Les Akata du mois de février 2015

Le mois en deux mots trois mouvements : problèmes de lycéennes / magicaaaaaaaaaall / marmelade (désolé…) / travestis


Bienvenue au club 4 & 5 : Nikki Asada continue à faire évoluer ses personnages et se penche sur le cas Yoriko. Après plusieurs années de silence radio, sa mère refait surface et va tenter de revenir dans la vie de sa fille. L'auteure le fait avec son talent habituel et se laisse même le luxe de l'intégrer à l'intrigue de fond. Quand on y réfléchit, c'est plutôt réaliste, les relations cassées ne sont pas faciles à réparer, surtout quand il s'agit d'un lien aussi profond que celui entre une mère et sa fille. L'action se recentre ensuite sur Okinomiya et sur les réactions provoquées par certaines des photos qu'il a prises cosplayé mais surtout sur une évolution de sa relation avec Nima. Cette dernière va enfin se décider à lui avouer clairement ses sentiments même si l'issue n'est pas vraiment celle qu'on attendait en tant que lecteurs. Nikki Asada confirme que même avec une histoire qui n'a rien d'exceptionnel (le pitch de base est quand même très banal : des lycéens réunis dans un club), on peut faire un manga qui tient la route et qui parvient à garder les lecteurs intéressés grâce à des personnages secondaires attachants et qui sont utilisés de manière intelligente. Bienvenue au club continue donc son petit chemin tranquillement et c'est avec un plaisir certain que l'on continuera à suivre les aventures de Nima et de ses camarades de club.  

Magical Girl of the End 4 : Après un petit voyage dans le passé qui aura donné quelques pistes quant à l'origine de tous les maux, Kogami, Rintarô et Kaede sont de retour dans le présent et vont, de nouveau, devoir faire face à la menace bien réelle des magical girls. Des retrouvailles entre le flic pervers et sa miss gros lolos naîtra peut-être l'espoir d'arrêter l'apocalypse… Après un volume 3 assez calme, on revient à quelque chose de BEAUCOUP plus violent et je serais tenté de dire que c'est tant mieux. Avoir de l'histoire, c'est bien mais avoir un défouloir, c'est ce qu'on demande surtout à Magical Girl of the End ! On a bien compris que Kentarô Satô maîtrisait parfaitement son récit (ce qui fait plaisir à voir dans tout ce chaos) et même s'il est avare en indice, je crois commencer à voir où il veut nous amener (petit à petit hein, j'ai pas eu de révélation non plus !). L'information à retenir, c'est que les magical girls ne peuvent pas vraiment mourir… Celle que le policier pervers avait éclaté tel un moustique est donc de retour pour le round 2 mais elle ne se doute pas qu'il en a encore sous le pantalon (littéralement !). Je pourrais continuer de vous dire tout le bien que je pense de l'un des titres les plus fous paru en France mais le mieux, ça serait quand même que vous vous y mettiez de vous-même. Allez me lire toute la série si nécessaire et plus vite que ça !


Orange 2 & 3 : Orange est assurément LE shôjo à acheter en ce début d'année 2015 (au moins c'est dit). Après un premier tome particulièrement convaincant, Ichigo Takano pousse son style au maximum et parvient même à introduire un petit élément de fantastique. Malheureusement pour ses personnages, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. Les plus geeks d'entre vous connaissent déjà la théorie des univers parallèles mais je vais la rappeler quand même. En fait, dans le cas où une machine à remonter le temps serait inventée à un moment et qu'une personne l'utilisait pour changer un événement du passé, il n'y aurait aucune répercussion sur le futur à proprement parler mais plutôt la création d'un nouvel univers où la décision servirait de base pour obtenir un futur différent. Eh oui, vous l'avez compris, même si Naho réussit à changer les choses, sa version future ne verra aucune différence… Même si ce ne sont que des personnages de manga, on ressent une véritable peine lorsque l'on apprend la terrible nouvelle. Evidemment, les révélations faites sur le futur de Takeru ne viendront pas conforter le lecteur à la recherche d'une lueur d'espoir. Plus on avance, plus on le voit clairement, la Naho du « présent » est le baromètre de la série. C'est son état d'esprit qui détermine le ton de l'oeuvre. On la sent un peu plus positive vers la fin et on espère qu'elle réussira à créer le futur dont elle rêve. En tout cas, la fin du troisième tome nous fait comprendre que les choses vont changer. En effet, Naho n'est plus seule, elle va pouvoir compter sur l'aide de ses amis. Orange est un seinen dont il est difficile de décrocher, les personnages sont incroyablement attachants et les émotions palpables. Akata a véritablement parié sur le bon cheval.  

Pour ceux qui ne le savent pas, Akata a sorti un autre gros titre WTF en février, il s'agit de Ladyboy VS Yakuzas dont on vous parle dans un article bien particulier que vous pouvez retrouver via ce lien.

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques