9/10

Macross Zero

Macross, c'est avant tout 13 séries d'animes, d'OAVs et de films. Il s'agit sans aucun doute de la deuxième grande saga de Mecha, loin derrière Gundam mais très loin devant le reste des animes. Comme dans toutes les grandes saga, les différents volets sont d'une qualité inégale. Le massacre appelé Dragon Ball GT représente bien ces différences de qualité. Entre les OAVs, les films, les films live et les séries dérivées, réalisés par autant de studios différents, il est normal que la qualité ne soit pas toujours au rendez-vous.
Mais heureusement, ce n'est pas le cas pour Macross Zero qui se pose comme la nouvelle référence graphique dans le monde de l'anime.

En 1999, un énorme vaisseau extra-terrestre s'écrase sur terre. Bien entendu, qui dit vaisseau spatial dit technologie nouvelle, et c'est pour mettre la main sur ces technologies qu'une guerre s'engage entre les UN (ONU en français, bien que visiblement elle ait perdu ses principes pacifiques) et les anti-UN. Cette guerre fratricide dure depuis déjà 8 ans et à épuisé les réserves en hommes de la planète. Les armées des deux bords commencent à recruter des adolescents pour pouvoir continuer à se taper dessus. Sans formation ou presque, ces jeunes gens partent aux commandes d'avions un peu spéciaux, direction le casse-pipe.
Shin Kudou est l'un d'eux. Son appareil est abattu lors d'une mission par un étrange avion : celui-ci s'est en effet transformé en mecha. Lorsqu'il reprend connaissance, il est dans un village coupé du monde sur une île perdue au milieu de l'océan. Or c'est dans les fonds marins à proximité de cette île que des scientifiques viennent de découvrir les restes d'un objet extra terrestre. Il semblerait bien que les légendes de l'île, qui parlent de dieux tout-puissants, soient finalement un peu plus que des légendes...

Comme dit dans l'introduction, Macross Zero c'est avant tout une grande claque visuelle. A part les personnages et certains décors, tout est réalisé en 3D. La 2D est elle aussi sublime, mais elle n'arrive pas à la cheville de la 3D qui est bien au-delà de toute la production actuelle. Elle surpasse même celle de Innocence, mais uniquement sur le plan technique car artistiquement Innocence est véritablement grandiose. La caméra bouge en permanence, et les combats aériens sont magnifiques. Pour tout dire, ce sont les seuls combats aériens que je trouve agréables à regarder. La sensation de vitesse n'est pas qu'un vague mot ici : ça va vite, très vite et quand un personnage dit « il est trop rapide », on est bien forcé d'être d'accord avec lui. Et c'est sans doute grâce à la 3D que cette vitesse ne transforme pas la série en bouillie visuelle. On pourrait continuer à s'extasier longtemps, mais je pense que c'est assez clair : Macross Zero, c'est plus que beau. Il faut dire que pour arriver à cette qualité, les créateurs ont dû prendre du temps : pas moins de deux années de production pour seulement 5 épisodes, ce n'est pas rien. Les épisodes sont sortis au rythme de un tous les quatre mois. Ce ne sont pas les autre studios qui sont fainéants, c'est juste que Bandai a pris un temps incroyable pour produire un anime magnifique.

Bien sûr, des jolis dessins n'ont jamais fait un bon anime. Sans une histoire et des personnages attachants, cette série ne serait rien de plus qu'une démonstration technologique.
Et heureusement pour nous, Bandai a fait du très bon travail de ce coté aussi. En effet, le studio réussit le tour de force de créer des personnages auxquels ont s'identifie en seulement 5 OAV. Le format plus long de 5 minutes qu'un épisode classique joue sans doute là dedans, tout comme le fait d'avoir fait disparaître le générique de début. Bien sûr, tout n'est pas parfait. Mais en 5 épisodes, il aurait été dur de faire mieux. Les background des personnages principaux et de certains secondaires sont développés, sans que cela diminue la qualité de l'intrigue. Il est vrai que vu le format, développer des personnages secondaires aurait pu tuer l'intrigue en la dilatant. Mais il n'en est rien. Car au delà des combats, ce qui est intéressant c'est cette rencontre entre deux civilisations, entre leurs représentants qui sont parfois butés d'un coté comme de l'autre. Saupoudrez un peu de romance sur le tout et des passages pour faire pleurer dans les chaumières et vous aurez une bonne recette pour donner de la consistance à des personnages qui étaient déjà crédibles.

Mieux ! Cette série évite soigneusement les clichés habituels, tout comme les répliques trop attendues. On n'échappe cependant pas à quelques scènes lyriques au possible et bien pensantes pour nous sortir une morale pacifico-écologique. Le dernier reproche n'en est pas vraiment un. Il s'agit plutôt de quelque chose qui fait sourire : régulièrement, on nous sert une bonne tranche de chanson. Jusque là, rien de dramatique. Le hic, c'est que ces chansons sont en français. Outre l'accent déplorable, la voix est terriblement aigüe et les images qui vont avec sont d'un glamour qui va sans doute bien avec l'image de la France dans l'archipel (et dans le reste du monde) mais qui dénotent un peu au milieu de l'histoire.

Macross Zero est un anime qui mérite plus que le détour : il faut le voir. Il ne marquera pas les esprits par ses réflexions philosophiques, mais il est passionnant, et techniquement impressionnant.

Partager cet article
A voir

Ka-Kong

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • Guinch

      08/09/2005 à 23h04

      Répondre

      Avant toute chose, sachez que je suis un fan, donc mon avis n'est pas objectif...Néanmoins, je suis d'accord avec Kei quand à l'inégalité du niveau des nombreuses suites et spinoffs de Macross: Je ne m'étendrai pas sur le fait que MACROSS 7 et tous les produits s'y raportant sont des horreurs dont le dessin ou l'animation ont été baclés et les personnages principaux sont tout à fait antipathiques. (Mais c'es tsouvent là, pour les personnages, une problématique inhérente à Macross.)

      Venons en au fait MACROSS ZERO est BEAU! Spécialement ses scènes de combat aérien qui sont à couper le souffle quoi que toujours aussi tirées par les cheveux...Aucun des pilotes présent ne se paie de blackout alors que leurs manoeuvres sont mortelles pour l'humain lambda vu les G qu'ils encaissent.

      Mais Macross Zéro n'est pas mon anime favori dans la série des Macross, il n'arrive absolument pas à détrôner Macross Plus quand à la qualité du scénario et les émotions que peuvent suiciter les personnages. Là où à mon avis Macross Zéro tire son épingle du jeu, c'est dans ce statut intouchable de genèse de la saga et dans l'aboutissement de la passion de Kawamori-senseï pour l'aéronavale de combat.

      Dans cet anime, le maître peut enfin jouer avec les avions qu'il admire, l'ouverture opposant deux oiseaux mythiques: le Tomacat F-14 de Grumman et le MIG-29 de chez Migoyan Gourevitch est à couper le souffle, tout comme l'introduction lorsque le tomcat est monté sur le pont d'envol, puissance mécanique, tension et souvenirs d'un orphelin de guerre. Durant tout l'anime, vous verrez des clins d'oeuil aux pilotes embarqués: du dojo aménagé dans le hangar du porte-avions, aux régulations de bord sur l'alcool alors que Shin et Fokker regardent la mer la nuit, parsemée des étoiles artificielles du groupe de combat UN ; les hélicos seahawk des missions de recherche et sauvetage, les avions viking de ravitaillement en vol...Vraiment, en affectionado de cet univers, je vous le dit: tout y est!

      Après cet épenchement émotionel, revenons sur ce qui fait défaut à Macross Zéro: dans un premier temps, une bande originale digne de ce nom...Yoko Kanno et après elle, le désert. Le chant en français "petit-nègre" (aucune conotation raciale) des Mayans est au mieux kitch, au pire ridicule...Je doute que la protoculture ait parlé la langue de molière. La musique est sans âme, elle ne vous prend pas aux tripes, ne supporte pas le récit. Elle est fade et passe en second plan derrière les monstrueux effets visuels, leur rythme et leur violence graphique hyperréaliste.

      Le récit a un potentiel énorme qui est vite déçu, l'origine de la race humaine, sa possible fin, les secrets de la protoculture, race créatrice des zentradiens! Tout se réduit à quelques personnages sans substance dont ma foi on parle assez peu, j'aurais tellement aimé que Fokker devienne le personnage principal au lieu de ce clone de Shin Kudo, l'autiste des sentiments (comme beaucoup de personnages d'anime) avec un talent surnaturel qui dépasse tout le monde. Au moins Isamu Dyson était grand guinol et prétait à rire, de plus il aimat les femmes et le leur faisait savoir! Shin Kudo ressasse la mort de ses parents (mais qui n'a pas eu des proches tués pendant la troisième guerre mondaile et la chute de l'ASS-1 sur Terre?), envoie bouler tout le monde, ses ailliers et son navigateur y compris...Flirte avec la petite soeur de la grande prêtresse à plumes, qui est loin d'avoir l'âge légal si vous voyez ce que je veux dire...Enfin c'est un type que vous détesterez et vous prierez pou que quelqu'un l'abatte dans une de ces inombrables scènes de combat qui heureusement pimentent le récit. Nora, elle aussi hyper-confidente, justifie les massacres par le massacre de sa famille (Kudo en fille vous avez dit?) ; elle meurt et on pousse un soupir de soulagement lorsque ça arrive. DD Ivanov, l'instructeur qui a tout appris au légendaire Roy Fokker...Si seulement l'histoire avait été entre ces deux là seulement, sur fond de trahison et de flashbacks, plus d'informations sur le conflit mondial et ses origines...Moins d'amourettes sur la plage ensoleillée et de chansons à deux francs six sous.

      Mais bon, Macross c'est une thématique: La guerre pour de mauvaises raisons, la folie destructrice des hommes, la destruction de la nature et le rachat par l'amour exprimé à travers la musique. Et le tout dans un avion! Ceci en tête, lorsque l'on compare Macross Zéro au reste de la production exploitant la franchise Macross et des concurrents du même genre, on se dit que c'est une bonne série d'OAV, qui étonne graphiquement et redonne un souffle à une saga qui en avait bien besoin (on l'a attendu, mais alors!)...Et puis assez surprenant graphiquement mais encore pire au niveau des personnages, comparez donc Macross Zéro à Yukikaze, vous verrez que Shin Kudo est un garçon équilibré par rapport à son alter-ego Rei Fukai!

      Enfin, si vous avez aimé Macross Zéro et souhaitez pousser plus loin l'expérience, je vous invite à venir visiter mon petit coin du net sur la question MACROSS PIONEERS, on y parle Macross, Anime, Jeux Vidéo et Jeux de Rôle. Vous aurez peut-être la chance de venir vous y abreuver au savoir de l'incolable Gorgrane, ou simplement réaliser votre rêve de devenir pilote de chasseur métamorphe!

      Bon vent, bon vol et bonne chasse à tous!

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques