Les Kazé Manga du mois d'avril 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : un bol de riz, un peu de sang, un ballon qui rebondit (sans assassin qui surgit), un petit clin d'oeil à Game of Thrones, un peu de théâtre, un peu de romance et des ninjas complètement fous !


Beelzebub 18
: Un peu de calme pour les héros ? Ce n'est pas vraiment le genre de la maison, surtout quand les gamins réclament de l'action. Oga va donc amener Baby Beel voir un spectacle de l'un de ses héros favoris qui s'avère être un bol de riz. Manque de pot pour lui, certains acteurs ne vont pas venir et il va devoir en remplacer un dans un duel contre… Tôjo ! Après une longue période de combats, Beelzebub fait une petite pause dans l'action et se recentre sur ce qui a fait son succès au départ : l'humour. Tamura a vraiment le chic pour placer les personnages dans des situations complètement débiles (et je parle même pas de Furuichi qui obtient la palme du n'importe quoi avec ses actions dans le lycée pour petits riches) en sortant évidemment les répliques qui vont bien. La fin du tome présente celui qui semble être l'ennemi de cet arc, une ancienne connaissance d'Himekawa qui semble avoir obtenu une influence bien particulière sur ses camarades. Après la raclée qu'Oga a infligé à Behemoth, pas sûr que les ennemis se bousculent au portillon mais ce n'est pas grave puisque ça nous permet d'apprécier ce que l'auteur peut faire de mieux. 

 


Dr DMAT 3
: C'est l'heure du doute pour Hibiki qui vient de perdre son premier patient… Cependant, un nouveau personnage va faire son apparition et lui redonner un peu d'espoir. De toutes façons, il n'a pas vraiment le temps de souffler puisqu'une nouvelle opération se profile alors qu'un vieil homme est atteint d'un hématome sous-dural. La technologie n'est pas toujours très fiable et les conditions d'opérations vont s'avérer très limite… Dr DMAT est une série qui s'est fait plutôt discrète (très peu de communication) mais qui avait démarré avec brio et continue à nous emmener aux limites de la médecine avec des opérations qui semblent toujours aussi désespérées et dangereuses. Les auteurs font un très bon boulot sur le personnage principal qui se trouve dans une période particulière et va se remettre en question. Le statut de héros n'est jamais sans risque dans une série et ils nous le prouvent une fois de plus. En plus d'être un seinen superbement dessiné, Dr DMAT est doté d'une histoire particulièrement poignante et efficace qui plaira à tous les amateurs de titres médicaux.

 


Kuroko's Basket 12
: Pour que le match contre Kirisaki Daiichi ne soit pas « simplement » le match qui décidera si oui ou non Seirin ira à la Winter Cup, Tadatoshi Fujimaki a décidé d'ajouter un autre enjeu : la vengeance d'un camarade. En effet, l'an passé, Kioyshi avait été blessé dans le match contre cette équipe qui a beaucoup de mal à jouer réglo. Depuis, l'équipe de Seirin a changé et possède maintenant un très bon stratège. Puisqu'ils savent que leurs ennemis tenteront tous les coups bas possibles et imaginables, les joueurs ont eu le temps de se préparer (Kiyoshi notamment, est bien déterminé à protéger ses camarades). Après, de là à dire que ça suffit pour ne pas se faire avoir… Dans ce match qui paraissait pourtant très important à la base (c'est un peu le ticket pour la Winter Cup…), l'auteur décide de mettre en scène l'équipe qu'on adore détester dans les shônen sportifs, j'ai nommé les « tricheurs ». Enfin, ils ne trichent pas réellement puisqu'ils ne font qu'utiliser les failles du règlement et les angles morts de l'arbitre pour faire pencher la balance en leur avantage. Il me semble que les auteurs d'Eyeshield 21 avaient fait la même chose et que le même genre d'équipe devait lutter contre les Devil Bats avant le tournoi d'hiver. Bref, tout ça pour dire que Kuroko's Basket ne fait pas vraiment dans l'originalité mais se lit toujours plutôt bien. 

 


Kuroko's Basket 13
: Les joueurs de Seirin n'auront pas vraiment le temps de souffler puisqu'ils apprennent aussitôt que leur premier adversaire lors de la Winter Cup sera la terrible Tôo Gakuen, école menée par le scorer de génie de la Génération Miracle, j'ai nommé Aomine… On se doutait que le moment de la revanche viendrait à un moment ou à un autre mais personne ne pensait qu'il viendrait aussi rapidement… Les membres du club de basketball de Seirin se mettent donc en quête d'une force nouvelle qui leur permettra de résister à une équipe puissante et bien organisée. Pour ce faire, Riko va faire appel à son père, ancien talent de l'équipe nationale japonaise qui va venir à la rescousse de nos héros. Pour lui, ce qui manque, ce n'est pas le talent individuel de chacun mais une véritable cohésion d'équipe, quelque chose d'assez fort pour que le groupe ne fasse plus qu'un sur le terrain. C'est dans cette optique qu'il va les entraîner et leur proposer des exercices destinés à les remettre sur le droit chemin. Il ne reste plus beaucoup de temps à Kuroko pour développer de nouvelles techniques afin de contrer celui qu'il a toujours considéré comme l'un de ses pairs les plus importants… Le choc n'en sera que plus grand sur le terrain !

 


La Fleur millénaire 5
: Aki se trouve face à son échec puisqu'elle n'a pas réussi à garder Seitetsu avec elle. Ce dernier se trouve maintenant dans le pays de  où elle ne peut plus voir ce mentor qu'elle estime autant. Hakusei en profite pour lui rendre une petite visite qui déterminera l'avenir du jeune homme mais aussi de la princesse qui va bientôt devoir faire face à une épreuve difficile. La bataille pour le trône est proche et ce n'est pas la reine de Do qui dira le contraire… En lisant ce cinquième tome, je suis passé de l'ennui à l'agréable. Le début est assez lent et n'est pas forcément intéressant. On connaît maintenant les sentiments de la princesse par coeur et revenir dessus encore et encore ne fait pas vraiment avancer les choses. Cependant, lorsque l'auteure se refocalise sur ce qui fait la force du titre, à savoir les diverses manigances à la cour, la qualité augmente très rapidement. La reine de Do ne se laissera pas battre facilement dans la course au trône pour le plus grand bonheur des lecteurs et le plus grand malheur d'Aki. Un volume en demi-teinte donc mais dont la qualité va crescendo. 

 


Le Chemin des Fleurs 10
: Le manque d'entraînement de Kyônosuke se fait ressentir et son éviction de la pièce n'était pas bien loin. Heureusement, il a deux anges gardiens : Ayame et Ichiya qui vont tout faire pour que le jeune homme puisse se ressaisir et participer quand même. Le problème, c'est que le manque de pratique se voit très rapidement lors d'une pièce de kabuki et Ichiya va très rapidement s'énerver en remarquant que son partenaire le tire vers le bas… Depuis deux ou trois tomes, chaque volume du Chemin des Fleurs est l'occasion pour moi de me demander si le triangle amoureux va un peu évoluer. Pour le moment, ce n'est pas trop le cas il s'avère que malgré tous les efforts faits par l'auteur pour garder ses lecteurs intéressés (l'univers du kabuki qui est toujours super intéressant aide beaucoup), la lassitude commence à se faire sentir. C'est dommage car la série a un potentiel qui ne se limite par à un amour qui tourne un peu en rond. Attendons de voir ce que va donner le onzième opus en juillet mais du côté de Krinein, on espère quelques rebondissements assez rapidement. 

 


Nisekoi 3
: Alors qu'on pensait que Claude allait enfin se tenir tranquille, ce dernier envoie un de ses hommes de main, Tsugumi, pour mettre à jour la supercherie de Raku et de Chitoge. Il commence cash en le provoquant en duel. Lors de cet affrontement, Raku découvrira une vérité très particulière son adversaire… Naoshi Komi continue à étoffer un peu son univers en faisant intervenir un personnage tout droit surgit du passé de Chitoge puisque Tsugumi l'accompagne depuis sa plus tendre enfance et semble savoir des choses sur le premier amour de la jeune yakuza. Il se pourrait d'ailleurs que cette dernière soit plus liée à Raku que ce que l'auteur nous avait laissé penser jusqu'ici. En effet, la copine « officielle » du jeune garçon possède elle aussi une mystérieuse clé qui pourrait bien être celle de son pendentif… Mis à part ça, le volume reste assez sommaire avec la désormais traditionnelle scène de onsen. Alors qu'il se fait berner, Raku va entrer chez les filles et là, c'est le drame… Cependant, une nouvelle complicité va naître entre lui et Chitoge puisque, contre toutes attentes, elle va l'aider à s'enfuir sans être vu par les autres filles. Comme quoi, tout peut arriver dans le manga. Bref, Nisekoi continue son petit chemin de comédie romantique sans rien demander à personne. Pour le moment, c'est gentillet et plutôt sympathique à suivre mais il va falloir quelque chose d'un peu plus dynamique pour que l'on reste à bord du bateau !

 


Rock Lee - Les péripéties d'un ninja en herbe 5
: La série kodomo dérivée de Naruto continue dans ses délires et c'est encore une déferlante de missions débiles qui attendent les lecteurs de ce cinquième volume. Au programme : une rixe pour décider la meilleure saveur de chips, un concours de cosplay de Sakura, la construction d'un mécha mais aussi des vacances à la plage (où les jeux les plus simples deviennent dangereux quand ceux qui y participent ont des pouvoirs ninja) ! De tous les kodomo sortis par Kaze Manga, Rock Lee prouve une fois de plus qu'il est le meilleur. Ce cinquième volume est rempli de délires toujours bien amenés par un auteur à l'humour efficace et qui n'hésite pas à utiliser tous les personnages pour servir ses histoires. Après, il faut garder en tête le lectorat cible du titre. Les plus âgés risqueront d'avoir un peu de mal si jamais ils ne sont pas fans de la série et c'est un peu normal puisque le tout reste très léger. Cependant, le tout se révèle amusant et vraiment sympathique à lire.

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Anonyme

    27/09/2015 à 23h34

    Répondre

    les dessin animé mangas sont tellement génial j'aime aussi vos dessin animé de tadatoshi mais celui de naruto je n'apprécie pas du tout ,j'aime beaucoup koroko basque je suis une fan

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques