7.5/10

Lorsque nous vivions ensemble

La relation tumultueuse d'un couple nippon. Entre passion et tragédie. Grinçant et superbe à la fois.

Nous sommes à Tokyo, au début de la libération des mœurs des années 70, Kyôko (21 ans) et Jirô (23 ans) vivent en couple bien que non mariés. Elle est graphiste dans une agence de pub, lui, est illustrateur débutant. Chaque chapitre nous fait découvrir un fragment de leur quotidien avec leurs voisins, leurs amis, leurs collègues de travail, mais aussi leurs sentiments parfois contrastés. En fil rouge : leur belle et tumultueuse histoire d'amour, romantique et érotique à la fois !

 


DR.
Lorsque nous vivions ensemble met en avant un autre aspect de la bibliographie de Kazuo Kamimura (Lady Snowblood, Le Fleuve Shinano) avec un titre jouant sur la relation de concubinage tumultueuse d'un jeune couple nippon durant les années 70. Resituons le contexte. La libération sexuelle n'a pas encore eu lien, la femme se positionne en soutien de son mari, le mariage est encore une valeur sacrée... Mais les années 70 marquent aussi le début d'un changement. Entre Jirô, dessinateur, héritier de la tradition et Kyôko, jeune salary women et femme courageuse, aventurière mais tourmentée, les relations sont loin d'être simples. D'un côté, la belle et passionnée Kyôko ne vit que pour son amour avec ses idées de mariage mais ses belles idées s'enflamment régulièrement dans des délires sordides de suicide et de dépression. Sans arriver à se confier à son concubin, elle prend une trajectoire la plongeant irrémédiablement vers des désillusions. De l'autre côté, Jirô vit pour son art et son amour pour sa belle (même s'il l'oublie parfois) mais sa difficulté à la comprendre rend compliqué leur rapport, d'autant plus renforcé par son manque de moyens flagrant. Comme le feu et l'eau, tout semble les différencier mais leur amour réel les réconcilie. Le mangaka exploite le quotidien ordinaire du couple entre disputes, sexe et rires avec une avancée visible vers un dénouement cruel et empli d'émotions.

 

Kamimura dresse des portraits gagnant en profondeur au fur et à mesure des chapitres. Il n'en oublie pas le graphisme, rendant des blanches exemptes de toute fioriture et se concentrant sur ses personnages avec un trait vif, dur et poétique à la fois. Le manga exprime des émotions brutes, réelles par l'intermédiaire de sa protagoniste dans une époque foncièrement ancrée dans la culture du silence et de l'effort collectif. Cette héroïne empreinte de liberté, s'y casse les dents, ne pouvant vivre son rôle d'amoureuse éperdue, ne pouvant être elle. Lorsque nous vivions ensemble propose de dépasser le stéréotype en montrant la difficulté de passer outre le mode de vie traditionnel. Evidemment, le titre datant des années 70, le trait se trouve souvent figé et certains passages semblent venus d'une autre époque.

 

Trois tomes de plus de sept cent pages content cette relation épique. Une véritable tragédie passionnante, parfois lassante, souvent troublante avec une relation de couple particulièrement forte. A lire sans hésiter… mais en s'armant de courage.

A découvrir

MIXIM✰11 T.1 à 3

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques