4.5/10

Licensed by Royalty

En français, « L » et « R » sont tout bonnement deux lettres distinctes de l'alphabet. En japonais, le « L » et le « R » se prononcent de la même manière mais c'est aussi sur cette consonance que joue Licensed by Royalty. Avec son couple de personnages principaux antagonistes, cet anime nous emmène vers une autre culture : britannique jusqu'au bout des ongles, à tel point que le flegme caractéristique se débite à tout va. Plongés dans un Londres auquel il ne manque que le nom, les agents secrets ont la rude tâche de démasquer les auteurs d'un complot touchant à la monarchie.

Cigarettes au bec...

Licensed by Royalty, ou L/R ou encore Cloud 7 est le service secret entièrement voué à rechercher et protéger l'héritière du trône d'Ishtar, disparue quinze années plus tôt. Ses deux meilleurs agents sont Jack Hofner et Row Rickenvacker, parfaits descendants de Brett Sinclair et Danny Wilde associés à la fantaisie de James Bond. Le scénario est simple : trouver la princesse et déjouer toutes les tentatives qui tendraient à vouloir la faire disparaître...

L'opposition de styles entre les deux rend le couple totalement imprévisible. Jack est calme, patient, souriant, toujours tiré à quatre épingles alors que son acolyte, Row, est un impulsif homme d'action, prêt à prendre n'importe quel risque pour réussir sa mission surtout en utilisant ses poings. En dehors de leur amitié, seuls trois points pourraient les réunir : leur relation à la cigarette, leur passion pour la jolie Claire et le fun procuré par une mission captivante. En effet, L/R est la poursuite d'un fil rouge pour lequel les deux agents débordant de « coolitude » vont enchaîner sans cesse mission sur mission.

... gadgets dans les chaussettes

Sur fonds de contexte politique touchant à la cause de l'IRA à travers quelques épisodes, on assiste ni plus ni moins qu'à un ensemble de missions d'espionnage et de contre espionnage au travers d'une capitale anglaise plus vraie que nature : la Tamise, Big Ben, etc... tout est présent pour donner l'illusion d'un séjour aux pays du rosbif à la menthe. Licensed by Royalty se caractérise aussi par un humour flegmatique, cet humour pince sans rire si cher à nos voisins d'outre Manche.

Graphiquement, L/R n'est pas déroutant mais il met en scène suffisamment de variété pour être appréciable à sa juste valeur. Des personnages fins aux airs de playboys pour les héros qui laissent peu de place aux personnages secondaires, hormis la jeune princesse ishtarienne, Noelle. La mise en valeur se fait au travers des actions plutôt que du scénario car il faut bien dire que le studio TNK aura presque tout basé sur ce point pour rendre l'anime divertissant.

L'OST colle pourtant pas mal à la série car un réel effort y a été apporté avec une dominante variant entre jazz et pop légère pour qualifier le petit air nonchalant de la série... mais il manque un gros quelque chose, un scénario. Le début est fort enthousiasmant mais l'annonce du scénario principal peut laisser véritablement perplexe sur la suite tellement il semble désuet et manquant d'intérêt. Les derniers coups de théâtres sont relativement annonciateurs d'un manque cruel d'imagination. On ne s'ennuie pas vraiment mais aucun retournement de situation n'est surprenant au cours des douze épisodes du scénario. Oui, douze, car le treizième ne sert véritablement à rien... peut-être juste à combler un trou dans la programmation télévisuelle nippone.

Un mélange d'Amicalement Vôtre et de James Bond qui commençait bien mais qui se plante lamentablement dans les derniers épisodes, principalement à cause d'un scénario trop simpliste. Une ambiance « so british » qui ne relève pas un grave manque d'inspiration. Et au final, L/R est un anime qui n'est plaisant que par de trop petits bouts...

A découvrir

Ebichu

Partager cet article
A voir

Angel Heart

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques