6/10

Keishicho 24

Quitte à délirer, autant le faire sans limite. Voilà comment définir le style de Hideki Ohwada, également auteur de Heaven Eleven, qui se retrouve dans Keishicho 24, l'histoire d'un aspirant policier tombé dans une brigade bien spéciale. Ne cherchez jamais à voir dans ce manga des enquêtes bien ficelées, des retournements de situation renversants ou une psychologie des personnages recherchée. Il n'y a qu'un mot d'ordre : ne réfléchissez pas et rigolez. D'ailleurs le titre lui-même reflète cet état d'esprit puisqu'on ne sait pas ce que vient faire le Keishicho ou le 24 dedans. Peut-être que Jack Bauer ou qu'une horloge super redoutable viendront faire une apparition...

Keishicho 24
Keishicho 24
L'histoire générale n'est pas bien compliquée et uniquement sujette à apporter des situations cocasses. On suit les aventures du jeune Tetsunosuke Yamabuki qui vient d'entrer à la police pour suivre les traces de son défunt père. Affecté à la circulation, Yamabuki déchante vite mais il s'aperçoit qu'il fait en réalité partie de la brigade de la mort (vous avez le droit de rire), une super escouade trop balaise de la mort qui tue. Bien évidemment, son père était le meilleur élément de cette brigade et le fiston devra se montrer à la hauteur.

Il suffit de lire le « brigade de la mort » et vous comprendrez tout sur ce manga, une sorte de parodie totalement décomplexée et surréaliste de shônens policiers. Il ne faut jamais y voir une quelconque réalité, juste un délire constant enchaînant les situations comiques ou censées l'être. En effet, l'humour n'est jamais bien fin, plutôt répétitif, mais réussit tout de même à divertir. Reste à savoir si vous rigolez sur des blagues gays avec le héros qui se retrouve sans cesse tout nu et qui se fait draguer par son supérieur ou sur la brigade qui fait toujours plus de dégâts que ce qui était supposé se produire. Toutefois, à force de mettre en scène des situations incroyables (le mot est faible) dans le quotidien policier, les événements deviennent beaucoup trop gros pour captiver le lecteur. Par exemple, écraser un missile en marche à la seule force des bras ou retenir puis soulever une voiture avec une seule main laisse un fort goût de « too much » dans la bouche. Le manga se transforme même parfois en shônen pur et dur à la Hunter X Hunter où le héros se retrouve à passer un super concours trop balèze avec tout plein de candidats eux aussi super forts. Même si cela reste du pur divertissement, un peu plus de retenue aurait été préférable.

Sans être génial, le dessin s'avère tout à fait correct et rend parfaitement le sentiment de délire qui transparaît à travers le manga. L'expression des personnages est exagérée et les scènes d'action sont vives et compréhensibles. Que demander de plus pour un manga comique qui séduit d'abord pour son exaltation de tous les instants ?

Besoin d'un manga vif, humoristique, pas compliqué et qui part dans des scènes d'actions insensées ? Keishicho 24 est fait pour vous. Pas d'inquiétude, vos neurones n'auront pas à travailler un seul instant. D'un autre côté, faire une oeuvre plus réfléchie mettant davantage en valeur le travail des policiers n'aurait pas été totalement idiot. Il faut les accepter, les énormités de Keishicho 24 !

A découvrir

Princesse Kaguya

Partager cet article
A voir

Fantamir

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • sphinx

    08/11/2009 à 14h18

    Répondre

    Du grand n'importe-quoi
    mais totalement désopilant ! Les manies des persos (not. le
    héros et le commissaire), les situations grotesques, le
    scénario, ne sont pas piqués des vers. Rien que d'y
    penser me fait rire...


    Et pourtant il a beau
    être loufoque, ce manga n'est pas si mal construit que ça.
    Il y a même une trame principale !


    Le graphisme classique
    est bon, il met bien en avant le côté totalement déjanté
    du manga.


    Donc, si vous voulez vous
    payer un délire n'hésitez pas ! En 6 tomes !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques