Les Pika du mois d'octobre 2013

Le mois d'octobre fut encore un mois très riche pour Pika et ce ne sont pas moins de douze nouveautés que Krinein va vous présenter (avec du très bon et du moins bon). Au programme : complots, amours, action, kunoichi, zombies, rêves, racailles et magiciens !


Bloody Monday S2 3 - ****

Intense, c'est le mot qui qualifie le mieux ce troisième tome de Bloody Monday Saison 2 qui est placé sous le signe de la menace. On connaît enfin le but des terroristes : prendre le contrôle d'une bombe nucléaire. Cependant, au fur et à mesure du tome, on en vient à se demander si c'est vraiment ce qu'ils cherchent... Fujimaru alias Falcon va se retrouver face à celle qui lui avait donné tant de mal dans la première saison dans un duel psychologique qui aura pour enjeu le destin de la ville de Tokyo et du Japon (rien que ça). Bien rythmé, efficace et bien dessiné, Bloody Monday Saison 2 pourrait presque être un thriller avec Liam Nesson, tiens ! 

Chihayafuru 4 - *****

On quittait nos héros alors qu'ils étaient aux prises avec le lycée Hokuô et en bien mauvaise posture mais ils trouvent en eux la force de remonter et de devenir les représentants de Tokyô au tournoi national. Le tome est d'ailleurs placé sous le signe de l'émotion puisque de la joie de la victoire, Chihaya va passer au stress de la compétition. Elle n'avait pas vraiment réalisé le poids de cette étiquette de représentants et va l'apprendre avec la manière forte. On découvrira aussi la relation entre Arata et son grand-père et pourquoi ce dernier a dû arrêter le Karuta. Beaucoup de choses trouvent ainsi sens et l'auteure a su intelligemment se débarasser des interrogations du lecteur pour qu'il puisse se focaliser pleinement sur le tournoi. Les hostilités se poursuivent dans le prochain tome, vous êtes prévenus !  

Defense Devil 8 - ****

Alors qu'elle avait très mal démarré, on sent un peu plus de construction dans l'histoire depuis quelques volumes et force est de constater que ça fait du bien. Ce huitième volume est placé sous le signe du flashback puisque l'on va en apprendre un peu plus sur la famille de Kucabara mais aussi sur l'accident qui a coûté la vie aux parents de Jupiter. Dans l'enfer du Phénix, notre héros va d'ailleurs devoir remettre sa robe d'avocat puisqu'il va devoir analyser l'endroit où a eu lieu l'accident. Plutôt étonnant, ce mini-retour aux sources de la série est plutôt bien vu et permet de changer un peu le rythme tout en évitant la monotonie du format "combat après combat". Tandis qu'il ne reste plus que deux volumes avant la fin, ça promet !


Dreamland 3 - ****

La clique des voyageurs s'agrandit et c'est bientôt tout Montpellier qu'on va retrouver à Dreamland ! Une nouvelle camarade de classe de Terrence, Eve, va découvrir son pouvoir lors d'une séance d'humiliation assez violente. Reno nous prouve qu'il sait alterner les passages funs et ceux un peu plus sérieux et continue à faire monter le suspense autour de l'identité du nouveau contrôleur du feu (le prof de Philo n'a toujours pas capté que c'était son élève). Après le deuxième tome qui était un peu long, la faute à une petite surdose de texte, celui-ci passe à la perfection. 

Drôles de racailles 19 - *****

Drôles de racailles est une série que j'affectionne tout particulièrement parce qu'elle me fait toujours rire. Non mais vraiment, je ricane comme un idiot à chaque fois que je la lis, peu importe où je me trouve, c'est effrayant ! Dans ce dix-neuvième volume, Shinagawa se rend enfin compte de ce qu'il veut et de ce qu'il doit faire même si ça ne paraît pas gagné d'avance. Contre toute attente, c'est Adachi qui se fait accepter (et haut la main) la première à l'université Tonosama, ce qui fait que les autres n'ont plus vraiment le choix et vont devoir bûcher à mort pour ne pas finir à la ramasse... Miki Yoshikawa alterne les passages sérieux et les situations cocasses avec brio dans une série qui n'a plus aucun mal à convaincre de ses qualités. 

Joséphine Impératrice 1 - ***

Après Madame Bovary chez Isan Manga, Yumiko Igarashi revient en France chez Pika avec Joséphine Impératrice. Il faut croire que l'auteur aime la France puisque c'est sa troisième oeuvre en rapport avec notre pays de mangeurs de fromages (La Rose de Versailles et Madame Bovary). L'auteure met en scène la jeune Rose Tascher, qui va découvrir la vie parisienne alors qu'elle se marie avec le Vicomte de Beauharnais, chose qu'elle va découvrir à la dure. Qu'à cela ne tienne, les femmes dépeintes par Igarashi sont toujours fortes. Coups bas, amours, parfum de révolution... Joséphine Impératrice se présente comme un shôjo historique plutôt agréable à lire et qui ne fait fait pas de détours inutiles. 


Little Monsters 1 - *

Dans Little Monsters, Eru est l'unique membre du club animalier de son lycée et doit faire face à son responsable très avenant. Jusque là, rien de particulier mais elle va vite se retrouver entouré d'un vampire, d'un homme invisible et même d'un loup garou. Il faut croire que Rosario + Vampire a fait des émules puisqu'Haruka Fukushima tente de produire son propre shôjo harem. Seulement voilà, pour y arriver, il faut l'art et la méthode et l'auteure ne possède rien de tout ça. Les dessins sont très brouillons et mélangent un style shôjo qui pourrait être réussi s'il n'y avait pas autant de paillettes et un style shônen (pour les monstres) qui aurait pu être réussi s'ils n'avaient pas tous des jambes aussi longues... NON ! Voilà ce que je dis à ce nouveau shôjo que j'aurais probablement vite fait d'oublier.

Love Mission 3 - ***

Yukina continue de faire mumuse avec le pauvre Shigure même si ce dernier commence à avoir un petit effet sur la jeune fille. Elle sera d'ailleurs bien embêtée lorsque son cousin lui avouera ses sentiments et lui demandera de le considérer comme un homme à part entière. Ema Tôyama fait donc évoluer son triangle amoureux de manière assez classique avec quelques petites scènes de jalousie. D'ailleurs, Yukina va être prise à son propre jeu avec l'arrivée de Mami, l'amie d'enfance de Shigure. Elle remarque d'ailleurs un rapport très familier entre les deux adolescents. Les cartes sont redistribuées puisque de trois, on passe à quatre ! Bien que classique (et parfois maladroite), l'histoire avance très vite dans LoveMi et le trait plus qu'honnête de l'auteure maintient encore le lecture à bord... mais pour combien de temps ? 

Mokke 3 - ***

Mokke continue son petit bonhomme de chemin tranquillement et arrive à son troisième tome. Toujours pas d'arc narratif en vue puisque ce sont à nouveau une demi-douzaine de chapitres indépendants qui se trouvent sous nos mains. C'est d'ailleurs un peu dommage puisque l'on n'a pas vraiment le temps d'apprécier les créatures surnaturelles et on se dit que l'auteur doit abattre pas mal de boulot pour en trouver des nouvelles à chaque fois... Avec une savante alternance flashback / moment présent, laissez Shizuru et Mizuku vous guider au gré de leur apprentissage sous l'œil bienveillant de leur grand-père. 


Negima Edition Double 1 - ****

Djak vous en parlait déjà en 2005 sur KrineinNegima est une série qui a bien duré. Avec 38 volumes et environ huit ans de parution (ça nous rajeunit pas tout ça !), on ne peut pas dire que le succès n'était pas au rendez-vous. C'est pour cela que Pika a décidé de rééditer la série en volumes doubles à raison d'un tome tous les mois. Au menu : nouvelles couvertures et quelques pages couleurs, le tout dans des gros pavés de près de 400 pages. Comme chacun sait, le début de la série est assez peu original (même s'il remplit parfaitement son rôle en posant des bases solides) mais a le mérite de nous lancer dans une aventure qui prend une ampleur assez faramineuse au fil des tomes. Ceux qui possèdent l'édition originale passeront probablement leur chemin mais les autres ne pourront qu'être ravi de pouvoir découvrir (ou re-découvrir s'ils l'avaient abandonnée) une série qui fait maintenant partie des classiques ! 

Rappi Rangai 6 - **

C'est enfin l'heure de la confrontation entre Raizô et le capitaine croch- hum, Silva, le méchant capitaine pirate qui en veut à la princesse ! Alors oui, l'histoire n'est pas forcément terrible mais il faut avouer que les affrontements sont plutôt bien mis en scène et les dessins d'Hosana Tanaka toujours aussi sublimes. Le vrai problème de ce tome, c'est la façon dont Raizô quitte la princesse Tsunami. Par un gag plus que douteux, notre héros et ses kunoichi prennent la fuite, dans un schéma similaire à ce qui s'était passé avec les précédentes princesses. En un mot, c'est lassant et l'auteur aurait pu facilement trouver une autre technique pour permettre au voyage de continuer... On se doute que la prochaine subira le même sort mais bon, ça sera sûrement plus facile à avaler puisque c'est... une nonne ! 

Sankarea 4 - ****

Qui n'a jamais rêvé de se faire dévorer par la femme de ses rêves ? Personne ? Ah bon, mais non, je n'ai jamais pensé à ça voyons ! Cependant, c'est le destin qui attend Chihiro si jamais il reste avec Rea. La jeune fille est incapable de se retenir lorsqu'elle se retrouve seule avec le jeune garçon et va le croquer à pleines dents ! Mitsuru Hattori essaye de nous montrer que l'instinct est peut-être plus fort que la raison, en tout cas... quand on est mort ! Drôle, parfois très pervers (surtout dans ce volume tiens !), Sankarea est une lecture parfaite après un épisode de The Walking Dead, idéal pour faire retomber la pression ! 

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques