Les Ki-oon du mois de mars 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : la guerre dans toute son horreur, des hommes chez les animaux, des querelles de voisinage qui virent au conflit, un peu d'histoire, un combat entre démons infernaux, des médecins qui ne savent plus ou donner de la tête.


Ad Astra 1 :
Non content d'avoir mis Cesare sur le devant de la scène, Ki-oon s'attaque à une nouvelle série historique (Recommandée par Historia, s'il vous plait !), Ad Astra - Scipion l'Africain & Hannibal Barca de Mihachi Kagano. Sachant que je suis convaincu que chaque lecteur de Krinein sait lire et possède un minimum de culture, je ne vais pas vous redire qui étaient ces illustres hommes de guerre mais ils se sont affrontés du temps de l'Empire Romain. C'est cette rivalité qui va être mise en scène dans cette série même si elle n'en est encore qu'à ses balbutiements. Scipion ne fait que découvrir Hannibal et son talent légendaire pour la stratégie et l'adaptation. Ce dernier parvient à rallier les peuples gaulois, dispersés et peu enclins au dialogue grâce à son talent et en montrant directement comment leur révolte pourrait agir sur les Romains. En fait, il leur a redonné l'envie d'affronter ceux qui les avaient jadis humiliés. Au niveau du dessin, c'est beau, rien à dire. Les décors sont fouillés et le trait reste léger sur les personnages qui possèdent une identité graphique qui leur est propre. Ce premier volume a donc tout pour un bon départ. Les amoureux de manga historiques n'hésiteront pas vraiment et les autres pourraient peut-être se laisser tenter par curiosité. Pour finir, l'anecdote dont tout le monde se fiche : c'est le premier titre que j'ai réussi à faire lire à mon père et ça m'aura pris environ 15 ans. J'ai donc enfin pu prouver que le manga, ce n'était pas que pour les enfants. Merci Ki-oon ! 

 


Animal Kingdom 3
:
On passe aux choses sérieuses dans ce troisième tome d'Animal Kingdom qui nous fait faire un bon de 7 ans dans le futur. Alors oui, on part d'un bébé mais on arrive donc à un petit garçon enfin capable de se débrouiller un peu par ses propres moyens. Taro est maintenant capable d'organiser les animaux pour qu'ils puissent repousser ensembles et sans dégâts, de nombreux prédateurs. Les lions ne vont d'ailleurs pas faire long feu (et ce malgré leur force écrasante) face à une cohésion étonnante. En ce qui concerne le scénario, sa grosse évolution vient de l'arrivée de la deuxième humaine capable de communiquer avec les animaux. On la découvrait à la fin du deuxième volume mais elle bien plus développée dans les chapitres de ce volume. Cette dernière est à l'opposé de Taro. Ce dernier est calme, réfléchi, végétalien (ça a son importance !) et toujours réfractaire quand il s'agit d'utiliser la violence. Capri, elle, est impulsive, carnivore et n'hésite pas à utiliser ses « compagnons d'armes » pour arriver à ses fins. Qu'est-ce qui naîtra de ce contraste explosif ? Eh bien, on devrait le savoir dans le prochain d'Animal Kingdom, série que l'on continuera de suivre avec plaisir chez Ki-oon. 

 


Bride Stories 6
 :
Kaoru Mori nous offre un développement vraiment étonnant avec ce sixième volume de Bride Stories puisqu'elle nous plonge en plein conflit ! Eh oui, alors que tout avait été plutôt calme jusque là, l'auteure à décidé de nous faire voir les horreurs de la guerre et ses répercussions sur les habitants. Elle introduit même une composante psychologique difficile à gérer puisque c'est le clan d'Amir, à la recherche de nouvelles terres qui attaque son village. La jeune femme passe donc par une palette d'émotions très intéressantes et qui sont superbement retranscrites par un trait qui impressionne toujours autant tant il est riche en détail. L'édition « latitudes » réussit même l'exploit de le sublimer grâce à son grand format qui permet au lecteur d'apprécier chaque case à sa juste valeur. Une fois de plus, on se retrouve avec du très beau boulot de chez Ki-oon en ce qui concerne l'édition et puis de toutes façons, avec un tel titre, difficile de se louper ! 

 


Cesare 8
:
Alors qu'Angelo est toujours plus ou moins en convalescence, Cesare est invité à Florence où se trouve l'actuel chef de famille des Médicis afin de fêter la fin de la Reconquista (période pendant laquelle les Espagnols ont combattu les Maures pour récupérer toute l'Espagne). Par tout sauf un hasard, l'archevêque de Pise est invité dans le même temps. Cesare va donc devoir user de toute sa ruse pour faire en sorte que les deux hommes règlent leur différend sans faire couler le sang… Un volume encore une fois très bien tourné par Fuyumi Soryo qui met l'accent non pas sur la Reconquista (alors que c'est quand même l'événement qui est fêté) mais plutôt sur la maestria de Cesare dans le domaine de la manipulation. Loin de lui l'idée de forcer les bonnes relations entre Raffaele Riario et Lorenzo de Médicis, il va les pousser dans les bras l'un de l'autre en utilisant des techniques qui peuvent sembler très simplistes mais qui prouvent une fois de plus leur efficacité. La fête n'est pourtant que de courte durée et les dernières pages n'augurent rien de bon (Pour les personnages car pour nous lecteurs, c'est le jackpot), Cesare le dit d'ailleurs lui-même « Le pilier qui soutenait la péninsule est sur le point de s'effondrer ! ». 

 


Hell Hell 3
:
Shin, blessé après son combat contre Noro, va devoir faire à un autre de ses frères, le numéro 44 pour prendre soin de ses blessures. Plus facile à dire qu'à faire mais qu'à cela ne tienne, après un joli flashback et une belle scène de courage, tout est possible ! Une chose est sûre, le scientifique qui déteste les démons semble décidé à tous leur faire leur fête… Pas mal de combats au menu de ce volume 3 qui ne fera malheureusement pas beaucoup avancer l'histoire. Les combats restent assez légers et une fois de plus, on sent que l'auteur ne possède pas le sens du spectacle de certains auteurs de shônen. Cependant, le résultat est là. La série continue à un rythme de croisière et ma foi, ça reste assez sympa à lire. Ne vous attendez pas à un titre exceptionnel mais pour du shônen classique, Hell Hell reste un manga d'assez bonne facture.

 


La Main droite de Lucifer 5 :
Avec ce cinquième tome, Yû obtient enfin ce qu'il voulait depuis quelques temps déjà, un anesthésiste. Son ancien ami Ryûsei Okita va se voir contraint de l'aider dans un premier temps mais va finir par rester, happé par la bonne humeur et l'intensité qui règle dans la clinique lors des périodes de rush. Vis à vis de l'histoire, le gros changement est l'apparition de la reporter qui vient ennuyer Yû comme c'est pas permis et qui va même l'embarquer de force dans une histoire politique malgré lui… L'auteur nous distille quelques éléments sur le passé du docteur tatoué dans un tome riche en action et dont l'intérêt se trouve relevé par la présence de la journaliste. Cette jeune femme, fouineuse par excellence, va réussir à faire remonter tous les traits intéressants de notre docteur mais aussi lui extirper pas mal d'informations qui nous avaient manqué jusqu'ici ! Elle aura, sans aucun doute, son rôle à jouer dans le prochain tome qui sera aussi le dernier !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

2 commentaires

  • el viking

    05/05/2014 à 14h11

    Répondre

    Et du coup, ton père a aimé? 

  • OuRs256

    05/05/2014 à 16h01

    Répondre

    Ben il l'a terminé (sachant que le seul truc que je l'ai jamais vu lire, c'était le magasine "le Nouveau Détective", je considère aussi ça comme une victoire ) et il m'a dit "C'est bien dessiné quand même" ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques