6/10

Les Mystérieuses cités d'or T.1


Esteban et Zia !
XVIe siècle. De gigantesques voiliers partent d'Europe à la conquête du nouveau monde, et de ses richesses. Esteban, jeune orphelin de Barcelone, embarque dans un de ces navires à la recherche de son père. Son chemin va croiser celui de Zia, une jeune Inca, ainsi que celui de Tao, dernier descendant de l'empire de MU. Accompagnés de l'ambitieux Mendoza, ils s'engagent dans une aventure périlleuse à la recherche des Mystérieuses Cités d'Or !

Avant de commencer à parler du manga, je tiens à dire qu'étant donné mon âge, je n'ai pas fait partie de cette génération qui a grandi avec les Cités d'Or en version animée (bon, comme tout le monde, je connais le générique par coeur, il est culte de toutes façons), je suis arrivé juste un poil trop tard sur le marché si vous voyez ce que je veux dire. Je pense que c'est plutôt une bonne nouvelle puisque les quelques critiques des "nostalgiques" de la série que j'ai pu lire ici et là étaient plutôt d'accord sur une chose : le papier n'arrive pas à rendre pleinement l'ambiance de la série animée de leur enfance. Pour moi, ça ne sera pas vraiment un problème !

L'histoire est très classique pour du shônen. Un jeune garçon qui cherche quelque chose et donc qui en profite pour partir en voyage initiatique et se former. Jusque là, rien de très original mais disons que le thème de l'Eldorado est quand même très porteur et peut amener de nombreux rebondissements donc pourquoi pas. L'auteur nous envoie directement dans l'action puisque dès le départ, Esteban est décrit comme un captif et il doit tout faire pour se sortir d'une situation assez tendue (il est enfermé dans une cave, c'est là qu'il trouve Zia, enfermée dans une boîte). Pour les afficionados d'informations en tout genre, vous trouverez pas mal de pages avec des détails historiques à la fin de l'ouvrage. C'est plutôt une bonne idée pour resituer le contexte et ça permettra aux plus jeunes d'en apprendre un peu plus sur l'époque. 

Les personnages commencent à se dévoiler très doucement même si on remarque certains traits typiques du genre : le côté fougueux d'Esteban, la timidité de Zia, le franc parler de Tao, la fourberie de Mendoza... Bref, on dispose d'un panel assez varié pour ne pas s'ennuyer, aucun doute là-dessus. Le tome 2 sera l'occasion de les voir se dévoiler un peu plus parce que pour le moment, on reste encore en surface. 

Même si le découpage est manga (et les efforts faits pour les utilisations de trames), le trait ne l'est pas. Je ne m'en cache pas, je ne suis pas vraiment fan de tout ce qui est global manga et même si le dessin est de très bonne qualité, j'en viens à penser que le format n'était peut-être pas celui qu'il aurait fallu à la série. Le talent de Thomas Bouveret aurait peut-être eu une meilleure opportunité de s'exprimer sur un support BD franco-belge (certains de ses décors sont superbement détaillés). On regrettera tout de même les pages blanches qui contiennent uniquement le numéro des chapitres, ça fait un peu limite quand même (je ne sais pas si c'est le cas sur la version finale mais ça l'est sur la version presse que j'ai en main)...

Au final, je ne peux pas dire si l'adaptation est réussie ou non (puisque je n'ai jamais vu l'animé) mais je peux dire que le titre se lit plutôt bien mais reste beaucoup trop classique pour en faire une valeur sûre. Pour ceux qui veulent l'avis de quelqu'un qui a vu l'animé, n'hésitez pas à aller lire l'avis de Sherryn sur Manga-Sanctuary

A découvrir

Chopperman T.2

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques