Ki-oon Editions - Interview

Depuis peu, on peut voir sur le marché français du manga un tout jeune éditeur qui tente de se faire une petite place.
En ce mois d'octobre 2004, l'éditeur, entre les sorties de
Duds Hunt et du volume 03 de Element Line, a bien voulu nous accorder un peu de son temps pour répondre à nos questions.

KRINEIN : Pouvez-vous nous expliquer votre politique éditoriale ?
Ki-oon : Nous avons décidé de publier en majorité des manga de fantasy, notre genre de prédilection. C'est pour nous un univers aux possibilités vraiment infinies, d'une richesse et d'une puissance évocatrice sans égale.
C'est le genre auquel nous nous identifions le plus, celui qui nous définit le mieux, et celui que nous apprécions le plus, que ce soit en littérature, au cinéma, en BD ou dans le domaine des jeux vidéo.
La fantasy représentera à long terme une grande partie de notre catalogue, mais nous n'hésiterons pas à publier des coups de coeur d'un genre différent, comme c'est le cas avec Duds Hunt.
Nous sommes des amateurs de fantasy avant tout, mais aussi de fantastique en général et de jeux vidéo. Je pense que ces influences se retrouveront sans nul doute dans nos prochains choix de titres.

Qu'espérez-vous amener de plus sur le marché du manga en France ?
Très honnêtement, nous ne sommes pas là pour "révolutionner" le marché. Ki-oon est avant tout une aventure personnelle et notre ambition est simplement de sortir les titres qui nous plaisent, ceux qui nous auront fait rire, rêver (ou même pleurer), et de les présenter du mieux que nous le pourrons au lectorat qui s'identifiera à nos manga.
Nous avons mis un point d'honneur à fournir dès le début des manga d'une très grande qualité au sens matériel du terme : papier, impression, précision du scan, etc. De même, nous essayons de les traiter avec le même respect que les éditeurs généralistes ont pour leurs livres (traduction et correction de niveau professionnel, etc.). Les lecteurs de manga ne sont pas des sous-lecteurs, ils ont droit eux aussi à du travail bien fait !
Notre travail est encore perfectible sur bien des points et nous ne sommes pas exempts de défauts, mais nous apprenons tous les jours et nous espérons bien continuer à nous améliorer avec le temps.

Malgré la taille modeste de notre structure, nous essayons d'avoir une communication active et de promouvoir au maximum nos titres. Tout d'abord avec notre site Internet. Nous tenions à ce que chaque série ou one-shot bénéficie d'une section spéciale dans laquelle nos lecteurs pourraient retrouver une présentation de l'auteur, des personnages, de l'univers du manga, ainsi que des planches et des illustrations. Ça peut paraître bête, mais nous trouvons que les présentations de série sur les sites d'éditeurs se résument trop souvent à des codes ISBN et c'est quelque chose que nous jugions déjà regrettable en tant que fans, avant la création de Ki-oon.

Les relations étroites que nous entretenons avec nos auteurs et leur très grande implication dans les processus d'adaptation et de promotion nous permettent également de pouvoir offrir des petits "plus" à notre lectorat. Comme les messages rédigés spécialement pour le public français, les couvertures originales, les concours pour faire gagner des exemplaires dédicacés par les mangaka (et bientôt plus) etc. Autre exemple de promotion : la prépublication sur le Net. Nous avons récemment proposé les premiers chapitres de Role Playing Girl et Duds Hunt sur le site Manga-news, et deux récits inédits d'Element Line sur Mangajima. Les réactions de nos lecteurs ont été extrêmement enthousiastes, et ce sont des opérations que nous renouvellerons certainement à l'avenir (un grand merci au passage aux deux webmasters pour leur très aimable collaboration).

Comment vous positionnez-vous par rapport à cette multiplication des titres ?
Comme nous l'avons annoncé au moment de notre lancement, nous avons volontairement décidé de limiter le nombre de nos sorties pour pouvoir consacrer tout le temps nécessaire à la préparation et à l'adaptation de chaque titre. Le rythme de nos parutions augmentera légèrement dès l'année prochaine (nous passerons certainement à une sortie par mois courant 2005), mais il ne faut pas vous attendre à retrouver cinq à six sorties par mois chez nous, ce n'est pas notre but. Le marché se développe à une vitesse impressionnante et le nombre de sorties augmentera encore avec l'arrivée prévue de nouveaux éditeurs. D'un côté on peut se réjouir du fait qu'il y en a vraiment pour tous les goûts maintenant et que de plus en plus d'oeuvres de qualité sont disponibles chez nous, d'un autre côté, les fans seront de plus en plus souvent amenés à faire des choix, et la moyenne des ventes par titre va fatalement baisser. Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce ne sont pas forcément les petits éditeurs qui en pâtiront le plus. Vous vous en doutez, les objectifs de vente ne sont pas les mêmes chez Ki-oon que chez Glénat, et notre seuil de rentabilité se situe beaucoup plus bas.

Pouvez-vous nous décrire une journée type au bureau de Ki-oon Editions ?
Il faut savoir que Ki-oon, c'est deux personnes en tout et pour tout, et que nous gérons tous les aspects de notre société à deux : prospection au Japon, négociations avec les auteurs et maisons d'édition, scan des planches, traduction, adaptation, correction, PAO, mise à jour du site Internet, relations presse et lecteurs, etc. Sans compter les aspects plus administratifs de la gestion d'une entreprise, et une activité parallèle sans rapport avec le manga. Nous avons souhaité ne rien sous-traiter pour apprendre tous les aspects du métier et pouvoir les maîtriser nous-mêmes, et ainsi garder une certaine indépendance.
Résultat : plus de week-end, plus de vacances, nos amis nous ont tourné le dos, et les enfants nous jettent des cailloux dans la rue...

Mais très honnêtement, les aspects positifs et la joie que nous retirons de cette aventure valent bien toutes les heures sup' du monde.

D'après vous, quels sont vos atouts et vos défauts par rapport aux concurrents ?
Pour ce qui est de nos défauts évidents : nous avons des moyens plus limités que ceux des gros éditeurs, notre réseau de distribution est plus limité, et nous sommes arrivés tard sur le marché. Il y en a sûrement beaucoup d'autres, mais là, c'est à vous de nous le dire !
Nos atouts : Bonne question... Là encore, ce serait plutôt à nos lecteurs qu'il faudrait demander ça !

Pouvez-vous nous donner quelques informations sur le futur catalogue Ki-oon ?
Nous allons annoncer notre prochaine série probablement au début du mois de novembre. Mais ce n'est pas tout : nous allons essayer de lancer, ou au moins d'annoncer, des auteurs français courant 2005.


KRINEIN tient à remercier chaleureusement les éditions Ki-oon d'avoir répondu à leurs questions et leur souhaite une longue continuation.

A découvrir

Au Temps de Botchan

Partager cet article
A voir

Majin Devil

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques