8/10

Kids on the Slope T.1

À la fin des années 60, alors que le Japon occupé fait face à de grands changements sociaux, la musique venue des États-Unis va faire naître, entre deux adolescents que tout oppose, une amitié complexe. Kaoru vient tout juste d'emménager en ville. D'un naturel solitaire et studieux, il n'a pas pour habitude de se mêler à ses camarades de classe. Et pourtant, sa rencontre avec le bagarreur Sentarô va radicalement changer sa vie…


Kaoru, le visage grave.

Ce n'est pas la première fois que l'on vous parle de Kids on the Slope sur Krinein. Quoi ? Vous ne souvenez pas de cet hiver de 1938 où l'air fleurait bon la poudre ? Hum, non mais qu'est-ce que je dis moi... On vous en avait bien sûr parlé l'année dernière à l'occasion de la projection de l'animé en présence de Masao Maruyama, producteur de l'animé, lors de Japan Expo 2012. Mimi0524 en avait gardé un souvenir plutôt bon. Voyons voir si le manga à l'origine me laisse la même sensation. 

On démarre avec un héros très très terne. Il faut l'avouer, Kaoru n'a rien de fun. Il a tout d'un petit fils à papa (on sait très rapidement que ce n'est pas vrai) qui ne semble intéressé que par les études. Cependant, il va changer grâce à une rencontre : celle de Sentarô. Les deux garçons vont trouver quelque chose qui les calme dans l'autre et c'est sans aucun doute ce qui va changer Kaoru. De plus en plus, il s'ouvre, découve, évolue. Ritsu vient compléter le trio de personnages principaux et apporte la petite touche féminine à la série. L'intrigue ne fait que commencer et on sent que Yuki Kodama veut jouer sa romance sur fond de musique. Avec l'époque choisie (les années 60), le Jazz s'imposait presque de lui-même avec des monstres sacrés comme John Lewis ou encore Miles Davis. Même si, pour le moment, le Jazz est encore en second plan puisque l'intrigue se met juste en place, on espère en voir un peu plus et surtout on est curieux de voir comment ça va se goupiller.

Kaze a fait le bon choix avec Kids on the Slope pour renforcer son catalogue jôsei. La série de Yuki Kodama a ce petit charme que l'on trouve aux vieux meubles. Voir la vie du Japon dès années d'après-guerre m'a d'ailleurs rappelé La Colline aux coquelicots puisque le cadre est le même et c'est avec plaisir que l'on retrouve ce sympathique univers. Avec 9 volumes, Kids on the Slope ne devrait pas faire de détours et aller directement à l'essentiel. On ne demande qu'à voir ça !

A découvrir

Moonlight Act T.9

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques