6/10

Kajika

Fans de DBZ déçus par la daube infâme qu'est Dragon Ball GT, ne désespérez pas. Le maître Toriyama pense à vous : en 1998, il sort dans Jump un ersatz de Dragon Ball : Kajika.

Kajika est le nom d'un jeune garçon qui a tué un renard par jeu. Celui ci lui lance alors une malédiction : transformé en hybride homme/renard, Kajika doit sauver 1000 animaux pour redevenir humain. Au bout de 5 ans de durs efforts, il en est à son 990ème animal. C'est alors qu'il prête main forte à une jeune fille agressée par une bande de yakuzas. Celle ci lui confie alors la mission de ramener le dernier oeuf de dragon existant sur l'île où ils vivaient. Mais c'est sans compter sur l'affreux Gibachi, yakuza en chef de son état, près à tout pour mettre la main sur cet oeuf...

Sur cette trame, somme toute assez classique, Toriyama nous ressort tous ce qui avait fait le succès de Dragon Ball : la quête, le héros fort-mais-pas-très-malin-avec-une-queue-d'animal, les combats, les boules d'énergies, les gens qui courent plus vite que des fusées, etc...
Kajika
Kajika
C'est sans doute le coté le plus déplaisant : suivre un kajika/sangoku dans sa quête de l'oeuf de dragon/dragon ball aidé par l'inutile et peureuse haya / bulma qui se bat contre le clan gibachi/armée du ruban rouge n'a déjà pas grand chose d'enthousiasment. Et quand notre héros rencontre Isaza / Vegeta qui se révele vite être un membre de la même tribue / sayen que Kajika, tribu qui a disparu lorsque le village a été rasé par un volcan / lorsque leur planète a explosé), la coupe est pleine : on est vraiment dans un mini dragon ball, impression soutenue par l'univers dans lequel les personnages évoluent qui ressemble comme deux gouttes d'eau à celui de [placer ici le nom d'un manga célèbre déja évoqué dans cette critique]

Rien de bien nouveau à l'horizon, mais le charme opère : on ne s'ennuie jamais dans ce one-shot, sans doute grâce au dessin, toujours aussi dynamique et précis. Et puis il y a l'humour. Jamais de gags, mais des situations rigolotes et des personnages qui ont tendance à sortir de leurs gonds rapidement.

En fait, il n'y a pas grand chose à dire à propos de Kajika : il s'agit d'un mélange condensé de Dragon Ball plutôt bon, mais la parenté est vraiment trop évidente et on a constamment une impression de déjà vu voire d'éculé. Les positions des personnages, les retournements de situations, le héros, tout vient de DBZ pour le bonheur des fans et le malheur des autres. On ne s'ennuie pas, mais on n'a pas dans les mains un manga original et c'est bien dommage. Toriyama n'a pas besoin de prouver qu'il est créatif, mais il pourrait le montrer, ça ne ferait pas de mal.

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques