7.5/10

Les Gouttes de Dieu T.25


Toujours à picoler !
Toujours en France, Shizuku se rend chez Hayama, négociant et vieil ami de Yutaka Kanzaki dont la fille Marie, souhaitant qu'il reconnaisse sa compétence, a malheureusement fait l'achat d'un stock comprenant de fausses bouteilles de grands vins. Shizuku décide de les aider mais, malgré son odorat, il a besoin d'écouter la “voix du ciel” pour trouver la réponse…

Alors qu'il rentre au Japon, une nouvelle menace pèse sur Shizuku puisque la société pour laquelle il travaille est en passe de fusionner avec une autre qui possède un département vins plus développé, ce qui signifierait la fin de son travail. Pour sauver son emploi, une seule solution : trouver le vin parfait pour le toast du dîner qui réunira les deux entreprises. La pression n'en sera que plus grande pour Shizuku puisqu'un invité surprise fera son apparition.

Le voyage de Kanzaki Jr en France à la recherche de l'inspiration de son père se termine de bien belle manière puisque notre héros va être amené à goûter un vin vieux de 140 ans. Ce cru avait inspiré son père et lui avait montré "le chemin" et des années plus tard, le fils va en faire l'expérience. C'est assez intéressant de voir à quel point l'auteur insiste sur les similitudes entre père et fils quand il s'agit du vin. Pour tout autre domaine, les deux personnages sont vraiment opposés (le père est plutôt droit et sérieux alors que le Shizuku est plus du genre fantasque et festif) mais quand il s'agit de dégustation et de ressenti, on nous montre que l'un est la réplique exacte de l'autre.

Le retour au Japon nous propose aussi un prélude au prochain duel entre Kanzaki et Tomine. Le jeune sommelier n'a rien perdu de son sérieux et est toujours prêt à tout pour gagner la collection de Kanzaki Sr. Les auteurs prennent donc leur temps et on voit qu'ils n'ont, de toute façon, aucune pression. Les éléments sont posés petit à petit, au fur et à mesure, et rien n'est laissé au hasard (même pas les étiquettes des bouteilles, tiens !).

Les Gouttes de Dieu est une lecture qui demande du temps (ne serait-ce que pour lire les petits guide d'œnologie pratique en fin de volume qui sont une véritable mine d'informations). D'ailleurs, je me pose souvent la question, quitte à le lire un manga avec du vin... lequel choisir ?

A découvrir

Rappi Rangai T.1

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Anonyme

    16/04/2008 à 12h29

    Répondre

    Quelque chose de nouveau et original... en bon amateur de mangas et de vins c'est avec curiosité et une certaine méfiance, avouons le, que j'ai ouvert le premier volume des "Gouttes de Dieu".


    Graphiquement, pas de réel reproche à faire, c'est beau, assez fin et précis (particulierement dans le rendu des étiquettes) , sans être surchargé; agréable donc sans être révolutionnaire.


    L'intrigue me semble assez bien menée pour un premier tome, à confirmer dans les suivants. J'aime bien l'idée du duel entre le fin connaisseur aux motivations douteuses et le néophyte surdoué malgré lui, le genre "c'est ton destin tu peux rien contre", mille fois exploité mais bien présenté (et puis un manga sans un heros refractaire à son destin.... est ce vraiment un manga d'ailleurs? ^^)


    Les personnages pour le moment me semblent assez classique voir vraiment pas originaux, et je ne serais pas contre un peu plus de personnalité et de profondeur par la suite. A suivre donc...


    Le point fort et faible à la fois du manga réside ici dans son sujet: le vin. Sujet aussi délicat a traiter qu'a boire, le risque et ici de rebuter celui qui ne s'interesse pas a ce monde et en meme temps de barber l'amateur eclairé par un coté parfois trop didacticiel et plus tres spontané...


    En résumé, ce manga est comme une bouteille de vin: la robe est plutot agreable, mais le bouquet encore un peu fermé; et malgré un gout fleuri et épicé en arriere bouche, l'ensemble manque encore un peu de corps. Le potentiel d'un bon cru qui doit encore murir un peu. Personnellement je vais suivre ça de près


    ps: certaines scenes peuvent choquer la sensibilité des amateurs de vin.... J'espere qu'aucune bouteille n'a été maltraitée pour realiser ce manga.... 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques