Les Kazé Manga du mois de mai 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : Un titre diabolique, de l'amour sur fond de révolution, un peu de sport, de la guerre sur fond d'histoire, un petite partie de chasse, un voyage dans l'univers des contes et quelques zombies.


Beelzebub 19
: Dans l'Institut San Marx, il y a de tout. On peut y trouver des distributeurs automatiques gratuits avec option cuisine française, des élèves normaux mais aussi une salle de combats clandestins. C'est là qu'Oga va faire sensation alors qu'il est donné perdant à 3000 contre 1 (ou quelque chose pas loin) et éclater tous les adversaires en un coup (sans forcer en plus). Eh oui, vous avez bien lu, le démon de la baston est de retour comme dans le premier volume et il faut dire que ça fait vraiment plaisir. Les combats sont à nouveau là juste pour servir de faire-valoir à Oga qui se balade tranquillement dans ce qui pourrait être considéré comme son « jardin ». Alors que cette nouvelle partie avait commencé dans le tome précédent, elle se finira très rapidement dans ce volume, signe que l'auteur soit motivé à faire des choses un peu plus courtes mais plus rythmées, ce qui n'est pas du tout pour nous déplaire. La fin de volume réserve une jolie surprise aux fans de Furuichi qui se voit enfin catapulté sur le devant de la scène grâce… à des mouchoirs ! Beelzebub est dans une passe plutôt sympathique. Rien de mirobolant mais du shônen drôle et qui ne se prend pas au sérieux comme on les aime !

 


Kids on the Slope 5
: Ce cinquième tome de Kids on the Slope serait presque à placer sous le signe de la trahison puisque deux personnages vont être impliqués dans des événements pour le moins étonnants. Pour commencer, Sentarô va faire partie d'un groupe de rock le temps d'un festival. Le choc n'en sera que plus grand pour son ami Kaoru qui n'aurait jamais cru que son nouveau compagnon de groupe aurait pu se détourner Jazz qu'il aimait tant. Le retour de Junichi ne laissera pas non plus Sentarô indemne puisque celui qu'il admire tant va se rapprocher dangereusement de celle qu'il aime en secret… Yuki Kodama continue à mener la vie dure à ses personnages qui ne semblent pas prêts à connaître le bonheur. Il n'ya pas que Sentarô qui souffre mais aussi Kaoru, d'un côté parce qu'il est en train de perdre son seul ami pour des raisons ridicules mais aussi parce qu'il pense que Ritsu est amoureuse de Sen. La mise en scène marche toujours aussi bien et l'auteure sait garder un ton très réaliste pour dépeindre les sentiments de ses personnages, prouvant une fois de plus que l'on se trouve en présence de l'un des meilleurs jôsei du marché.

 


Kids on the Slope 6
: Le passé universitaire de Jun est révélé et on apprend ses déboires lors de la révolution estudiantine qui a fait beaucoup de dégâts dans son université. Alors que Sen va tenter de fuir la réalité, Yurika va tout tenter pour se rapprocher de celui qu'elle aime, quitte à quitter le cocon familial et à abandonner le confort de son quotidien. Pendant ce temps, Ritsu prend conscience de ses sentiments et semble déterminée à les avouer à l'élu de son coeur… Dans ce sixième volume, Yuki Kodama nous montre qu'elle ne choisit pas les événements qu'elle dessine au hasard. Chacun à une incidence sur les personnages et toute la complexité de Jun se trouve liée au mouvement étudiant dont il a fait partie. Même si rien de grave ne lui est arrivé (contrairement à l'un de ses camarades de lutte), cette suite de meetings, d'assemblées générales et de manifestations a laissé une cicatrice bien visible. Le jeune homme est perdu, comme vidé de ses forces et se demande où aller. « Si la lutte ne sert à rien, à quoi bon continuer ? ». Autre évolution notable : celle de Ritsuko. Alors que jusqu'ici, la jeune fille était en proie au doute, l'éloignement de Kaoru va lui faire prendre conscience de ce qu'elle veut vraiment et faire considérablement avancer le schmilblick. Kids on the Slope s'approche de son dénouement pas à pas, preuve d'une grande maîtrise de son auteure dans la gestion de l'histoire.

 


Kuroko's Basket 14
: Le match démarre enfin et il semblerait que Seirin puisse tenir le coup face à l'équipe qui l'avait humiliée la dernière fois. Même si Hyûga réussit à enchaîner les trois points, la menace Aomine est loin d'être sous contrôle et la réponse de Tôô Gakuen à chaque point de Seirin est immédiate. Alors que Kuroko pensait pouvoir tromper son ancien binôme, il se pourrait que leur ancienne complicité lui joue des tours… Ceux qui liront le tome se diront peut-être qu'entre Aomine et Shaka de la Vierge, il n'y a pas de grande différence. En effet, le lycéen parvient à contrer absolument toutes les tactiques que Seirin met en place contre lui. Il s'avère être plus fort et plus rapide que Kagami, insensible au dribble invisible de Kuroko et assez fort pour rattraper la passe monstrueuse de ce dernier à bout portant… L'avenir est donc loin d'être rose pour l'équipe de Seirin qui commence à douter de ses chances de passer le premier tour de la fameuse Winter Cup. Le salut viendra potentiellement du duo Kagami/Kuroko qui semble entrevoir une possibilité à la fin du tome mais pour le moment… c'est pas la joie ! Alors que l'auteur était tombé dans le classicisme le plus banal, ce match vient remonter un peu l'intérêt de la série en proposant un duel intense entre deux équipes qui possèdent autant de hargne l'une que l'autre. 

 


La Fleur millénaire 6
: La reine de Do a bien réussi son coup puisque ses manigances ont surpris tout le monde. Le roi de  blessé dans le combat, la marge de manoeuvre augmente pour tous ceux qui convoitent le trône. Seitetsu n'a pas non plus été épargné puisqu'il est lui aussi gravement blessé mais va devoir sacrifier bien plus s'il veut réussir à protéger Aki efficacement. Cette dernière va devoir apprendre à vivre avec les affres de la guerre, ce qui va lui demander une vraie maturité, peut-être même celle qui est nécessaire pour être reine. C'est donc un tome un peu plus enthousiasmant et plus rythmé que le précédent que nous offre  Kaneyoshi Izumi. Le destin rattrape la jeune fille sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit mais cette dernière fait en sorte de ne pas se laisser surmener. Sa capacité d'adaptation est mise à l'épreuve par un personnage diabolique mais aussi par Hakusei qui tente de plus en plus de la faire réfléchir. On a donc le droit à un tome sympathique et qui se lit très bien, un bon présage pour la suite.

 


Monster Hunter Flash 5
: Le combat contre le Tigrex était juste monstrueux mais il semble que ça soit du passé. Enfin, pas sûr puisque Kérès n'a pas encore rejoint nos héros depuis la fin de l'affrontement… Pas question de se reposer pour autant puisque Raiga va se lancer dans de petites quêtes pour se remettre les idées bien en place. C'est d'ailleurs comme ça qu'il va en venir à décider de se battre contre un dragon que personne n'a osé défié depuis des lustres. Les auteurs nous prouvent qu'ils ont encore de la ressource en lançant le héros dans une nouvelle quête, une qui s'avère même plus dangereuse que les précédentes. Même si la tension retombe un peu comparé au volume 4, il faut avouer que cela fait un peu de bien dans la mesure où la narration n'est pas négligée au détriment des combats contre les monstres. Il y a ici une vraie volonté de développement du personnage principal par ses défis, par ses rencontres mais aussi par ses entraînements. Monster Hunter Flash confirme son statut de série agréable et plaira sans aucun doute à tous les fans de la saga vidéoludique. 

 


Moonlight Act 10
: Le combat contre Momotarô continue et il faut croire que cette fois, Gekkô ne pourra pas régler le problème tout seul. C'est pour cette raison que deux anciennes connaissances arrivent en renfort. Cendrillon et le Petit Chaperon Rouge sont donc de retour pour s'occuper des sous-fifres. Même si l'heure n'est pas à penser à l'avenir, ce qui les attend risque d'être très difficile à gérer… On l'a attendu un petit moment ce dixième volume mais quel plaisir de retrouver Gekkô, Engekibu et les autres ! Même si le combat fait rage en début de volume, ça se calme assez vite pour laisser place à un petit chapitre à la plage qui calme un peu les ardeurs avant une aventure un peu plus longue face à un ennemi plus sournois et mieux organisé que ceux affrontés jusqu'ici. Fujita continue à s'amuser avec les contes de notre enfance et utilise leurs personnages comme bon lui semble, quitte à changer complètement leur caractère. Il réussit donc à nous proposer quelque chose d'inédit, d'inventif et qui est un véritable bonheur à lire (et non, je ne mâche pas mes mots !). Alors que le rythme semble redevenir normal, on a bon espoir de pouvoir profiter du génie de Fujita un peu plus souvent. Rendez-vous en juin pour le tome 11 !

 


Shikabane Hime 15
: C'était à prévoir mais le Roi de la multitude est beaucoup trop puissant pour le Kôgonshû qui tente un dernier coup de force pour permettre aux derniers survivants de s'échapper afin de préparer la résistance. Malgré la force du frère supérieur, les pertes sont grandes et il va falloir compter sur une aide extérieure pour venir à bout de la Multitude. Coup de chance, une organisation catholique envoie des renforts. Il faut croire que l'auteur s'est rendu compte qu'il avait créé des ennemis un peu trop puissants pour ses héros et c'est pour ça qu'il fait intervenir des nouveaux personnages. L'hécatombe était donc bel et bien contrôlée puisqu'elle a permis de faire de la place parmi les forces en présences. La fin du long combat contre le Roi de la multitude est une bonne occasion pour relancer un peu la série qui était tombé dans la routine. Pour le reste, les qualités de la série sont toujours là : c'est violent (le sang coule à flots), c'est bien dessiné et l'auteur ne se perd pas en palabre ; de quoi donner une lecture plutôt agréable aux amateurs de monstres et compagnie.

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques