8.5/10

Ki-itchi !!

Généralement, les héros des mangas trimbalent derrière eux un peu plus d'une petite quinzaine d'années avant de faire face à de longues aventures... quand Hideki Arai se propose de mettre en scène un personnage principal âgé seulement de trois ans, des questions peuvent se poser sur la trame du scénario et sur la qualité de l'oeuvre. Pourtant, à bien y réfléchir, faire ce choix ne pouvait être qu'un bon filon à exploiter puisque les surprises sont au rendez-vous à tous les niveaux. Et de surprise en surprise, voilà en fait un manga rare, qui ne ressemble à aucun autre, sans artifice ni fioriture mais avec une description de la société japonaise montrant les côtés sombres, à travers le regard d'un enfant qui va découvrir trop rapidement la réalité du monde des adultes. Comme une sorte d'anti-shônen au scénario convenu, Ki-itchi !! apparaît avec beaucoup d'arguments favorables et un ton peu commun pour devenir une oeuvre d'un nouveau genre, illustrant une réalité souvent cachée et par conséquent trop rarement montrée du Japon dans sa globalité.

Une vie brisée

Ki-itchi !!
Ki-itchi !!
A lire les premières pages de Ki-itchi !!, on se demande à quoi on peut s'attendre par la suite. Ki-itchi est un jeune garçon de trois ans qui vient d'entrer en maternelle. Rapidement, il s'impose comme le "boss" parmi l'ensemble des élèves, même parmi ceux âgés de plus de deux années que lui, un peu à la manière de Jo Pae dans High School. En effet, le héros est un dur-à-cuire qui n'hésite pas à s'engager dans des batailles désespérées, seul contre tous. Sa grande force est de ne jamais montrer ses sentiments ni se plaindre des coups portés par ses adversaires. Par ailleurs, le héros montre son gros tempérament par ses actes, son courage et son sens de la justice aigu. Moulin à parole ne conviendrait pas pour qualifier Ki-itchi car son côté brun ténébreux prend souvent le dessus et il se met en colère contre n'importe qui dès que quelque chose lui déplaît. Turbulent et caractériel, il devient peu à peu un problème au sein de son école et c'est à force de brandir le poing qu'il parvient à provoquer la colère des parents des enfants battus.

Justement les parents, il en est plus que jamais question. Choyé par Goro et Tchinatsu, respectivement son père et sa mère, Ki-itchi bénéficie d'une enfance heureuse en tant que fils unique. Rarement présent, Goro se manifeste pourtant comme un père aimant toujours prêt à réaliser un souhait de sa descendance. Quant à Tchinatsu, elle est toujours là pour rattraper les bêtises commises par son fils. Mais dans le monde des adultes, les excuses ne suffisent pas toujours et le « problème Ki-itchi » se doit d'être résolu surtout après qu'il ait ridiculisé une nouvelle fois l'ancien boss de la maternelle, son meilleur ennemi, Chance.

Le temps passe et Ki-itchi semble toujours aussi loin d'être civilisé. Même s'il commence à apprendre la vie, il tape autant qu'auparavant ses camarades. Le clash intervient lors de la fête de l'école après une nouvelle agression caractérisée par un poing dans la figure. Le parent de l'enfant victime du traitement manifeste publiquement son grand désarroi envers les attaques répétées. Toute cette véhémence ne peut se manifester que de façon hautaine, ce qui n'est pas du goût de Goro qui le met à terre. Tel père, tel fils... Leur destin ne va plus jamais être le même après cet épisode car hasard ou coïncidence, la folie d'un homme va briser leurs vies...

Japanese way of life

Si le premier volume dans sa globalité ne s'attache pas vraiment à dévoiler le scénario ni les grands thèmes abordés, il a le mérité de présenter un héros fortement imprégné d'un esprit de combat affûté, d'un caractère de cochon et d'une indépendance marquée en dépit de ses trois ans. La fin du premier tome lance véritablement la trame avec un retournement de situation assez considérable qui s'engage dès la fin du second volume... et c'est une nouvelle surprise à chaque parution d'où une lecture qui devient rapidement boulimique. Le personnage de Ki-itchi devient attachant au bout de peu de temps et quelques autres personnages de passage prennent peu à peu une saveur particulière.

Ceci devient d'autant plus vrai que de multiples thèmes de société propres au Japon sont abordés ou plus simplement évoqués par des exemples, souvent avec brio. Parmi ceux-ci on peut trouver chômage, immigration, exclusion, réalité économique difficile, violence et réalité du système scolaire, rivalité entre les communautés d'Hokkaido et de Shikoku, difficultés parentales dans le monde actuel, l'existence des yakuzas... tous sont bien représentatifs du Japon d'aujourd'hui. De plus, l'auteur replace l'intrigue en le ponctuant de dates historiques contemporaines, et notamment le 11 septembre 2001. Le déferlement des émotions est vraiment exceptionnel et donne parfois les larmes aux yeux. Ki-itchi !! est criant de vérité et laisse un goût amer dans la bouche après lecture.

Pour être clair tout de suite, Ki-itchi !! ne plaira pas à tout le monde en ce qui concerne le dessin. Si les jaquettes, montrant la tête du héros sont imprégnées de l'esprit de l'enfance, aussi bien sur la préface que la postface, ne peuvent pas paraître attirantes au premier coup d'oeil, elles ne sont pas représentatives du trait présent sur le papier. En effet, l'excellence du dessin d'Arai se manifeste par la diversité des visages des personnages très réussis (si ce n'est le héros qui ressemble à un singe). Les paysages et les fonds sont caressés avec force détails et précision qui permettent un remplissage d'une qualité constante. Constant, un adjectif qui s'applique aussi au trait qui connaît même une évolution positive entre le premier et le second tome. Enfin, le découpage est parfaitement adapté à chaque instant et évolue en fonction de l'action : sobre lorsque les dialogues prennent le pas, intenses lors des scènes où l'enfant pète un plomb ou pire lorsqu'il vit un événement bouleversant. Le dessin est expressif et illustre bien le regard d'un enfant qui évolue dans la démesure et la réalité du monde impitoyable des adultes. Presque du tout bon...

Pari risqué mais pari réussi pour Ki-itchi !! qui ouvre peut-être une nouvelle voie au manga avec une réalité sombre articulée autour d'un personnage rare plutôt que dans un univers enjoué, bourré de personnages superficiels. Pari réussi aussi car le manga parvient à aborder des thèmes de société de manière divertissante, histoire d'ouvrir les yeux aux moins informés des nippons. Je ne peux que vous le recommander en tout point tellement Ki-itchi !! m'a conquis.

A découvrir

King of Bandit Jing

Partager cet article
A voir

Bijoux (Les)

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    30/07/2004 à 00h00

    Répondre

    Très bon manga avec une histoire tres déconcertante mais perso jadore car il permet de découvrir les nombreux inconvenients de la société japonaise dû à la crise économique.

  • Anonyme

    01/07/2008 à 21h13

    Répondre

    tous cela me rappel etrangement les themes d'osamu tesuka a sont epoque. Des manga simples traitant des sujets serieux et comtemporains. Je pense me le procurer tres vite.(le jour de la paye )

  • Anonyme

    14/08/2008 à 13h42

    Répondre

    Ce manga est surprenant. Je suis un très grand amateur de manga et je peux dire que celui-là vous donnera une claque. Voila un vrai manga avec un véritable but: celui de choquer le lecteur, pari complètement réussi. Le dessin comme le thème sont très fort et ne laisse pas indifférent. Pour faire oublier au grand public le cliché du manga, c'est à dire San Goku se frittant avec freezer, ou Naruto qui n'arrête pas de jouer au héro, montrer leur Ki-Itchi!!!!

  • Anonyme

    31/10/2008 à 22h43

    Répondre

    Un manga d'une profondeur inestimable. ne soyez pas rebutés par le graphisme (fort ordinaire, par ailleurs)... Et découvrez le reste au fil des numéros.


    A réserver à celles et ceux qui n'aiment pas plonger tête baissée dans le faux & se voiler la face.

  • Anonyme

    18/05/2009 à 15h31

    Répondre

    Ki-Itchi est un manga social et subversif qui parvient à faire oublier à son lecteur que les mangas ne sont pas que des parades grand-guignolesques où des ninjas aux cheveux blonds ou blancs et sapés en orange ou en bleu s'affrontent pour déterminer le plus fort du village caché de la feuille d'oranger.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques