7/10

Les Gouttes de Dieu T.23


Des koalas amateurs de vin ?
Shizuku et Tomine sont toujours en quête du septième apôtre mais les deux hommes ont pris un chemin bien différent. Alors que Tomine s'est envolé pour les USA, Shizuku et Miyabi ont décidé de se rendre en Australie. Les deux jeunes gens pensaient avoir trouvé une aide en la personne de Nadia jusqu'à ce qu'ils se heurtent à son père, un homme qui voue une haine farouche aux japonais. Cependant, lorsque Shizuku surprendra une conversion entre deux hommes projetant de brûler l'éco-village dirigé par le père de Nadia, il n'hésitera pas à aller les prévenir. C'est ainsi qu'il gagne sa sympathie et qu'il apprendra que son père et cet homme se connaissaient. En effet, Yutaka Kanzaki était passé par cette zone dans sa jeunesse et avait remarqué la spécificité de ces vignes écologiques ainsi que leur potentiel. Shizuku pense donc être une bonne piste mais il est possible que son père, même décédé, ait toujours un coup d'avance sur lui...

Vingt-trois volumes et nous n'en sommes toujours qu'au septième apôtre ! Autant dire qu'il reste un sacré bout de chemin à parcourir à Shizuku mais... est-ce qu'il a vraiment envie de le parcourir ? C'est toute la question qui se pose dans ce tome. Il découvre que son père avait presque entièrement prévu sa réaction face au défi et se demande donc si ça vaut vraiment la peine d'essayer de rivaliser avec Tomine alors qu'il n'est qu'un "amateur". C'est donc le coeur même du manga qui est remis en question avec l'introspection de Shizuku...

On se demande donc ce que notre héros va bien pouvoir faire, à mi-chemin entre sa passion et la curiosité qu'il a développé concernant le travail et l'héritage de son père. Shizuku doit trouver une raison pour continuer le défi et il semblerait d'ailleurs qu'il soit le seul à pouvoir découvrir le vin qui se cache derrière les Gouttes de Dieu. Le prochain tome sera donc décisif et décidera d'un tournant capital pour la série.

Même si le début du volume est un peu ennuyeux, la fin rattrape un peu le coup, notamment avec cette remise en question de l'objectif du héros. Est-ce qu'il doit vraiment continuer ou plutôt creuser sa passion ? Toujours aussi bien documenté et aussi joliment illustré, Les Gouttes de Dieu suit son petit bonhomme de chemin sans trop se soucier de ce qui l'entoure. Attention quand même à ne pas trop tourner en rond pour ne pas ennuyer le lecteur !

A découvrir

Samidare T.3

Partager cet article
A voir

Iris Zero T.3

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Anonyme

    16/04/2008 à 12h29

    Répondre

    Quelque chose de nouveau et original... en bon amateur de mangas et de vins c'est avec curiosité et une certaine méfiance, avouons le, que j'ai ouvert le premier volume des "Gouttes de Dieu".


    Graphiquement, pas de réel reproche à faire, c'est beau, assez fin et précis (particulierement dans le rendu des étiquettes) , sans être surchargé; agréable donc sans être révolutionnaire.


    L'intrigue me semble assez bien menée pour un premier tome, à confirmer dans les suivants. J'aime bien l'idée du duel entre le fin connaisseur aux motivations douteuses et le néophyte surdoué malgré lui, le genre "c'est ton destin tu peux rien contre", mille fois exploité mais bien présenté (et puis un manga sans un heros refractaire à son destin.... est ce vraiment un manga d'ailleurs? ^^)


    Les personnages pour le moment me semblent assez classique voir vraiment pas originaux, et je ne serais pas contre un peu plus de personnalité et de profondeur par la suite. A suivre donc...


    Le point fort et faible à la fois du manga réside ici dans son sujet: le vin. Sujet aussi délicat a traiter qu'a boire, le risque et ici de rebuter celui qui ne s'interesse pas a ce monde et en meme temps de barber l'amateur eclairé par un coté parfois trop didacticiel et plus tres spontané...


    En résumé, ce manga est comme une bouteille de vin: la robe est plutot agreable, mais le bouquet encore un peu fermé; et malgré un gout fleuri et épicé en arriere bouche, l'ensemble manque encore un peu de corps. Le potentiel d'un bon cru qui doit encore murir un peu. Personnellement je vais suivre ça de près


    ps: certaines scenes peuvent choquer la sensibilité des amateurs de vin.... J'espere qu'aucune bouteille n'a été maltraitée pour realiser ce manga.... 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques