui vit rongé par le remords. En effet, il est responsable de la mort de son propre frère... Il se réveille un jour dans le noir, menotté, avec un masque de lapin sur la tête. Il se rendra compte qu'il n'est pas tout seul et que huit personnes sont présentes : toutes portent un masque d'animal et ont l'air aussi perdues les unes que les autres. Comme Hiro

, ils ont tous quelque chose à se reprocher et c'est pour cela que quelqu'un les a enfermés dans ce tribunal. Une mystérieuse vidéo se lance dans la salle principale. Une voix énonce les péchés capitaux et dit aux accusés qu'elle leur accorde une
... fureur dans Doubt sont déclinés !
chance de se racheter : ils vont devoir voter et s'éliminer un par un via un panneau de contrôle et des boutons. Lorsque l'un des accusés est jugé

coupable par les autres... il meurt. Tout est fermé, les téléphones ne captent aucun réseau... Il n'y a aucun moyen de se soustraire à ce tribunal infernal. Malgré tout, Hiro ne désespère pas et cherche une technique qui permettra à tout le monde de s'en sortir vivant.
Ce nouveau manga de Yoshiki Tonogai, adepte du huis clos, du stress et du rebondissement couru d'avance, reste dans le style de l'auteur. Ne vous attendez à aucun changement par rapport à Doubt. Tout est là : les personnages coupables d'un crime inavoué, l'espace clos de type entrepôt avec les portes qui s'ouvrent au fur et à mesure, un des personnages présents qui s'avère être le grand méchant de l'histoire... L'amateur ne sera pas dépaysé. C'est peut-être là que le bât blesse
Des couvertures très similaires...
puisque même graphiquement, on a l'impression que l'auteur ne se renouvelle pas. En prenant un de mes tomes de Doubt, et en le comparant à un de Judge, je me suis rendu compte que les portes et le style de bâtiment ne changeaient pas du tout d'une série à l'autre. Le déroulement de la "partie" est aussi, plus ou moins similaire : les compétiteurs vont s'éliminer un à un, influencés par le "loup" jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un. Les personnages sont aussi très semblables à ceux de la série précédente, et s'avèrent très prévisibles et peu intéressants. Le rythme très lent de l'histoire n'aide pas vraiment à rentrer dans Judge (le rythme de parution non plus) et les 3 petits volumes disponibles à l'heure actuelle se finissent très rapidement sans qu'on avance beaucoup et qu'un réel enjeu soit construit. 
Au final, je serais tenté de ne pas vraiment vous conseiller Judge pour le moment. La série, lue dans son intégralité, devrait s'avérer bien meilleure (surtout si vous n'avez pas lu Doubt) car le dessin agréable, et l'impression de stress (qui reste bien présente) créés par Tonogai, rendent la lecture assez prenante. Il faut espérer que l'auteur réussira à se diversifier dans les tomes suivants et à ne pas trop reprendre les éléments de son développement sur sa précédente série. Un jugement en demi-teinte donc...


Pour vous faire votre propre idée, Ki-oon met à votre disposition pas moins de 67 pages (oui oui, 67 !!!!) : le premier chapitre online est ici.

 

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Blackburnes

    07/02/2012 à 11h30

    Répondre

    Judge est pas une mauvaise série en soi ! Ca manque juste un poil de rythme et la vitesse de parution n'est pas assez rapide pour qu'on puisse mordre dans l'histoire !
    Bref tu as raison de recommander de tout lire en même temps car c'est plus intéressant !
    Et c'est bête que l’auteur n'est pas su assez se renouveler car c'est quasiment la même trame que Doubt avec un petit penchant pour un Seven-Battle Royal http://manga.krinein.com/judge-24575/critique-18137.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques