4.5/10

Avec Karine

Avec Karine prend la relève de No Bra dans le catalogue de Taïfu Comics. Petites culottes, scènes un peu osées et histoires d'amour sont au programme

Junpeï est un lycéen timide, un fan d'astronomie (dont le club ne comporte que deux membres). Nul en sport, nul en classe, il n'arrive pas à attirer l'attention de Karine, la fille qu'il aime secrètement. Alors qu'il la mate avec son télescope comme tous les soirs, le frère de Karine lui propose un marché (et le lui fait accepter de force). Ils vont échanger leurs corps pour une journée. Proposition plutôt étrange de la part du beau gosse du lycée, joueur de foot exceptionnel, aussi doué en sport que dans ses études, et frère jumeau de Karine.

Avec Karine
Avec Karine
Avec Karine
prend la relève de No Bra dans le catalogue de Taïfu Comics. Petites culottes, scènes un peu osées et histoires d'amour sont au programme. Et tout comme pour No bra, on trouve dans cette série un élément perturbateur qui justifie le sticker "pour public averti". Ici, c'est le siscon qui joue ce rôle. On connaissait déjà le lolicon, ou lolita complex, il faudra maintenant compter avec le sister complex. Le premier des deux complexes est l'attirance d'une personne pour des très jeunes filles (perversité très courante au Japon, où l'on ne compte pas les séries hentaï ou ecchi mettant en scène des collégiennes), le deuxième est l'attirance envers sa propre soeur. Etonnamment, ce sujet est traité très légèrement, comme n'importe quel autre fantasme ou fétiche. En se réfugiant derrière l'échange des corps, l'auteur se met à l'abri des critiques sur le fait qu'il ne parle ni plus ni moins que d'inceste. Mais on a déjà vu bien pire, et au final, même si les scènes (un peu, on reste tout de même très sage) scabreuses sont assez fréquentes, elles ne vont pas beaucoup plus loin que les scènes de fan service habituelles.

Si on retire ces quelques passages, on se retrouve avec un énième manga comico-sentimental. Les personnages principaux suivent les schémas classiques : le bon, la potiche et les truands. Bien entendu, le bon et la potiche sont amoureux, mais ils sont trop timides pour se le dire clairement, et les truands feront tout pour les séparer et ramasser les miettes. En dehors du thème plutôt original, ce manga est on ne peut plus classique. Un manga pour adolescent de plus, qui fait la différence en poussant le fan service un peu loin. Le sticker "pour public averti", qui caractérise généralement les seinen, ou les hentaï, risque d'induire en erreur le lecteur, pensant trouver dans ce manga un contenu plus adulte que la moyenne. Ce serait une erreur. Certes, Avec Karine n'est pas un manga mauvais, mais il ne mérite pas l'étiquette que l'éditeur voudrait lui coller.

Le dessin est soigné, le trait net, les dialogues crédibles. Si l'histoire n'était pas aussi convenue et l'héroïne aussi cruche, on pourrait même dire que Avec Karine est un bon manga. Malheureusement, les personnages rentrent dans beaucoup trop de clichés pour que l'on puisse s'intéresser à eux, et les gags, vus et revus, ne sont pas vraiment drôles.

En tant que manga ecchi, Avec Karine rate son coup. En tant que shônen, il n'est que très moyen. Et son contenu le destine à un public relativement âgé (pour du lectorat de manga). Public qui ne sera pas dupe longtemps. Et si vous hésitez devant ce manga, regardez la couverture attentivement. Tous les éléments de cette série y sont représentés : fesses, poitrines, uniformes, kawaï et des gags classiques. Le meilleur des résumés possibles.

A découvrir

Shitaro-kun

Partager cet article
A voir

Saru Lock

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques