Les Kurokawa du mois de décembre 2013

L'amour et la castagne se côtoient au mois de décembre chez Kurokawa, de quoi être en accord avec l'ambiance de fête qui règne un peu partout sur la planète !


Ippo, la défense suprême 19 - ****

L'heure du combat d'Itagaki a sonné et après une préparation un peu tumultueuse, le gamin de Kamogawa veut montrer à ses pairs qu'il a de la ressource et qu'il peut battre sa bête noire sans trop de soucis. La différence avec un combat d'Ippo, c'est la vitesse. Le style d'outboxer utilisé par le jeune garçon donne lieu à un affrontement un peu plus vif et à des manœuvres d'esquives dont le rendu change pas mal de ce qu'on a l'habitude de voir dans la série. Morikawa continue à faire monter le suspense avant l'attaque finale qui devrait, à n'en pas douter, tirer partie des qualités de celui qui va devenir l'un des nouveaux espoirs du club. La mauvaise nouvelle pour les fans : plus que deux tomes avant une nouvelle coupure... 

Je t'aime Suzuki 4 - ***

Du moins bon ce mois-ci du côté des Suzuki. Même si certains éléments mis en place par l'auteur donnent envie d'en savoir plus (comme les quelques planches qui nous montrent des éléments futurs), on revient très vite à la réalité avec des ados aux réactions toujours très enfantines. L'adulte est donc très rapidement frustré et ce n'est pas l'amourette très mièvre entre Hikaru et Sayaka qui me fera dire le contraire. Hésitants, encore naïfs, ils hésitent, cherchent des excuses... De quoi ravir les plus jeunes ! Vous l'aurez compris, Je t'aime Suzuki est un titre à réserver aux adolescents qui y trouveront assurément leur compte grâce à des personnages qu'ils n'ont probablement plus l'habitude de voir associés à des histoires d'amour. 

Magi - The Labyrinth of Magic 14 - ****

Grâce à un humour bien intégré là où il faut et une bonne alternance entre des phrases aventures et des passages un peu plus axé "action", Magi se place toujours comme un excellent shônen qui continue à surprendre. L'auteure prévient dès le départ dans la languette : "l'histoire évolue à grands pas". Entre Hakuryû qui part complètement en vrille et les trois protagonistes qui partent chacun dans une direction différente, elle ne mentait pas ! On assiste à deux événements assez marquants que je ne décrirai pas pour ne pas vous gâcher la surprise, ce qui montre que l'auteur a encore de la ressource pour nous surprendre. Le destin d'Aladin correspond assez à l'image que l'on se faisait mais quid de celui d'Ali Baba et de celui de Morgiane ? Eh bien, il faudra attendre février et le tome 15 pour le savoir. 


Pokemon Noir et Blanc 8 - ***

Point de réelle nouveauté dans ce huitième tome car les combats de la Ligue continuent de manière très fluide. C'est d'ailleurs le point fort de la série : elle a gagné en lisibilité. Alors qu'elle était très poussive et hachée au début, on réussit maintenant à suivre les combats très facilement. L'un des meilleurs affrontements du tournoi reste celui de Noir contre Iris. La dresseuse de pokemon de type dragon va donner du fil à retordre au héros qui va devoir utiliser tous ses talents pour la battre. On arrive ainsi très rapidement en finale où Noir va devoir faire face à son ami Tcheren. Ce dernier a bien changé et s'est transformé en une sorte de machine à dresser les pokemon ! Manque de pot, ils seront interrompus à la toute fin par N et la team Plasma qui vont venir mettre à sac la zone de combat. Pourquoi ? Réponse dans le prochain volume !  

Pureblood Boyfriend 2 - ***

Après la bonne surprise du premier tome, Pureblood Boyfriend continue sur sa bonne lancée en nous proposant un tome très agréable dans l'ensemble. Mis à part quelques moments "Twilight" (où le vampire se délecte du sang de sa bien-aimée esclave tout en lui sussurant des phrases de lovers), les chapitres se suivent et développent un peu plus la trame principale : le jeu des Stigma. Pour ceux qui s'attendaient à de l'original, je suis désolé mais le but est on ne peut plus classique : rassembler un certain nombre de stigma pour devenir le roi des vampires. Le point positif, c'est le trio principal. Même s'il est classique, il fonctionne plutôt bien et la rivalité tire les deux "hommes" dans le bon sens. Attendons de voir arriver d'autres ennemis un peu plus coriaces pour juger plus en profondeur mais pour le moment, Aya Shouoto se débrouille bien pour intéresser son lecteur !  

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques