7.5/10

Level E

Yoshihiro Togashi est un des mangakas les plus réputés en Europe, notamment pour son manga Hunter X Hunter. Je n'apprécie que moyennement cette oeuvre, au demeurant fort originale et bourrée d'excellentes idées, mais plutôt bâclée au niveau graphique et partant un peu dans tous les sens avec son système de Nen puis plus tard de cartes. En conséquence, je n'ai jamais vraiment estimé M.Togashi, tout en lui reconnaissant, par nécessité syndicale, un certain talent. C'est alors que je découvrais Level E.
Après le succès sans précédent de Yuyu Hakusho, Togashi se voit chouchouté par ses éditeurs. Il rapporte de l'argent, et peut désormais faire plus ou moins ce qu'il veut. Il fait alors une demande : avoir le droit de créer une oeuvre seul, sans assistant. Au lieu de sortir un chapitre par semaine, il en sortira un par mois, et se charge de toutes les phases de la création de sa bande dessinée. Libre des contraintes du débutant, le mangaka se lance dans l'écriture d'une oeuvre totalement délirante.


En ce moment même, de nombreuses créatures extra-terrestres cohabitent avec les hommes sur Terre. Leur présence est inconnue des pauvres humains que nous sommes. L'histoire commence par la présentation de Tsutsui Yukitaka, un jeune homme passionné de baseball. Il rencontre Ouji, un extra-terrestre amnésique qui, traqué par les services scientifiques japonais, se réfugie chez lui. Dès le départ, le lecteur a des doutes sur la personnalité de l'alien qui se révèle trop débile pour être honnête. En effet, bien que recherché par le gouvernement, Ouji cumule les bêtises et se débrouille notamment pour se mettre à dos la communauté alien la plus hargneuse vivant sur Terre. Peu à peu, le lecteur se rend compte de la nature profondément sadique de l'alien, et ce à renfort de retournements de situations tellement hilarants qu'on en tombe littéralement de son siège.
Le manga est découpé en de multiples histoires dont le point commun est le personnage d'Ouji. Ces récits constitués au plus de quelques chapitres parlent d'aliens, de power rangers et d'homosexualité, entre autres. Des thèmes assez larges, pour la plupart bizarres voire même carrément tordus parfois, et dans certains cas absolument désopilants. Un des plus grand talents de Togashi est d'inventer des retournements de situation complètement tordus mais d'une logique implacable. Chaque coup de théâtre est à la fois subtil et inattendu, mais surtout tellement drôle... Néanmoins certaines histoires n'ont rien d'hilarant et sont même parfois plutôt effrayantes. Malgré tout, le manga garde un ton léger et fantastique du début à la fin. On pense beaucoup à Hunter X Hunter, même s'il me semble que les défauts de ce dernier soient absents ou du moins atténués. Ceci fait de ce manga un vrai chef-d'oeuvre à mes yeux.

Pourtant, on ne peut passer outre les nombreux défauts pour la plupart dû au statut d'oeuvre mineure qu'est Level E. Si la mise en forme est très agréable, on ne peut s'empêcher de remarquer que certaines histoires sont bien meilleures que d'autres (la première et la troisième étant de très loin les plus marrantes). La seconde moitié du manga est moins drôle, et plus axée sur le côté tordu/logique caractéristique de l'auteur. Ce n'est pas un mal, mais il y a fort à parier que le lecteur ne regrette les délires scénaristiques du début.
Les excellentes idées foisonnent, comme à l'habitude chez Togashi. Mais il perd en qualité à vouloir faire trop sinueux. Après s'être lancé dans un scénario très engageant, la conclusion, si elle ne déçoit pas, manque de saveur par rapport à ce que l'on était en droit d'attendre. La dernière histoire est à ce titre remarquablement moyenne et plutôt inadaptée à une conclusion...
On remarque une certaine inégalité dans la qualité des différentes planches. Togashi bâcle certains dessins au profit de quelques autres. Cette habitude est moins prononcée que dans Hunter X Hunter, où elle atteint son paroxysme, mais dérange beaucoup. Je veux bien comprendre que le dessin ne soit pas ce sur quoi Togashi mette l'accent (quoique certaines images soient plutôt sublimes). Mais je n'arrive pas à me faire à l'idée qu'un mangaka (qui est avant tout un dessinateur professionnel) puisse mettre ses dessins au second plan.

Donner une note à ce manga n'est pas aisé. Oscillant entre coup de maître et travail résolument à part (mais diablement jouissif), j'ai quant à moi été directement séduit en lisant Level E. Je pense que les fans de Hunter X Hunter ne seront pas déçus. Quant aux autres, sachant que ce manga est le plus drôle que je connaisse, je leur conseille très fortement de s'y essayer, fans de culture japonaise ou non. On ne peut qu'encourager la sortie d'un tel manga en France !

Partager cet article
A voir

Global Garden

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    23/08/2004 à 00h00

    Répondre

    Je suis déjà une grande fan de Togashi alors mon commentaire risque d'être un peu trop subjectif mais j'attends impatiemment la sortie de ce manga en France ne serait-ce que pour la personnalité tordue d'Ouji ou la façon très particulière de l'auteur de traiter certains clichés(super héros du type power rangers...).
    L'humour est très présent mais on a droit aussi à des histoires plus tristes comme celle des trois aliens mâles seuls survivants de leur espèce, qui se retrouvent sur terre soumis aux instincts de leur race contre leur gré.
    Bref, je le recommande chaudement à tous les fans de Togashi et aux autres.
    Seul petit bémol: le texte parfois un peu trop dense sur certaines pages au détriment des dessins (comme parfois dans hunter x hunter...)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques