6.5/10

Knights of Sidonia T.1


Une couverture bluffante...
Dans un lointoin futur, l'humanité navigue aux confins de l'espace depuis 1000 ans. Mais à nouvelles frontières, nouvel ennemi ! Les redoutables Gaunas, de très loin supérieurs à l'humanité, ont détruit la Terre et poursuivent les survivants sans relâche. Les hommes, réfugiés dans de gigantesques navires spatiaux, mettent au point une arme révolutionnaire, les Sentinelles, pour tenter de faire face à la menace. Tanikaze Nagate, est né dans les entrailles du Sidonia, l'un de ces navires. Alors qu'il essayait de chaparder de la nourriture, il est arrêté. Alors qu'il aurait dû aller en prison, quelqu'un se porte garant pour sa sortie. Il est alors recruté pour piloter une Sentinelle, un robot de combat, ultime rempart de l'humanité contre les monstres que sont les Gaunas. 

Tsutomu Nihei est de retour chez Glénat après Abara, Blame et Biomega. Une chose est sûre, l'auteur est toujours aussi avare en mots puisque l'on n'en voit encore que très peu dans cette série. Est-ce que c'est un mal ? Pas spécialement puisque l'auteur réussit à transmettre la plupart de ce qu'il veut faire passer avec son jeu de trames. C'est un des trucs les plus intéressants avec cet auteur, il joue très bien avec le noir et le blanc, chose parfaite puisqu'il est dans l'espace. Le vide intersidéral est véritablement sublimé par un style de dessin parfaitement adapté au contexte. 

Pour ce qui est de l'histoire, c'est autre chose. On se retrouve dans un contexte vu mille et une fois dans les univers seinen. Ce jeune garçon qui se retrouve aux commandes d'un robot de combat géant, on l'a déjà vu dans Kurogane no Linebarrels chez le même éditeur par exemple. Les personnages ne viennent pas vraiment relever l'affaire puisque pour le moment... on ne les connaît pas. Nihei est vraiment très doué pour faire passer les différentes atmosphères en présence et même les émotions en question, mais force est de constater que là... c'est le calme plat. Peu d'actions, peu d'indications sur leurs caractères. Après, il ne faut pas oublier qu'il démarre souvent comme un diesel donc seuls les prochains volumes pourront confirmer. 

C'est un bien maigre début et j'ai eu assez de mal à me mettre dedans. C'est beau, ça c'est un fait mais pour le moment, c'est tout. Aucune trame de fond n'est encore développée et le peu d'informations que l'on a sur l'univers et les personnages ne nous permettent pas de nous faire une idée précise (ou même imprécise pour ce que ça vaut) sur le titre. Pour le moment, ça reste une lecture agréable pour l'oeil et normalement, le tout devrait se développer correctement par la suite. 

A découvrir

Defense Devil T.3

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques