7.5/10

Level E - Divagation d'un extra-terrestre qui s'ennuie

On vous en avait déjà parlé sur Krinein en 2004 (ça nous rajeunit pas tout ça !) en tant que petite preview mais le titre a débarqué en France cet été grâce à Kazé Manga, ce qui nous permet de nous faire une meilleure idée de la qualité de ce titre. 


Ouji wants you !
C'est l'histoire d'un alien... 

Nous ne sommes pas seuls. En ce moment, des centaines de race d'extraterrestres vont et viennent sur notre planète. Si certaines sont pacifiques, d'autres sont belliqueuses et agressives. Recherche scientifique, infiltration politique, activités louables ou criminelles, en exil ou en simple voyage touristique… Ces visiteurs venus d'ailleurs influencent notre monde au quotidien et les seuls à ne pas s'en apercevoir : c'est vous. Cette fois, c'est dans la campagne japonaise qu'un de leurs astronefs s'est échoué… À son bord : un envahisseur (?) à la forme humaine prétendant avoir tout oublié des raisons qui l'ont éloigné de sa galaxie… Son arrivée va pourtant bouleverser le destin de Yukitaka, Itakura, Shimizu, Mikihisa et bien d'autres Terriens qui ne se connaissent pas… et qui n'avaient rien demandé à personne !



"Togashiade" réalisée en freestyle

Derrière Level E se cache une petite histoire. La série a été réalisée par Togashi sans aucun assistant et au rythme qu'il a souhaité. Ceci a été rendu possible par le gros succès réalisé par Yuyu Hakusho à l'époque. Alors oui, ça rend le titre encore plus intrigant, surtout quand on le découvre après Hunter X Hunter (qui reste l'un des shônen les plus novateurs et les mieux scénarisés à l'heure actuelle). 

Sans contraintes, on remarque que Togashi s'est fait plaisir et n'hésite pas à complètement partir en sucette à chaque fois qu'il en a envie. Concrètement, qu'est-ce que ça veut dire ? Eh bien, déjà, son personnage principal est tellement énervant que vous n'aurez qu'une envie : le voir mourir dans les plus atroces souffrances possibles. On voit aussi qu'il se fait plaisir dans la deuxième histoire en créant une situation de style RPG (Role Playing Game) où ses héros doivent monter de niveau en tuant des monstres (et voient leurs pouvoirs gagner en puissance aussi). Certains y verront les prémices (ou du moins un premier jet) à Greed Island, le jeu dans lequel Gon et Kirua vont évoluer dans la série Hunter X Hunter (d'ailleurs, l'un des personnages principaux de cette partie dans Level E fait vraiment penser à Gon). 

Mais (eh oui, avec Togashi, il y a toujours un "mais"), comme d'habitude, l'auteur n'en fait qu'à sa tête au niveau du dessin. On l'a vu dans certains tomes de Yuyu Hakusho et plus récemment, dans l'un des derniers volumes d'Hunter X Hunter, il y a certaines planches qu'il bâcle complètement et qui ressortent comme des travaux d'enfants de cinq ans. Il faut croire que c'est encore plus vrai quand il n'a pas d'assistant et qu'il est livré à lui même. Vous aurez le droit à quelques gribouillis au milieu de doubles pages somptueuses, dommage... 

Créativité est le maître mot 

S'il y a bien une chose que l'on ne peut pas reprocher à Togashi, c'est son imagination débordante. Il ne manque pas de nous en mettre plein la vue avec des aliens tous plus loufoques et qui possèdent tous un but différent. Les monstres et autres absurdités qu'il invente ne ressemblent à rien de ce qu'on connaît et c'est une des choses qui font de Level E un titre indubitablement singulier. 

Au niveau de la narration, il n'hésite pas à casser les codes. Son héros n'en est pas vraiment un, les histoires n'ont pas de vraiment de liens entre elles (si ce n'est que le "personnage principal" est toujours concerné par les problèmes qui s'y passent) et surtout, la série n'a pas de but particulier si ce n'est que de laisser l'auteur vaquer à ses délires. Eh oui, ça fait beaucoup pour un seul titre, je sais, mais c'est assez singulier pour être signalé !


Un alien peut en cacher un autre...
Et Togashi créa un emmerdeur fini

Ce prince de la planète Dogra est l'une des créations les plus horribles de l'auteur. Si vous connaissez Soul Eater, on pourrait presque le comparer à Excalibur (et encore, je suis sûr qu'Ouji est plus enmerdant). Vous passerez votre temps à le détester (pour le meilleur et pour le pire), soyez en sûr.

Kazé Manga a fait un bel effort en nous proposant cette série sortie en 1996 au Japon et, même si elle n'est pas exempte des défauts récurrents aux titres de Togashi, elle en possède aussi les qualités. Impossible de s'ennuyer donc à la lecture de ce titre qui vous donnera matière à penser... Est-ce que vous avez vraiment envie de savoir si les extra-terrestres existent ? S'ils sont aussi chiants qu'Ouji, pour ma part, je suis contre !

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Anonyme

    23/08/2004 à 00h00

    Répondre

    Je suis déjà une grande fan de Togashi alors mon commentaire risque d'être un peu trop subjectif mais j'attends impatiemment la sortie de ce manga en France ne serait-ce que pour la personnalité tordue d'Ouji ou la façon très particulière de l'auteur de traiter certains clichés(super héros du type power rangers...).
    L'humour est très présent mais on a droit aussi à des histoires plus tristes comme celle des trois aliens mâles seuls survivants de leur espèce, qui se retrouvent sur terre soumis aux instincts de leur race contre leur gré.
    Bref, je le recommande chaudement à tous les fans de Togashi et aux autres.
    Seul petit bémol: le texte parfois un peu trop dense sur certaines pages au détriment des dessins (comme parfois dans hunter x hunter...)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques