5/10

Marie et Elie, les alchimistes de Salburg

Le registre fantastique est un style relativement peu souvent abordé dans le monde du manga, avec les exceptions significatives de La guerre de Lodoss et Berserk, deux références dans leurs genres. Avec Marie et Elie, Yoshihiko Ochi tente une approche peut-être moins musclée, mais plus orientée vers l'humour.

Marie et Elie
Marie et Elie
Marie est une alchimiste diplômé après neuf ans d'études, soit cinq de plus que nécessaire, ce qui retranscrit bien son niveau. Alcoolique et gaffeuse, ses inventions sont toujours pour le moins explosives. Pourtant, c'est elle qui a vaincu le roi des démons quelques années avant sa rencontre avec Elie. Cette dernière sort juste de l'académie d'alchimie, et demande à Marie de s'allier avec elle pour créer une boutique d'alchimie dans la grande ville de Salburg, afin de mettre leur talent au service du peuple. Ainsi commencent leurs aventures à la dynamique quelque peu redondante dans la mesure où les deux alchimistes ne quittent la ville que pour aller chercher des objets. Ainsi, l'essentiel de l'action se déroule dans un atelier.

Dès lors, et ce malgré un bon nombre de blagues réussies, on a tendance à trouver la lecture un peu longue. Certes, peu à peu, une intrigue et un certain nombre de personnages se profilent, mais l'action reste le grand absent de l'histoire. Le manga se limite à faire interagir des personnages dans un monde très jeu de rôle, et pour peu que l'on ne trouve pas intéressants ces personnages ou ce monde, on risque de s'ennuyer ferme.

Le dessin est quant à lui assez conventionnel pour un manga, avec moult gros yeux, traits sur le visage pour marquer les sentiments et caricatures plus ou moins réussies. On remarquera avec bienveillance un soin particulier apporté aux décors, plus fouillés que jamais.

Marie et Elie est certes une oeuvre originale et bien faite, mais restant tout de même largement grand public quand on considère les personnages très convenus et l'ambiance purement nipponne. On a du mal à garder un intérêt marqué pour ce manga qui arrive à faire rire, mais trop peu souvent, et que l'on pourra qualifier de déluré, mais seulement jusqu'à une certaine mesure, juste ce qu'il faut pour plaire au plus grand nombre.

A découvrir

Bahut des Tordus (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    03/08/2008 à 19h38

    Répondre

    Le dessin est assez conventionnel c'est vrai...Mais deux détails m'avaient marqué dans ce manga. Par rapport à ce que l'on voit d'habitude, les personnages ont des nez assez apparents et, chose inhabituelle, même les personnages féminins ont des sourcils prononcés! je trouve ce détail amusant, voire mignon.


    Un manga paisible dans un monde brutal, sans aucun doute... 


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques